COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > CRISE DE FOI

CRISE DE FOI

vendredi 24 octobre 2008

La dernière crise de foi quant aux "bienfaits" du marché fait la une des médias américains. Et pour cause. Elle provient d’Alan Greenspan, l’ex-président de la Federal Reserve, qui a professé pendant 18 ans à la tête de la banque centrale américaine la supériorité du marché sur la régulation.

Interrogé jeudi 23 octobre par le président de la Chambre des représentants, Henry Waxman, qui était particulièrement mordant, Alan Greenspan a, comme l’écrit le New York Times, " admis qu’il avait eu tort de faire confiance au marché pour réguler le système financier sans un contrôle supplémentaire du gouvernement ".

Lisez les déclarations de Greenspan. Elles révèlent un homme totalement désemparé par la crise financière.

"J’ai fait une erreur en comptant sur l’intérêt privé des organisations, principalement des banquiers, pour protéger leurs actionnaires."

"Ceux d’entre nous qui comptaient sur l’intérêt des établissements de crédit pour protéger les actionnaires (en particulier moi-même) sont dans un état de choc et d’incrédulité".

"La crise a pris une dimension beaucoup plus grande que ce que j’avais imaginé".

"J’ai trouvé une faille dans l’idéologie capitaliste. Je ne sais pas à quel point elle est significative ou durable, mais cela m’a plongé dans un grand désarroi."

"La raison pour laquelle j’ai été choqué, c’est que l’idéologie du libre marché a fonctionné pendant 40 ans, et même exceptionnellement bien".

"J’ai eu en partie tort en n’essayant pas de réguler le marché des Credit Default Swaps".

"Le modèle de gestion des risques tenait depuis des décennies. Mais l’ensemble de cet édifice intellectuel s’est effondré l’été dernier."

Heureusement qu’il y a encore Alain Madelin pour croire aux vertus du libéralisme. Mais il doit se sentir de plus en plus seul, non ?

BA


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>