COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Syrie : qui attaque réellement l’armée régulière et les forces russes ? par (...)

Syrie : qui attaque réellement l’armée régulière
et les forces russes ?
par Karine Bechet-Golovko

mardi 29 mai 2018, par Comité Valmy


Syrie : qui attaque réellement l’armée régulière
et les forces russes ?

Deir ez-Zor est une zone stratégique qui fut l’objet de nombreux combats. Tenue par les forces américaines, les tentatives de l’armée syrienne de reprendre le contrôle de ce territoire au sous-sol particulièrement riche se sont toujours terminées par une attaque frontale de la "coalition" américaine. Il y a quelques jours encore, l’armée régulière syrienne, aidée par la Russie, s’est faite attaquée. Quatre militaires russes sont morts. Il semblerait pourtant que Daesh ait bon dos, certains parlent de l’implication de "l’opposition modérée", celle formée par les Etats-Unis. Au-delà des discours sur les plateformes internationales parlant d’un règlement commun du conflit en Syrie, il est évident que les intérêts en présence sont trop divergents.

Deir ez-Zor est l’objet de combats récurrents, à l’occasion desquels l’armée américaine et leurs alliés de ’’l’opposition démocratique" (démocratique puisque d’opposition, logique) attaquent l’armée syrienne, pourtant armée d’Etat combattant sur son territoire (voir notre texte ici). Ce qui finalement correspond plus au mode d’action d’un pays instaurant un régime d’occupation d’un territoire étranger, que de mécanismes de lutte contre le terrorisme.

Il semblerait pourtant que les attaques soient également dirigées contre la Russie, en tant qu’elle soutienne l’armée syrienne et empêche ainsi la victoire des "terroristes modérés", soutenus par l’Occident. Terroristes formés et armés par eux. Notamment sur la base américaine, non autorisée par le gouvernement syrien, qui se trouve à al-Tanf. Cette base militaire, aménagée par le Pentagone en 2014, qui sert notamment à l’entraînement des groupes radicaux. La Russie a plusieurs fois demandé la fermeture de cette base, illégale, qui bloque aussi l’accès de l’aide humanitaire au camp de réfugiés qui avait été installé dans la région et compte plus de 50 000 personnes, femmes et enfants, placés sous le joug de groupes extrémistes, qui l’ont divisé en plusieurs secteurs. Sans que cela ne dérange nullement la très démocratique coalition américaine, ni que la presse ne s’indigne.

C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’attaque subie par les forces syriennes la semaine dernière. Dès le 21 mai, une nouvelle, la troisième, attaque de drones militaires sur la base russe de Lattakié est repoussée. Cela se passe sur fond de libération totale de Damas des groupes extrémistes. Donc de défaite des groupes pro-américains, soutenus par la coalition.

Dimanche, le ministère russe de la défense annonce qu’une attaque a été perpétrée contre l’armée syrienne dans la région de Deir ez-Zor, en résultat de quoi 4 militaires russes sont morts, dont deux conseillers en artillerie, et trois sont blessés. Si les regards sont évidemment tournés vers les groupes extrémistes de l’état islamique, le journal libéral Kommersant avance la possibilité d’une autre voie examinée par la Russie, à savoir celle de la participation de cette incontournable "opposition modérée" pro-américaine.

Selon une source militaire, les combats ont eu lieu en milieu de semaine dernière. Quelques jours auparavant, des militaires russes sont arrivés dans la région pour coordonner l’artillerie syrienne et former les Syriens à leur utilisation. Dans la nuit du 23 mai, une attaque violente, par des forces extrêmement bien formées, a duré plus d’une heure. 43 extrémistes ont été tués et plusieurs véhicules militaires détruits. La Russie enquête pour savoir ce qui s’est passé et qui est intervenu. En dehors de l’état islamique, il semblerait que des membres de l’Armée libre syrienne (dont les accointances avec Al Nosra sont depuis longtemps révélées) soient présents sur la base américaine d’al-Tanf et formés avec d’autres groupes de "l’opposition modérée" par la coalition américaine. Sauf que ces groupes "d’opposition" ne se battent manifestement pas contre les groupes radicaux, mais avec les groupes radicaux contre l’armée syrienne régulière et ceux qui la soutiennent. Nous sommes assez loin de la lutte contre le terrorisme.

S’il s’agit bien de défendre bec et ongles une région riche et stratégique, que les Etats-Unis n’ont absolument ni l’intention, ni l’intérêt de rendre à la Syrie, cette attaque montre que finalement cette "coalition démocratique" est prête à aller très loin, voire attaquer les militaires russes sur place, soit directement, soit en lançant des groupes plus ou moins officiellement radicalisés.

Karine Bechet-Golovko
lundi 28 mai 2018

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>