COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Ce jour de 1995, où Fidel Castro a dîné chez Georges Marchais à (...)

Ce jour de 1995, où Fidel Castro
a dîné chez Georges Marchais à Champigny

vendredi 24 novembre 2017, par Comité Valmy


Copie d’écran INA

Ce jour de 1995, où Fidel Castro
a dîné chez Georges Marchais à Champigny

Le lundi 13 mars 1995, Fidel Castro était invité chez Georges et Liliane Marchais. Un dîner « en famille » dans le petit pavillon de Champigny-sur-Marne, dans le Val de Marne.

Quel souvenir pour les Campinois ! Le 13 mars 1995, Fidel Castro, en tenue civile, était invité chez Georges et Liliane Marchais. Un dîner « en famille », joyeux, dans le petit pavillon de Champigny-sur-Marne, dans le Val de Marne. Le journaliste de l’Humanité, Claude Marchand, a relaté cette soirée dans l’édition de journal datée du vendredi 17 mars 1995.

« Il est 21 h 40, lundi à Champigny, dans une petite rue ordinairement tranquille de la banlieue sud de Paris. Fidel Castro quitte le perron du petit pavillon de Georges Marchais, en disant quelques mots à l’Humanité. « Je viens de passer une soirée très, très agréable, en famille, avec mon ami Georges Marchais, et je me suis senti très heureux. » Les mots suivants se perdent dans le brouhaha et le crépitement des flashes : la porte du jardinet vient de s’ouvrir sur la rue où l’attend une foule de journalistes en quête de déclarations. « Commandante ! », l’interpelle un reporter. « Non, pas commandant. Aujourd’hui, je ne suis pas militaire, je porte un costume civil. Je me sens comme un citoyen français qui vient de rendre visite à un ami », répond-il en s’engouffrant dans sa voiture. Sous les applaudissements et les encouragements de quelques dizaines de personnes, des jeunes pour l’essentiel, venues spontanément des cités voisines en entendant la nouvelle à la radio ou à la TV.

Fidel Castro vient de passer plus de deux heures chez son « ami Georges ». Une rencontre qu’il a personnellement souhaitée dans l’intimité familiale du domicile des Marchais, loin des mondanités. Une rencontre chaleureuse, le temps d’un repas - on allait dire à « la bonne franquette » - entre deux frères de combat pour la libération humaine, liés par une solide amitié depuis près de trois décennies. « Une soirée toute simple, dont je suis très content, raconte Georges Marchais aux journalistes. Nous nous connaissons depuis 1966. Je n’ai jamais cessé de lui dire mon souhait qu’un jour il vienne en France et lui même avait aussi cette idée, parce qu’il aime beaucoup la France, il est très attaché à notre peuple. Je suis sûr qu’avec ce voyage il réalise une aspiration profonde. »

De quoi ont-ils parlé ? Du blocus américain, naturellement. Georges Marchais :

« L’opinion qui se dégage de notre discussion, c’est que le problème de l’embargo est maintenant très fortement posé au plan mondial. Depuis la rencontre internationale sur ce thème, à laquelle j’ai participé à La Havane en novembre dernier, en compagnie de représentants de cent dix-huit pays de toutes opinions politiques, philosophiques et religieuses, la cause de la levée de l’embargo a progressé. J’ai la conviction que les voyages de Fidel à Copenhague, puis en France vont contribuer à ce que le président Clinton et les Américains prennent en compte le fait qu’on ne peut pas essayer d’affamer un peuple comme ils le font actuellement. C’est un voyage qui est une très bonne chose pour la levée de cet embargo. » Georges Marchais conclut en évoquant l’avenir : « La position du PCF est claire, nous pensons que la France, qui joue déjà un certain rôle, doit faire plus pour la levée de cet embargo et pour l’aide à Cuba. Voilà ce que j’ai réaffirmé à Fidel Castro. »

Le lendemain du repas, le journal télévisé de France 2 rendait compte de cette soirée à Champigny, qui reste un moment inoubliable pour nombre d’habitants du quartier.

Laurence Mauriaucourt
Journaliste
$ 28 novembre 2016


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette