COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Paris : Après la fête Par James Howard Kunstler

Paris : Après la fête
Par James Howard Kunstler

dimanche 14 mai 2017, par Comité Valmy


Ode à la joie choisie par le nouveau président – lefigaro.fr

Paris : Après la fête

Première erreur : les manipulateurs derrière Emmanuel Macron ont joué l’« Ode à la Joie » de Beethoven au lieu de l’hymne national français lors du rassemblement électoral du vainqueur. Eh bien, au moins, ils n’ont pas joué « Deutschland Über Alles ». Les tensions dans la situation de la zone euro restent : le chômage des jeunes est à 20%, l’insolvabilité des banques européennes et la contraction implacable de l’activité économique, en particulier sur le flan sud de l’UE.

Le choc des civilisations provoqué par la surabondance de réfugiés, crise auto-induite par l’UE, s’étend encore sur le continent comme un hijab. Qu’il n’y ait pas eu de violence terroriste islamique autour des élections ne devrait pas être rassurant. Les intérêts des djihadistes résident probablement dans la persévérance persistante du statu quo, avec leurs fantasmes sentimentaux multiculturels. Ne pouvons-nous pas tout simplement l’entendre ? Alors En Marche était leur meilleur investissement. Le Pen aurait pu les faire reculer. Macron cherche à baigner les antagonistes islamiques en France dans un milieu nutritif à la sauce Hollande.

La sclérose en Europe est assurée pour l’instant. Mais les événements se bousculent au contraire des élus et le sort économique de l’Europe peut être déterminé par des forces lointaines et au-delà de son pouvoir de contrôle, notamment en Chine, où le système bancaire insensé est susceptible d’être le premier à imploser, lançant un effet domino mondial de démolition financière incontrôlée. Une grande partie de cela dépend de la stabilité actuelle des devises.

Le problème est que les monnaies sont toutes liées à des attentes fatalement irréalistes d’expansion économique. Sans cela, le remboursement des intérêts sur une dette exceptionnellement grande devient une impossibilité. Et le jeu de l’émission de plus de nouvelles dettes pour payer les intérêts sur l’ancienne dette s’effondre complètement. Encore une fois, la relation dynamique entre la création réelle du capital et les dilemmes de l’industrie pétrolière se cache derrière les échecs répétés de relance de l’économie. En cas de crise de remboursement de la dette, les gouvernements ne sauront pas quoi faire d’autre qu’«  imprimer » plus d’argent, et cette fois ils sont susceptibles de détruire la foi dans la valeur de l’« argent » dans le monde entier.

J’ai mis « argent » entre guillemets parce que les dollars, les euros, les yuans et le yen ne valent que ce que les gens croient qu’ils valent, sous réserve de la mesure des indices de valeur de plus en plus fictifs, tels que les taux d’intérêt, les marchés boursiers et obligataires, la publication des statistiques sur l’emploi et le PIB, et d’autres points de repère tellement représentés par les autorités émettrices que l’avertissement final de ce bon vieux Karl Marx arrive finalement, et que tout ce qui semblait tangible va fondre sous nos yeux.

Pour mémoire, je ne suis pas en faveur du chaos politique et de l’anarchie économique, mais cela semble être la seule voie que les tenants des États Profonds du monde veulent prendre. Les pratiques de la finance à l’ère industrielle, qui ont permis à la routine des emprunts sur l’avenir pour faire fonctionner le présent, ont perdu de leur magie. La théorie courte et pratique de l’Histoire s’applique à cela : les choses se produisent parce qu’elles ont semblé être une bonne idée à l’époque.

Le crédit-revolving semblait être une bonne idée au cours du XXe siècle et cela a certainement travaillé à construire une matrice économique basée sur une énergie peu coûteuse. Mais hélas, ces temps sont révolus. Ce qui reste, c’est le prétexte que les vieux protocoles familiers peuvent encore faire fonctionner leur magie. La déception sera épique, et le résultat des prochaines élections pourrait être des personnages politiques encore pires que Le Pen ou Trump. Considérez cependant que ce que vous prenez pour le battement du nationalisme n’est en fait qu’un barreau sur l’échelle d’un voyage beaucoup plus long pour dé-mondialiser l’économie. Parce que la destination finale au bout de l’échelle est une forme d’autarcie locale que les mandarins actuels du statu quo ne peuvent même pas imaginer.

Ce voyage a déjà commencé, bien que ni le public ni ses dirigeants élus n’aient commencé à l’appréhender. La première étincelle de reconnaissance viendra dans les mois à venir lorsque l’histoire de couverture actuelle sur les marchés, l’argent et la croissance tombera. Les dirigeants politiques ne vont pas supporter que le monde ait l’impertinence de changer sans leur permission.

James Howard Kunstler
– Le 8 mai 2017

Traduction le Saker Francophone

– Source


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette