COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Italie en armes de la Baltique à l’Afrique par Manlio Dinucci

L’art de la guerre

Italie en armes de la Baltique à l’Afrique
par Manlio Dinucci

mercredi 17 janvier 2018, par Comité Valmy


Italie en armes de la Baltique à l’Afrique

Qu’arriverait-il si des avions de chasse russes Sukhoi Su 35, basés dans l’aéroport de Zurich à une dizaine de minutes de vol de Milan, patrouillaient à la frontière de l’Italie avec le motif de protéger la Suisse de l’agression italienne ? À Rome le parlement au grand complet s’insurgerait, en demandant immédiatement des contre-mesures diplomatiques et militaires. Ce même parlement, par contre, accepte substantiellement et passe sous silence la décision Otan de déployer 8 avions de chasse italiens Eurofighter Typhoon dans la base d’Amari en Estonie, à une dizaine de minutes de vol de Saint Petersbourg, pour patrouiller à la frontière de la Russie avec le motif de protéger les pays baltiques de l’”agression russe”. Fake news avec laquelle l’Otan sous commandement USA justifie l’escalade militaire de plus en plus dangereuse contre la Russie en Europe.

Pour déployer en Estonie les 8 chasseurs bombardiers, avec un personnel de 250 hommes, on dépense (avec de l’argent provenant des caisses publiques italiennes) 12,5 millions d’euros de janvier à septembre, auxquels s’ajoutent les dépenses opérationnelles : une heure de vol d’un Eurofighter coûte 40 mille euros, l’équivalent d’un salaire brut annuel d’un travailleur.

Ceci n’est qu’une des 33 missions militaires internationales dans lesquelles l’Italie est engagée dans 22 pays. À celles conduites depuis longtemps dans les Balkans, au Liban et en Afghanistan, s’ajoutent les nouvelles missions qui -souligne la Délibération du gouver-nement- “se concentrent dans une aire géographique, l’Afrique, jugée d’intérêt stratégique prioritaire par rapport aux exigences de sécurité et défense nationales”.

En Libye, jetée dans le chaos par la guerre Otan de 2011 avec la participation de l’Italie, l’Italie aujourd’hui “soutient les autorités dans l’action de pacification et de stabilisation du pays et dans le renforcement du contrôle et de la répression de l’immigration illégale”.

L’opération, avec la mobilisation de 400 hommes et 130 véhicules, comporte une dépense annuelle de 50 millions d’euros, comprenant une indemnité moyenne de mission de 5 mille euros mensuels pour (en plus de leur paye) chacun des participants à la mission.

En Tunisie l’Italie participe à la Mission Otan de soutien aux “forces de sécurité” gouvernementales, engagées à réprimer les manifestations populaires contre l’aggravation des conditions de vie.

Au Niger l’Italie commence en 2018 la mission de soutien aux “forces de sécurité” gouvernementales, “dans le cadre d’un effort conjoint européen et étasunien pour la stabilisation de l’aire”, comprenant aussi Mali, Burkina Faso, Bénin, Mauritanie, Tchad, Nigeria et République Centrafricaine (où l’Italie participe à une mission Ue de “soutien”). C’est une des aires les plus riches en matières premières stratégiques -pétrole, gaz naturel, uranium, coltan, or, diamants, manganèse, phosphates et autres- exploitées par des multinationales étasuniennes et européennes, dont l’oligopole est cependant à présent mis en danger par la présence économique croissante de la Chine. D’où la “stabilisation” militaire de l’aire, à laquelle participe l’Italie en envoyant au Niger 470 hommes et 130 véhicules terrestres, pour une dépense annuelle de 50 millions d’euros.

À ces engagements s’ajoute celui que l’Italie a pris le 10 janvier : le commandement de la composante terrestre de l’Otan Response Force, rapidement projetable dans n’importe quelle partie du monde. En 2018 elle est sous les ordres du Commandement multinational de Solbiate Olona (Province de Varese), dont l’Italie est “la nation guide”.

Mais -précise le Ministère de la défense- ce commandement est “sous la dépendance du Commandant Suprême des Forces Alliées en Europe”, toujours nommé par le président des Etats-Unis. L’Italie est ainsi certes “nation guide”, mais toujours subordonnée à la chaîne de comman-dement du Pentagone.

Manlio Dinucci

Edition de mardi 16 janvier 2018 de il manifesto
> https://ilmanifesto.it/italia-in-armi-dal-baltico-allafrica/
Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>