COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > L’échec et mât des Américains dans l’est de la Syrie PressTV

L’échec et mât des Américains
dans l’est de la Syrie
PressTV

samedi 15 juillet 2017, par Comité Valmy


L’armée syrienne lance l’opération "Aube 2" dans l’est du pays. (Capture d’écran d’une vidéo publiée par le site southfront.org)

L’échec et mât des Américains dans l’est de la Syrie

Les semaines à venir seront riches en combats lesquels s’entendront de l’est au sud.

L’offensive "Aube 2" à été lancée dans l’est de la Syrie, avec pour l’objectif la libération des frontières syro-irakiennes. Il s’ agit d’une offensive entièrement planifiée par les forces de la Résistance.

Aucune partie extra-régionale ne prend part à cette opération qui se déroule sous l’égide des hauts commandants de la Résistance.

Les USA, mis échec et mât

Les États-Unis avaient l’intention de "freezer" les terroristes de Daech dans l’est de la Syrie tout comme dans l’ouest de l’Irak en utilisant les kurdes et leur incursion à Raqqa.

En ce sens, le QG de Daech a été transféré dans la province de Deir ez-Zor et on s’attendait à ce que Daech s’y implante bientôt. Dans ce scénario, les Américains auraient dû s’emparer du triangle frontalier Syrie/Irak/Jordanie, pour couper tout lien entre le territoire irakien et syrien, au grand dam évidemment de deux États que sont l’Irak et la Syrie : le plan américain visait surtout à créer une zone où maintenir Daech et partant, affaiblir Damas et démembrer la Syrie.

Mais c’était sans compter avec l’axe de la Résistance et le contre-plan de ce dernier qui allait contrecarrer les ambitions américaines.

En plusieurs semaines, les deux offensives "Aube 1 et 2" ont réussi à éloigner les forces US déployées sur les frontières avec la Jordanie, d’une part, et les kurdes et les terroristes de Daech à Raqqa, de l’autre. Les forces de la Résistance dans leur composante irakienne et syrienne ont fini par se rejoindre de part et d’autre de la frontière. Cette jonction a formé une ceinture reliant Bagdad à Beyrouth et ôtant de facto à Daech toute possibilité de descendre du centre de la Syrie vers le sud-est et d’en venir aux mains avec les forces syriennes et la Résistance à Deir ez -Zor.

Il est vrai que la frappe balistique iranienne contre les positions terroristes à Deir ez-Zor a largement changé la donne : les parties impliquées ont très bien compris que l’Iran et l’axe de la Résistance ne plaisantent pas quand ils disent vouloir aller jusqu’au bout de la lutte contre Daech. En d’autres termes, l’axe de la Résistance ne tolère en aucune manière Daech ou d’autres groupes terroristes, qu’ils soient "passifs" ou actifs.

Mais quels sont les acquis
des deux offensives Aube 1 et 2 ?

1- La jonction terrestre des forces de la Résistance sur la frontière syro-irakienne : l’ouest de l’Irak et l’est de la Syrie se rejoignent, ce qui rendra plus facile la chasse aux terroristes et leur élimination.

2- Les forces américaines déployées dans le nord et le sud de la Syrie ont perdu le contact entre elles. Cette absence de communication rend impossible la mise en œuvre des plans visant à démembrer la Syrie sur son flanc oriental.

3- La jonction des forces de la Résistance a empêché Daech de se concentrer dans l’est de la Syrie surtout à Deir ez-Zor où il entendait former un nouveau califat.

4- La reprise de plus de 25.000 kilomètres du territoire syrien en majorité situés au cœur du désert de Syrie. Il s’agit de territoires très importants sur le plan géopolitique.

Les prochaines semaines seraient riches en péripéties. Les analystes prévoient un déplacement de l’épicentre des combats de l’est vers le sud de la Syrie.

Depuis 2011, l’axe de la Résistance a déjoué plusieurs plans US destinés à faire imploser l’État-nation syrien : le premier visait la capitale Damas et consistait à prendre d’assaut cette ville depuis sa banlieue. Un second plan déjoué par la Résistance concernait Alep : l’offensive dite "Nasr 2" a libéré Alep et a ramené la ville dans le giron syrien avec en toile de fond, l’expulsion des terroristes de toute la province d’Alep. Dans un troisième temps, l’axe de la Résistance a agi à Deir ez-Zor où Washington projetait de concentrer les terroristes pour provoquer la scission de l’est syrien.

Le projet américain en Syrie, défait jusqu’ici, risque de prendre dans les prochaines semaines une tournure essentiellement politique. A défaut évidemment d’une victoire nette sur le terrain militaire laquelle relève désormais pour les Américains de l’ordre de l’impossible.

14 juillet 3027


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette