COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > Réunion du CN du PCF du 15 Janvier 2010 : compte rendu subjectif de Caroline (...)

Réunion du CN du PCF du 15 Janvier 2010 : compte rendu subjectif de Caroline Andréani

vendredi 22 janvier 2010

Source : Réveil Communiste

Le Conseil national de ce 15 janvier était plutôt dépeuplé : le temps, la fatigue accumulée, le désenchantement, certainement, étaient passés par là.

Un rapport d’orientation littéraire commis par le camarade Dharreville, ancien porte-plume de Marie-George Buffet, citant trois dois Camus en se pâmant dont il ne ressort pas grand chose. Pour les plus attentifs, une remarque amusante prise au vol : il faut empêcher les banques de confisquer l’argent à leur profit... Dharréville a sans doute lu Camus, mais pas Lénine.

Ce brave garçon a terminé en expliquant que le Front de Gauche déclenchait un véritablement engouement populaire qui se mesurait déjà à l’aune du meeting du 10 janvier.

Ceux qui ont déjà vécu la pré-présidentielle – je cite :« nous visons un score à deux chiffres » (Michel Laurent, imité par beaucoup d’autres), « nous jouons la gagne » (le même suivi des mêmes), « je n’ai jamais vu autant d’enthousiasme que pour la candidature de Marie-George » et j’en passe – ont accueilli cette déclaration avec un léger scepticisme.

Ce rapport sans grande consistance n’a pas créé un enthousiasme démesuré – ce qui tend à prouver que les membres du CN ont peut être plus d’esprit critique qu’on ne pourrait le croire. La discussion a eu beaucoup de mal à s’enclencher.

Plusieurs intervenants, dont Jean-Pierre Meyer pour le Var et Dominique Négri pour l’Isère, ont dénoncé les méthodes employées. Les communistes sont consultés, choisissent des candidats et des têtes de liste, et en dernière analyse, on leur impose des candidats du Parti de Gauche, de la Gauche Unitaire, des Alternatifs, etc. Tout ce que la France compte de groupuscules vaguement à gauche vient frapper à la porte du Front de Gauche pour obtenir des places. Rien de nouveau : on nous avait déjà fait le coup aux dernières régionales.

Cette situation ne pose des problèmes dans tous les départements et toutes les régions, mais Marie-George Buffet a expliqué que c’était une situation parfaitement normale : les accords sont discutés au niveau national, et localement, il faut plier. Quand certains font remarquer qu’on leur impose des candidatures de gens qui ne représentent qu’eux-mêmes ou pas loin, personne ne prend la peine de leur répondre, accord national oblige.

Il y a des moments de bravoure. Le secrétaire fédéral du Val-d’Oise nous explique sans rire que Claire Villiers (sortante, soutien à José Bové à l’élection présidentielle) est drôlement correcte parce qu’on voulait l’imposer comme tête de liste dans son département, et qu’elle a préféré rester sur les Hauts-de-Seine...

Accord national ou pas, cette stratégie va provoquer une baisse drastique du nombre d’élus communistes dans les régions. Et pas plus que nous n’avons été payés de retour par des Claire Villiers lors des élections présidentielles, ces nouveaux alliés ne seront loyaux envers les communistes.

Quant aux refondateurs, ils estiment que l’ouverture n’est pas suffisante.

Pasquale Noizet a pris la parole sur la situation des camarades des 1er et 2e arrondissements, expulsés de leur local par la Fédération de Paris. Elle a demandé à Marie-George Buffet pourquoi elle n’avait pas répondu aux interpellations qu’elle avait reçues, mais celle-ci n’a pas jugé utile d’apporter de réponse d. Pasquale est revenue à la charge en disant que lorsqu’on intervenait au CN pour poser une question, le moindre était d’y répondre. Et là, réponse infaillible de Marie-George Buffet et plusieurs membres du CN en écho : « ce n’est pas le lieu ! »

Jean Jacques Karman a constaté que le Front de Gauche ne manquait jusqu’à présent pas d’organisations, mais singulièrement de contenu. Il a informé les membres du CN de la tenue prochaine d’un comité préparatoire à la constitution d’une 5e Internationale.

Réponse de Jacques Fath, responsable aux questions internationales : Chavez organise ce comité tout seul (sic !). C’est un dangereux populiste qui s’allie avec l’Iran et qui veut faire entrer l’Iran dans la 5e Internationale. Nous ne saurions, nous, le grand Parti communiste, avec notre ligne exemplaire, nous encanailler avec un personnage aussi peu fréquentable. Dixit : « De toute façon, ça fera flop ! » Le Pcf pas besoin de ça, puisqu’il organise des réunions internationales correctes, avec des organisations correctes, sur des sujets corrects.

J’ai pris la parole pour expliquer 1) que Chavez n’était pas tout seul ; 2) que les communistes français, dans leur situation, n’avait pas de leçons à lui donner ; 3) que le rapprochement avec l’Iran était tactique, c’était le rapprochement de pays menacés par l’impérialisme US ; 4) que Chavez, accessoirement, n’était pas un crétin et qu’il ne demandait pas à l’Iran, État théocratique, de rejoindre une internationale pour la création du socialisme du 21e siècle ; 5) que participer à un comité préparatoire ne constituait pas un engagement et que nous aurions beaucoup à apprendre de ce qui se passe actuellement en Amérique Latine. Jacques Fath, qui d’habitude est d’un naturel plutôt teigneux, n’a pas répliqué.

Là-dessus, Brigitte Dionnet a mis en accusation Corinne Bécourt en la sommant de s’expliquer : à quel titre allait-elle intervenir dans le CN, elle qui se présentait contre la liste du Pcf en Picardie ? Cela ne manque pas de piment quand on sait que, grâce à la gestion avisée de la direction nationale (Brigitte Dionnet au premier chef), les communistes de Picardie sont éclatés en 5 positionnements pour les prochaines élections.

Ce qui bien entendu a provoqué des remous dans l’assistance. Les mêmes, qui ne se formalisent pas des défections de communistes se présentant sur les listes du Parti socialiste dès le premier tour pour être élus, trouvent très choquant qu’une communiste se présente sur une liste dissidente.

Corinne Bécourt est intervenue sur la situation sociale et les luttes à Saint-Quentin. Comme bon nombre de nos camarades du CN n’ont pas vu une entreprise de près depuis des décennies à tel point que l’on peut se demander s’ils vivent dans la même société que nous, la polémique s’est clôt d’elle-même.

C’était sans compter sans l’inénarrable Pierre Laurent, qui commence à enfiler les habits du futur secrétaire national. Là encore, on pourrait lui conseiller une immersion dans la vie réelle quelques semaines, pour qu’il sache qu’il y a un monde réel en dehors du monde virtuel de colonel Fabien.

Pour résumer : le Front de gauche est l’invention la plus merveilleuse depuis l’œuf à la coque. Nous créons une véritable dynamique, grâce à nos partenaires dynamiques, et nous allons mener une campagne dynamique comme le montre notre premier meeting dynamique.

Ceux qui se plaignent n’ont pas compris l’intelligence de la stratégie que nous mettons en œuvre. Et de toute façon, on nous jugera aux résultats.

La suite au prochain CN.

4 Messages de forum

  • Merci Caroline, Voilà un constat et un humour décapants !

    effectivement comme à la Cgt, je suis adhérent chez les 2 cousins, les dits responsables, jusqu’ à des niveaux bien inférieurs ne vivent pas la vie que le Peuple de France vit dans sa majorité, leur direction prend la base pour des imbéciles ignorants .............

    tellement, qu’ il n’ y aura plus de base qui veut lutter, et BEAUCOUP d’ abstention aux élections pour les citoyens !

    un exemple chez les cousins Cgt, 3 semaines avant le Congrès un courrier à l’ adhérent de base lui demandant de " PREPARER " le Congrès, chez les " cousins" le mépris pour le citoyen x est du niveau de celui de la mafia UMP, avec un parfum de rose ........... rouge cependant.

    Mais ceci ne sont que des mots, quelle organisation pour lutter vraiment ?

    attendre le retour d’ intellectuels, et de salariés/ employés/ouvriers/techniciens, formés au marxisme et n’ achetant pas leurs meubles à la Camif !

    • 1/ la Camif a fait naufrage depuis plus d’un an.

      2/Vu l’état piteux du PCF - et si la vieille anar que je suis n’a jamais appartenu à aucun parti, elle déplore cependant cet état piteux- il serait plus approprié que vous retrouviez un programme approuvé par tous vos membres - et susceptible de séduire les électeurs- que de continuer à vous entre-tuer.

      Un conseil qui n’a rien à voir avec ce que je viens de dire : Méfiez-vous d’Horizons et débats , ils font en ce moment du pro-russe et du pro-chinois mais je crains que ce ne soit pas pour des raisons extrêmement louables.

      • Marx ce vieil anarchiste (abolition du travail salarié, appropriation sociale, disparition des classes sociales, extinction et disparition de l’Etat remplacé par une administration des choses etc.) aurait sans doute froncer les sourcils à ton invite de retrouver ( !!?) « un programme… susceptible de séduire ( !!) les électeurs ». Séduire l’électeur. L’antithèse de la démocratie. Quelle idée ! C’est ça à marché parfois, dernier exemple en date Sarkozy, une belle réussite. La séduction n’a qu’un temps, celui qui va du rêve à la réalité. Le Pcf a voulu s’y essayer depuis que Marx lui apparait comme un vieux penseur du 19ieme siècle, ce faisant il abandonne la casque rouge pour d’autres couleurs…résultat 1,93%. « Je ne suis pas la candidate du souhaitable mais du possible » disait l’écuyère alors. Sous les couleurs du Front de gauche la démarche est ne change pas, toujours séduire l’électeur.

        Alors plus d’espoir ? Que nenni, mais à la condition que les citoyen-nes s’affranchissant des organisations prennent plus et mieux leurs affaires en main, s’occupe de leurs oignons. Inéluctablement il s’en suivra des partis de gauche une renouvellement de leurs objectifs et de leurs…pratique.

        Au début de l’année 2005 qui aurait pu prévoir la fantastique victoire politique et idéologique du 29 mai contre le TCE. Cet immense succès a été obtenu grâce à une intervention citoyenne d’un niveau et d’une intensité jamais connue. Un sondage de l’époque indiquait que 62% des français avaient un avis négatif sur le capitalisme, aujourd’hui ce chiffre est à 72% et à 73% concernant la mondialisation (TNS sofres oct 2009). Cette tendance est mondialehttp://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/article-sondage-20-apres-la-chute-du-mur-de-berlin-le-mecontentement-des-peuples-vis-a-vis-du-systeme-capitaliste-a-son-plus-haut-42524492.html

        L’autre constat bien connu c’est chez nous et qui doit nous interroger c’est la compréhension que gauche ou droite n’offrent sur le fond que des solutions comparables.

        Alors prendre plus et mieux nos affaires en moins ? Certainement. Au soir de la manif du 19 mars dernier, Aline Pailler, journaliste bien connu, ancienne député européenne Pcf, lançait un texte sur le Net « Je ne veux pas rentrer chez moi » invitant les citoyens à l’action direct en tout lieu, à construire un tous ensemble citoyen à l’exemple des résistants dans le Conseil National de la Résistance ou des communards de 1870 qui ont su et élaboré un projet de nouvelle société dans la lutte !

  • Bon ok, ta critique est fondée, mais elle n’est pas constructive, elle se contente de marquer un peu plus les clivages au sein du PCF. Dans ton refus d’intégrer des positions réactionnaires archaïques, comme celles prises vis à vis d’une cinquième internationale ou bien l’éclatement des cellules de Saint Quentin, pour essayer de construire un parti communiste solide incluant des alliances internationales fortes dans une opposition sociale de gauche solide, tu fragilises encore plus plus une force politique d’opposition complétement éparpillée dans de multiples composantes allant de quelques dizaines d’individus à quelques millions d’individus face à une droite solide, sans complexe, dont tu fais ainsi le jeu sans l’ombre d’une hésitation. Tu ne propose ou n’impose rien, soumise probablement à un idéal de démocratie ou tout arrivera comme par enchantement, sans concessions aucunes. Malgré ça, merci quand même pour ton analyse.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>