COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES et DOCUMENTS GAULLISTES, patriotes et républicains > UN HOMMAGE A LA RESISTANCE (dîner débat avec Daniel Cordier) - Gilles (...)

UN HOMMAGE A LA RESISTANCE (dîner débat avec Daniel Cordier) - Gilles Bachelier

lundi 19 octobre 2009

Le 16 octobre 2009,l Association des Amis de la Fondation Charles de Gaulle, présidée par Michel Anfrol, organisait un dîner débat d’un intérêt exceptionnel avec Daniel Cordier, compagnon de la Libération et ancien secrétaire de Jean Moulin.

Le livre que vient de publier Daniel Cordier (Alias Caracalla éditions Gallimard) et qui est consacré a ses mémoires pour les années 1940-1943 constitue l’un des témoignages les plus bouleversants et les plus authentiques jamais écrits sur la période de la Résistance, le général de Gaulle et jean Moulin dont l’auteur fut le plus proche collaborateur d’août 1942 au 21 juin 1943, jusqu a son arrestation a Caluire et sa tragique disparition.

C est devant une affluence record et une salle pleine a craquer que Daniel Cordier a répondu avec beaucoup de simplicité et de pertinence aux nombreuses questions d’un auditoire particulièrement attentif.

En premier lieu, Daniel Cordier a tenu a réfuter les insinuations malveillantes et sans le moindre fondement dont Jean Moulin fut victime après sa mort héroïque. On se souvient qu Henri Frenay, suivi aveuglement par le journaliste Thierry Wolton s obstina contre toute évidence a voir en Jean Moulin un agent soviétique. A l’inverse, Jacques Baynac le soupçonnait fortement sans la moindre preuve d’être un agent américain ayant trahi de Gaulle.

En réalité, les travaux des historiens a commencer par ceux de Daniel Cordier ont fait justice de ces allégations et démontrent sans la moindre contestation possible que Jean Moulin, homme d une droiture et d une loyauté sans faille, fut bien un patriote exemplaire, profondément attache a son pays pour lequel il fit le sacrifice de sa vie.

Daniel Cordier a mis en évidence le rôle historique capital joue par Jean Moulin dans la coordination et l’unification des différents réseaux de résistance sous l’autorité unique du général de Gaulle puis dans la création du Conseil national de la Résistance dont de Gaulle devait dire plus tard a Alain Peyrefitte :"Sans le CNR, il n’y aurait pas eu une Résistance mais des résistances. A la Libération, il n y aurait pas eu un peuple rassemble mais un peuple éclaté". En assurant dans la clandestinité et au milieu d’énormes difficultés la jonction entre la France libre, dirigée depuis Londres par de Gaulle et la Résistance intérieure dont les différents mouvements s étaient crées spontanément sur le territoire national puis en plaçant cette Résistance intérieure sous l’autorité politique et militaire du général de Gaulle dont il était le délègue général, spécialement mandate pour cette mission, Jean Moulin apporta au général de Gaulle la légitimité qui lui était indispensable pour s imposer face aux allies notamment Churchill et Roosevelt , lequel lui était irrémédiablement hostile au point de rechercher longtemps un accord avec le sinistre régime de Vichy.

Cette légitimité permit a de Gaulle de triompher des tentatives d’élimination politiques qui furent menées contre lui par ces mêmes allies (affaires Darlan et Giraud) puis, grâce au soutien unanime du CNR ,création de Jean Moulin, de présider le gouvernement de la France libérée avec des ministres représentant toutes les forces de la Résistance, communistes inclus.

Cette alliance indéfectible de deux hommes exceptionnels, unis pour sauver leur pays de l occupation nazie et du régime collaborationniste et réactionnaire du maréchal Pétain mérite une place de choix dans la mémoire collective des français .Daniel Cordier devait rappeler a cet égard l entente parfaite qui exista d’emblée malgré leurs différences entre le chef de la France Libre, militaire de carrière atypique et visionnaire et le préfet de gauche aux fortes convictions républicaines et antifascistes, devenu le chef de l’armée des ombres.

L’arrestation de Jean Moulin par Klaus Barbie, due manifestement a une trahison non encore élucidée faute d archives puis sa mort sous la torture sans qu il ait parle ont fait de cet homme un héros national dont les cendres ont été transférées a juste titre par le général de Gaulle au Panthéon lors d une cérémonie mémorable ,marquée par l’admirable discours d André Malraux.

Remercions Daniel Cordier, témoin de premier plan ,historiographe inspire et véritable disciple de Jean moulin, son ancien patron, d’en perpétuer le souvenir et d’en faire vivre le symbole historique, un symbole dont on peut souhaiter qu’il inspire les jeunes générations, actuellement en manque de repères.

Gilles BACHELIER


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>