COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > « L’ONU impuissante devant la Syrie et autres considérations intempestives… » (...)

« L’ONU impuissante devant la Syrie
et autres considérations intempestives… »
par Bruno Adrie

lundi 26 février 2018, par Comité Valmy


« L’ONU impuissante devant la Syrie
et autres considérations intempestives… »

L’ONU, ce machin qui sert à tout et qui ne sert à rien et dont on se passe quand on n’en veut pas, a décrété que l’État souverain syrien devait mettre un terme – pour trente jours – à la reconquête de la Goutha orientale où les mercenaires extrémistes d’un Occident perclus d’appétits féroces tiennent en otage les populations qui n’ont pas eu le temps de fuir à leur arrivée. Au moment où les forces armées syriennes (FAA) reprennent du terrain en attaquant par la partie rurale de la Ghouta orientale, les gouvernements occidentaux font tout pour arrêter leur progression et offrir un répit à ceux qui les servent sur place. Le ventilateur à fumier BFMTV nous balance ses fake news à grand tournoiement de moulinette malodorante, propageant dans une atmosphère charognarde, les données fournies en temps réel par l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH), qui n’est qu’une officine inventée pour la déstabilisation du régime et pour satisfaire les appétits des puissances marionnettistes occidentales qui l’agitent – je parle de l’OSDH – avec un bâton bien calé dans le tréfonds.

Le texte de l’ONU qui « réclame que toutes les parties cessent les hostilités sans délai pour au moins 30 jours consécutifs en Syrie pour une pause humanitaire durable » est salué dans les colonnes bréneuses de BFMTV qui condamne par la même occasion la Russie pour ses “atermoiements” qui ont retardé de quinze jours la décision. La gosse de riche Nikki Haley que le méchu président Trump a nommé ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU, “ a vivement critiqué la Russie et le retard que ce pays a mis pour se joindre à un consensus”, montrant par là-même qu’on peut avoir été employée dans le commerce multimillionnaire de vêtements de luxe appartenant à maman et devenir en un clin d’œil la porte-parole d’une puissance exigeant la maîtrise de la novlangue diplomatique au service des appétits insatiables de l’argent-roi.

Sans doute pour donner raison au général de Gaulle, l’ONU s’est bien cantonnée à son rôle de machin, puisque rendant inopérante sa décision après y avoir intégré des “exclusions au cessez-le-feu pour les combats contre les groupes jihadistes État islamique et Al-Qaïda”, exclusions étendues à la demande de la Russie à « d’autres individus, groupes, entités, associés avec Al-Qaïda et Daesh, ainsi que d’autres groupes terroristes désignés par le Conseil de sécurité ».

Autant dire que cette décision réclamée à cor et à cri par le président marionnette Emmanuel Macron n’a abouti à rien et sûrement pas à empêcher l’offensive menée en ce moment même par l’armée syrienne du régime comme disent nos propagandistes, de Bachar comme l’appellent familièrement nos journalistes englués dans leurs formules médiocres et qui pour cette raison ont – opportunément – oublié de penser mais pas de compter les oboles qu’on leur tend.

Car oublier de penser, ça rapporte et ça fait passer le colonialisme pour ce qu’il n’est pas, pour une opération humanitaire, pour une opération de sauvetage de populations dont, au fond, nos dirigeants se fichent bien. Et que dire des imbéciles diplômés, sous-diplômés et surdiplômés qui, entre deux conversations nombrilistes, répètent, à la maison, dans les bureaux ou dans les cafés, les boniments que leur ont servis les organes de propagande qu’ils prennent pour des journaux et des télévisions et qui ne sont les hauts-parleurs diffusant la voix de leur maître, l’Argent, cet Argent qui les pousse à désirer et à s’endetter et à ne ne voir que leur nombril, en croyant que la vie c’est comme ça, que c’est s’acheter un “petit manteau”, que c’est rouler en “petite auto”, tout ça, comme chantait Brel, parce qu’ils “voudraient bien avoir l’air” mais qui, au fond n’ont “pas l’air du tout”, en tout cas pas l’air qu’ils croient, mais celui que je vois et qui m’emplit à la fois de colère et de compassion.

Bruno Adrie
25 février 2018


In cauda venenum


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>