COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Aider à dessiller et faire tomber les masques par Canaille (...)

Aider à dessiller et faire tomber les masques
par Canaille Lerouge

mardi 29 août 2017, par Comité Valmy


Aider à dessiller et faire tomber les masques

Paroles entendues

et rapportées des

Zuniversités d’été

des Zuns et des Zôtres

Ce qu’il y a de bien avec les Zuniversitédétés c’est qu’étant universitaires et estivales cela permet de mettre de coté la notion de rentrée et sa dimension sociale...sauf quand il faut partir à la collecte de soutiens, rameuter des troupes.

A travers l’échiquier politique, s’en est presque caricatural.

Vous comprendrez bien que les dites "Zun’detés" de la droite de l’échiquier ne feront pas lever une paupière estivalo-siesteuse à Canaille le Rouge. Par contre ,ceux qui se présentent comme dépositaires ou héritiers des valeurs progressistes (La Canaille n’ose écrire anticapitaliste tant ce serait plus que risqué), là, il faut y jeter un oeil pour au besoin (et besoin il y a) clarifier.

Tout comme il est indispensable de montrer en quoi le P"c"F n’a plus de communiste que l’adjectif central du sigle, il l’est tout autant de mettre en lumière la stratégie des auto-proclamés insoumis qui sont dans leurs références bien soumis à la logique du capital.

Canaille le Rouge voit d’ici la monté au créneaux des reconvertis du premier vers les seconds, les transfuges du NPA ou de l’OCI et s’attend à des mises en demeure comminatoires de cesser de dire sans connaître.

Tout comme le programme est instructif (fiscalisation de la sécu par la CSG) , le calendrier pour ratisser large (le jour où pourtant les pacifistes du monde entier tentent de faire converger leur combat), les déclarations des dirigeants de la dite FI valent preuve.

En cette fin aout 2017, intervenant dans une de ces "Zun’détés ", celle d’ATTAC, Coquerel qui n’est n’importe qui dans l’organigramme de la F.I. a mis carte sur table. C’est savoureux.

"Le débat n’est pas le même qu’il y a cinq ans. Aujourd’hui, il n’est pas anodin que des forces de gauche radicale soient en capacité de prendre le pouvoir. Podemos fait 20 %, Syriza est au pouvoir en Grèce, le Labour, en Angleterre, fait de très bons scores. En France, la FI tient ce rôle » ( Éric Coquerel devant Univ d’été d’Attac).

Histoire de ne pas laisser de zones d’ombre, l’orateur a ressorti la spatule à résiner les courroies de transmission (qu’il à su dans une vie antérieure – à juste titre— si ardemment combattre... chez les autres :

« Si la question des liens avec les mouvements sociaux se pose, elle ne se pose pas en externalité. Vous, c’est nous et nous c’est vous » . ( Éric Coquerel devant Univ d’été d’Attac).

Entre le financement du Labour par les trade-unions et l’hommage à Syriza, co-affameur du peuple avec la BCE, la commission de l’UE et le FMI, ) au pouvoir en Grèce, en voila des pistes déjà explorées depuis plus d’un siècle pour le plus grand malheur des peuples et la caricature des idées progressistes.

C’est de l’insoumission à qui çà et de la soumission à quoi ?

A noter, ayant ouïe ces propos, la déclaration faisant mise en garde en direction des militants d’ATTAC faite par Zoi Konstantopoulou qui fut présidente de l’Assemblée Nationale de Grèce et dirigeante de Syriza avant de s’opposer à Tsipras (privatiseur à la Jospin, affameur à la Thatcher) référence commune au P "c "F et à la F.I. :

« Nous avions l’habitude de dire que Syriza nageait dans les mouvements sociaux comme un dauphin dans la mer. Mais malheureusement, cette relation n’a pas eu les conséquences que j’imaginais. Arrivés au pouvoir, les dirigeants de ces mouvements sociaux sont devenus des cadres gouvernementaux
«  Les mouvements sociaux ont perdu leur autonomie vis-à-vis de Syriza, et lorsque Tsipras a trahi, la plupart des cadres gouvernementaux ont préféré rester au pouvoir plutôt que défendre le mandat populaire. Si les mouvements sociaux cèdent à un parti, et que ce parti perd sa notion de fidélité au peuple, c’est la recette de l’échec »

CQFD.

Au fait , y a-t-il un lien ? En Grèce les ventes de Rolex ont augmenté de 25% depuis 2011. Rolex va-t-il sponsoriser les Zundets de 2018 ?

Toujours à partir de l’horizon radieux de Coquerel, c’est toujours Zoi Konstantopoulou qui rapporte :

Si vous m’aviez posé la question en mai-juin 2015, j’étais à 95 % sûre qu’Alexis Tsipras ne signerait pas d’accord avec la troïka. Et si les 5 % restants se réalisaient, j’étais sûre à 100 % qu’il n’obtiendrait pas la majorité dans Syriza, justement parce qu’il s’agissait de militants de longue date », « J’ai vu le représentant emblématique de la lutte contre la privatisation des ports devenir ministre des affaires maritimes, apposer sa signature sur le document de privatisation du Pirée. Un grand militant contre la dictature et pour les droits de l’homme est désormais président des affaires économiques du gouvernement qui a fait un coup contre la démocratie et le mandat que leur avait donné le peuple »,

La machine à fabriquer des Gayssot de toute provenance ne sera mise à la casse que quand la politique s’affranchira des leaders donneurs de leçons ou conseils depuis strapontins écarlates des tribunes mais déconnectés des réalités quotidienne.

le 27 Août 2017
Rédigé par Canaille Lerouge


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette