COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > LA CLAQUE - Par Louis Dalmas

LA CLAQUE - Par Louis Dalmas

samedi 20 mars 2010

LA CLAQUE

Les commentaires qui suivent une consultation électorale sont toujours comiques. Savants et pompeux, ils tirent par les cheveux des analyses favorables à leur camp. Le premier tour des élections régionales n’a pas failli à la règle. La droite, empêtrée dans le débat sur l’identité na-tionale, a bougonné que le vote n’était pas national, donc ne mettait pas en question l’essentiel ; la gauche a jubilé de se retrouver en voie de guérison après son congé de maladie.

En fait, le fatras d’auto-satisfaction a masqué une dure réalité : ça claque avant de craquer.

Car il s’est bien agi d’une claque. Enorme. Brutale. Administrée à toutes nos “élites” par une masse dont les deux réactions se sont rejointes dans un rejet commun : “Tous pourris” et “Ca ne sert à rien”. Les dénonciateurs du “tous pourris” ont voté pour les extrêmes qui leur semblaient en dehors du système (en l’occurrence celui considéré comme le plus “sérieux” étant le Front national). Les résignés au “ça ne sert à rien” ont fait de l’abstention une révolte négative aussi forte qu’une manifestation.

Le résultat a été limpide (mais personne n’en a parlé bien sûr). Il s’est exprimé par un vote anti-establishment dont la composition était facile à chiffrer : 53 % d’abstentions + 11,7 % Front national + 6,2 % Front de gauche + 2,4 % NPA. Total : 73,3 %. Tournant le dos aux structures “officielles”, les trois quarts des Français en ont marre et l’ont clairement fait savoir. Il n’est resté que moins de 27 % à se partager entre les perdants de l’UMP et les gagnants du PS opportunément verdi. Ce dernier a pu se vanter d’avoir triomphalement conquis le tiers d’un quart des Français, soit à peine un douzième de la population. C’est pathétique. Des deux côtés. La droite croit encore à la survie de sa société capitaliste libérale et se félicite d’avoir sauvé quelques meubles. La gauche est prise de vertige devant son pitoyable succès et se voit déjà aux commandes du vaisseau qui prend l’eau.

Ni l’une ni l’autre ne se soucie de l’avertissement. Pourtant, une enquête du baromètre TNS Sofres-Logica publié dans le Figaro Magazine du 6 mars montrait déjà que 79 % des Français pensaient que les choses avaient tendance à aller plus mal.

Aucune importance.

Du côté droit, la machine continue à tourner. A l’échelle internationale, le sort de nations entières – et de leurs peuples – dépend de l’avis de trois agences américaines de notation boursière (Standard & Poors, Moody’s et Fitch) qui influent sur l’attribution de prêts aux gouvernements en difficulté. La note de la Grèce s’est améliorée depuis que des mesures d’austérité ont étranglé sa population ; elle aura de l’argent pour avoir accentué l’injustice économique et sociale. Des milliards de dollars ont tiré les banques du pétrin et alimentent toujours les ventes d’objets d’art en atteignant d’inimaginables sommets. Chez nous, les grandes sociétés comme Total, Sanofi-Aventis ou France-Telecom affichent des profits record malgré la crise, et les firmes du CAC 40 continuent de distribuer des dividendes élevés à leurs actionnaires. On poursuit les aventures militaires sous drapeau américain aux frais des contribuables dont les conditions de vie se dégradent.

Du côté gauche, on envisage de présenter le directeur du FMI comme candidat “socialiste” à l’élection présidentielle. On promet d’humaniser l’exploitation, de brider les spéculateurs, de réglementer l’injustice et de moduler l’inégalité. Autrement dit, de plâtrer la jambe de bois.

En fin de compte, c’est le match habituel entre le cynisme et les vœux pieux. Entre adversaires complices de la gauche-droite traditionnelle, le yoyo politicien ne change pas. Le coup de semonce n’aura servi à rien. 3/4 des Français se sont prononcés contre, mais d’en haut on ne les voit pas.

C’est un aveuglement bien dangereux : à force de fermer les yeux, on finit par se les faire crever.

Louis DALMAS.

B. I. n° 153, avril 2010.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>