COMITE VALMY

Accueil du site > E - Elections EUROPEENNES 7 juin 2009 > Quand l’abstention est un devoir civique par Denis Monod-Broca, (...)

Quand l’abstention est un devoir civique par Denis Monod-Broca, Paris

mercredi 27 mai 2009

Publié dans le Courrier des lecteurs "Spécial Europe"

LE MONDE - édition datée du samedi 23 mai 2009

Le soir du référendum sur le traité de Maastricht, alors que le non semblait l’emporter, Mme Simone Veil s’écria : « On n’aurait jamais dû faire un référendum ! On n’aurait jamais dû faire un référendum ! »

J’avais voté non et ce cri du coeur résonne encore dans mes oreilles. Prononcé publiquement par une personnalité aussi éminente que respectée, non désavoué à ma connaissance par qui que ce soit, ce cri du coeur signifiait sans ambiguïté que l’opinion du citoyen que je suis n’avait pas droit de cité. Lors du référendum sur le traité constitutionnel, référendum décidé par Jacques Chirac, qui s’était laissé convaincre par des sondages que le oui l’emporterait à coup sûr, j’hésitai donc à aller voter.

Je savais bien quemon opinion n’avait pas plus droit de cité que quelques années plus tôt. Naïf, cependant,me disant qu’« ils n’oseraient quandmême pas », j’allai voter. Le non l’emporta et on connaît la suite.

La ratification par le Parlement du traité de Lisbonne, traité constitutionnel déguisé,meconfirme quemon opinion n’a pas droit de cité. Alors, le 7 juin, je n’irai pas voter. Les consultations européennes ont une apparence, celle de consultations démocratiques, et elles ont une réalité, celle d’un voile à l’abri duquel nos princes s’efforcent, sans nous, peuples ignorants, de donner vie à cette utopie politique qu’on appelle Europe.

Ne voulant plus, par ma participation, cautionner cette illusion délétère, je considère commeun devoir civique de ne pas aller voter le 7 juin.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette