COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > « Les clowneries ‘bombardantes’ de May, Trump et Macron » par Bruno (...)

« Les clowneries ‘bombardantes’
de May, Trump et Macron »
par Bruno Adrie

dimanche 15 avril 2018, par Comité Valmy


« Les clowneries ‘bombardantes’
de May,Trump et Macron »

Souriant de l’inextinguible éclat de satisfaction que la dentisterie du marketing lui a vissé aux crocs, sombrement noué dans sa cravate, ficelé comme une marionnette dans l’azur noir de son costume à répétition, l’élu président Macron a courtoisement affirmé il y a deux jours qu’il avait des preuves que la Syrie avait utilisé l’arme chimique contre les civils de la Ghouta.

N’attendant pas que l’équipe d’experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OAIC) débute ce samedi une enquête en vue de déterminer si l’armée syrienne a effectivement déclenché une attaque chimique le 7 avril dernier, le président courtois a ordonné à l’aviation française de se joindre aux frappes – on sait depuis longtemps que les Occidentaux ne bombardent pas mais frappent – organisées par des deux puissances coloniales anglosaxonnes que sont le Royaume-Uni et les États-Unis.

Selon le chef d’état-major américain, le général Dunford, «  les forces occidentales ont visé samedi à 1 heure du matin, trois cibles liées au programme d’armement chimique syrien, l’une près de Damas et les deux autres dans la région de Homs, dans le centre de la Syrie  ».

Apparemment, les chancelleries occidentales n’ont pas prévu de faire suivre ces bombardements – prétendument dirigés contre des installations de fabrication d’armes chimiques – d’autres opérations du même genre. Ceci pourrait signifier que Washington et ses deux États caniches – qui suivent leur maître sur les trottoirs du Mensonge sans trop tirer sur leurs colliers – n’ont peut-être agi que pour se donner une cohérence devant les nations qui les contemplent à travers le prisme déformé des médias. Il fallait bien donner un sens aux provocations diffusées par un Trump élu et twittoïdien et aux déclarations d’un Macron élu et autosatisfait qui a prétendu détenir des preuves de l’attaque chimique du 7 avril dernier, preuves non produites à ce jour et peut-être en cours de fabrication.

Est-il possible que l’opération de cette nuit ne soit qu’un acte bravache destiné à justifier un tweet rédigé à la va-vite par un le président coloré au Pizbuin ? Est-il possible que le président courtois ait voulu donner un gage d’amitié au copain d’Arabie Saoudite qui lui a récemment rendu visite à l’Élysée – ce palais ouvert à tous les vents mauvais venus de l’étranger – pour le serrer contre lui, un bras passé par-dessus l’épaule, et tirer un selfie indigeste de bonne camaraderie ? Est-il possible que ce bombardement ne soit rien d’autre, au fond, qu’un acte apparent devant jouer le rôle de simple complément de la propagande officielle afin de la rendre crédible aux yeux de ceux qui ne voient rien et qui regardent les informations ?

Ce qui est certain, c’est que le néocolonialisme recouvert des frusques de l’ingérence humanitaire a de plus en plus recours, pour se justifier, à des opérations de com’ risibles et infra-intellectuelles. Il est certain aussi que nos dirigeants du jour ressemblent plus à des clowns faillis qu’à des personnes à qui on devrait confier le destin des nations.

Nous vivons une époque décidément à la fois sanglante et tragicomique.

Bruno Adrie
14 avril 2018


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette