COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > « Le général Pierre de Villiers quitte ses galons pour rejoindre un (...)

« Le général Pierre de Villiers quitte ses galons
pour rejoindre un prestigieux état-major du capitalisme » - par Bruno Adrie

mardi 3 avril 2018, par Comité Valmy


« Le général Pierre de Villiers quitte ses galons
pour rejoindre un prestigieux état-major du capitalisme »

Le général Pierre de Villiers vient de rejoindre une société de consulting étasunienne. À 61 ans, il a laissé tomber son uniforme, son képi et ses galons (mais, espérons-le, pas sa pension de retraité des armées) pour mettre son savoir-faire au service du Boston Consulting Group qui «  compte 85 bureaux dans 48 pays, plus de 12 000 employés, plus de 900 Directeurs associés et plus de 18 000 alumni ». En prenant ses fonctions dans cette prestigieuse société, le désormais M. Pierre de Villiers travaillera «  main dans la main avec ses clients pour résoudre leurs défis les plus complexes  ».

L’ex général a avoué être «  très heureux de la perspective d’aider les grandes entreprises dans leurs transformations ». Il va donc pouvoir oublier, dans l’ambiance bien huilée d’un des rouages du capitalisme en marche, son accrochage par médias interposés avec un président en marche qui l’a – rappelez-vous – publiquement tancé pour sa critique bourrue – mais tellement touchante de sincérité –, des coupes budgétaires infligées aux Armées par la nouvelle majorité accouchée aux urnes en déroute.

En entrant au Boston Consulting Group, M. Pierre de Villiers nous donne une leçon de modernité. Il nous montre par cet acte courageux et, j’espère, rémunérateur, qu’il est fini le temps où les rejetons d’une noblesse chrétienne, guerrière et patriotique s’opposaient aux acteurs innovants d’un capitalisme aux élans œcuméniques qui agissent dans un monde décloisonné où les nations s’ouvrent comme des côtes normandes aux débarquements des armadas boursières.

En entrant dans le Boston Consulting Group, M. Pierre de Villiers a fait entrer le passé dans l’avenir et, j’oserai dire, en reprenant la formule d’un homme autrefois tombé de la Lune : “C’est un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour l’humanité”.

Un grand pas aussi vers la réconciliation avec le président de tous les Français fortunés puisque tous deux, le président et l’ex général ont mis leurs énergies au service de l’économie sans frontières.

Je ne puis prétendre connaître les convictions intimes de celui qui fut notre chef des armées mais il me semble qu’alors qu’il était général il n’a jamais critiqué le retour de la France dans le dispositif intégré de l’OTAN. Peut-être n’a-t-il jamais vu dans l’Alliance atlantique une organisation destinée à faire durer artificiellement l’occupation étasunienne en Europe après l’effondrement de la prétendue menace soviétique.

Dans ce cas, son nouveau rôle au sein d’un éminent bureau du capitalisme transnational n’aurait rien de contradictoire avec la vision qu’il avait déjà de la France dans sa fonction précédente, c’est-à-dire celle d’une France ouverte, capitaliste, mondialisée et s’insérant de bon gré dans l’effort de guerre tous azimuts mené par notre allié étasunien.

Je caricature sans doute… mais l’idée est là.

Bruno Adrie
24 mars 2018

Photographie : le général de Gaulle à Bayeux le 14 juin 1944


In cauda venenum


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette