COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > L’adoration des Macron n’est pas obligatoire par Régis de Castelnau

L’adoration des Macron
n’est pas obligatoire
par Régis de Castelnau

samedi 15 juillet 2017, par Comité Valmy


L’adoration des Macron n’est pas obligatoire

Après avoir partagé les statuts vraiment drôles de deux amies Facebook qui brocardaient avec beaucoup d’esprit la tenue blanche avec laquelle Brigitte Macron avait accueilli le président américain et son épouse, j’ai publié le 14 juillet un statut que je reconnais et assume comme une blague de cour d’école. Il accompagnait la photo du dîner présidentiel de la veille à la tour Eiffel.

Il ne contenait aucune critique directe des protagonistes du dîner, mais s’amusait du plan de table où l’on avait d’une part des soixantenaires bien sonnés (comme moi) et en face leurs conjoints respectifs de 25 ans plus jeunes. Personne n’était obligé de trouver ça drôle, mais il se trouve que le statut est devenu viral. Près de 1700 likes (pour l’instant), 950 partages et une bataille de chiffonniers sur les commentaires. Je n’ai absolument aucune prévention contre Brigitte Macron que j’ai tendance à trouver très sympathique, impression qui m’a été confirmée par ceux qui la connaissent. Et puis, elle a l’air tellement radieuse de ce qui lui arrive ainsi qu’à son mari que c’en est presque attendrissant. Je lui reconnais cependant une certaine disposition à être un peu à côté de la plaque en ce qui concerne les tenues qu’elle adopte pour les événements officiels. Pour le reste, je me fous complètement de sa vie privée et la différence d’âge ne me pose absolument aucun problème. Pas plus que celle qui existe au sein du couple Trump.

Mais s’agissant de personnages publics, qui passent leur temps à se mettre en scène, je tiens absolument à conserver mon droit à la dérision. Que j’utiliserai quand ça me chante.

Assez rapidement on a vu débarquer sur le fil un certain nombre de professeurs de morale et de maintien hurlant au blasphème et brandissant l’accusation de « sexisme », emblème censé, comme les gousses d’ail pour les vampires, faire reculer les suppôts de Satan qui osent ne pas se prosterner devant le télévangéliste et sa moitié. Le lendemain, on a pu assister à une offensive concertée, celle-là, d’une espèce de « task force » genre police de la charia visant manifestement à saturer le fil des commentaires et d’insultes contre les hérétiques.

Trois observations :
• les nouveaux bigots sont aussi chiants que les anciens.
• L’adoration béate pour le freluquet qui se déploie cette occasion, et les éléments de langage toujours les mêmes, que l’on nous assène, donnent bien l’impression du fonctionnement d’une secte.
• Curieusement ils se déchaînent alors qu’ils n’ont vu aucun inconvénient à la véritable, cette fois, campagne de haine et d’insultes dont a été l’objet Nicolas Sarkozy, ainsi d’ailleurs que son successeur. Pour eux il est aujourd’hui strictement interdit d’émettre la moindre réserve vis-à-vis de Jupiter et de son épouse.

Mais ils ne doivent pas s’imaginer qu’ils nous feront taire.

Vu du Droit
Un regard juridique sur l’actualité avec Régis de Castelnau


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette