COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Du show en politique à la politique du show ? par Karine Bechet-Golovko

Du show en politique à la politique du show ?
par Karine Bechet-Golovko

samedi 9 décembre 2017, par Comité Valmy


Maxime Orechkine

Du show en politique à la politique du show ?

Que la politique devienne un show n’est pas en soi une grande nouvelle dans nos sociétés de consommation de masse. L’on consomme de la politique, comme de l’innovation, avec une dose de philosophie prédigérée afin d’assurer une posture, le matin entre le café et le croissant. Ce qui était courant notamment en France entre en grande pompe en Russie, avec l’arrivée du show "Une idée à 1 million", et la participation du ministre de l’Economie comme membre central du jury, show censé permettre la relance de l’économie en Russie ...

La chaîne fédérale privée NTV va lancer le 12 décembre un nouveau show "Une idée à 1 million", dans lequel apprend-on "les idées se transforment en argent". Kitsch ? Non, pire, c’est une tendance. Celle de la virtualisation de la politique qui n’arrive pas à assumer ses fonctions dans le réel. C’est le recours au magique.

Car si l’idée a été lancée par la Banque russe pour le développement ( VEB), le ministre de l’Economie va faire partie du grand jury qui décidera quels seront les 3 projets méritant financement. Ca ne vous rappelle rien ? Si, si, Bernard Tapie ... remarquez, lui aussi fut ministre, avant de tomber dans des affaires assez louches ... Décidément, le business mène à tout, au show et à la politique.

Mais faut-il pour autant réduire la politique à du show ? Cela est fortement déconseillé si l’Etat en question se considère souverain.

Maxime Orechkine, ministre de l’Economie et du développement et ancien banquier, a ainsi commenté sa nouvelle "promotion" :


"J’espère que ce show va renforcer la confiance en eux des business men débutants et ainsi va permettre la croissance de l’économie"

Donc, l’économie russe, qui par ailleurs se porte beaucoup mieux grâce à des mesures, elles, réelles, doit être relancée suite au coup de baguette magique d’une émission de télé, où 35 personnes vont présenter des projets géniaux, innovants, qui vont transformer le pays dont trois seront financés. C’est ça ?

Sans s’éterniser sur cette aberration, deux remarques.

En ce qui concerne les banques. Leur rôle de soutien en matière de prêt pour les PME est souvent critiqué - dans la vie réelle. Une politique trop austère, des taux de prêt dissuasifs, etc. Mais il est certainement plus facile de sponsoriser un show télévisé et ainsi de se payer une bonne campagne publicitaire que de lancer une réelle politique de financement des petites et moyennes entreprises.

En ce qui concerne l’Etat. Que cette banque et d’autres grosses entreprises qui feront partie du show en qualité de Jury aient besoin d’une publicité positive pour redorer leur image, cela ne fait aucun doute. La question qui reste en suspend est beaucoup plus triviale : en quoi cela concerne-t-il l’intérêt général qu’est censé représenter l’Etat et, donc, ses ministres ?

Si le ministère de l’Economie n’est pas une structure virtuelle, dont le rôle principal serait l’implantation des recommandations de l’OCDE, du FMI ou d’autres structures permettant la globalisation des économies et des politiques, donc le retrait de l’intérêt national, le ministre a certainement mieux à faire que de la publicité. A moins de ne déclarer que les mesures systémiques, elles, ne fonctionnent pas.

Du show en politique à la politique du show il n’y a qu’un pas, celui qui conduit au suicide national.

Karine Bechet-Golovko
vendredi 8 décembre 2017

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>