COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > ADRESSE AUX ÉTERNELS BOUVARD ET PÉCUCHET... Théroigne.

ADRESSE
AUX ÉTERNELS BOUVARD ET PÉCUCHET...
Théroigne.

samedi 6 mai 2017, par Comité Valmy



Malheur à vous, Scribes et Pharisiens hypocrites ; car vous êtes semblables aux sépulcres blanchis, qui paraissent beaux par dehors, et qui au dedans sont pleins d’ossements de morts, et de toute sorte d’ordure.


Matthieu 23 :27

Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.


Sagesse des Nations.

Adresse aux éternels Bouvard et Pécuchet
à l’occasion d’une farce électorale en cours.

Faut-il dire à quel point il est effarant, quand on observe la France de l’extérieur, de voir combien de gens réputés intelligents, et même un certain nombre de ceux qui le sont vraiment, s’aveugler aussi volontairement, de façon tellement suicidaire qu’on en reste bouche bée ?

Qu’est-ce donc, chers amis Français, que vous refusez si obstinément de voir, en refusant de regarder Madame Le Pen en face ? Vous-mêmes ?

La candidature de Madame Le Pen est un aboutissement ou, si on veut, un symptôme. Ce n’est pas la maladie. C’en est encore moins la cause. On pourrait penser que vous avez en vous assez de curiosité (d’intégrité ?) pour vouloir identifer l’une et l’autre. Non ? Pourquoi ?

Est-il permis de vous donner un coup de main ?

Sans être psychiatre ni curé, on peut toujours essayer de vous aider à accoucher de la réalité qui vous gonfle le ventre et que vous refusez de laisser sortir parce que la petite bâtarde, une fois née, sera une disgrâce.

Vous vous trouvez dans la situation cornélienne d’avoir à choisir entre accepter un monstrueux coup d’État ou le refuser de la seule façon possible : en votant pour une candidate qui ne vous plaît pas car vous désapprouvez ses principes qui ne sont pas les vôtres.

C’est son nom qui est sorti du chapeau. Les autres candidats à moitié honnêtes n’avaient d’autre choix que de resserrer les rangs derrière elle, quitte à se démarquer clairement de son programme comme l’a fait M. Dupont-Aignan. Comme elle aurait dû le faire elle-même si le sort avait favorisé quelqu’un d’autre.

Vous avez bien conscience qu’en refusant de vous prononcer, vous vous prononcez en fait pour le plus fort, pour celui à qui vous n’osez pas marcher sur la queue ; qu’en refusant le combat – qui consisterait à vous liguer avec son adversaire quelqu’antipathique qu’elle vous soit – vous vous couchez et acceptez de vous faire sodomiser à sec ? Peut-être par les deux si un jour ils se liguent.

Vous avez beau prétendre que ce sont tous les deux des marionnettes de l’oligarchie, vous savez bien que c’est faux. Et d’ailleurs, qu’est-ce que vous attendez pour l’affronter, l’oligarchie ? Qu’il pleuve des petits chiens ?

Vous savez bien que les choses en sont arrivées à un point où il n’y a pas de troisième voie, que l’abstention n’en est pas une, qu’elle n’est qu’une déclaration de passivité, c‘est-à-dire de lâcheté, que c’est une manière de vous laver les mains comme on dit que l’a fait Pilate. (Décidément, pour une mécréante, je ne sors pas de la Bible).

Prenons les choses en deux temps : d’abord les forces en présence, ensuite par quelle opération du Saint Esprit (zut) on en est arrivés là et à qui la faute.

Donc, nous avons, d’une part, Mme Le Pen, qui a repris à son compte les calembredaines à œillères d’un père discutable et beaucoup plus discuté que tant d’autres qui auraient dû l’être (passons là-dessus). Elle pèche surtout par un manque d’éducation (morale, civique, historique et politique), carence qu’elle partage avec la très large majorité des Français, qu’ils soient de son bord ou pas. Ce n’est pas sa faute ni la leur. C’est la faute à ceux qi ont laissé attaquer l’intégrité de la nation par des forces extérieures dont le but était de la réduire à l’impuissance en la crétinisant. Mission accomplished.

Les choix inégalitaires de la candidate Le Pen ne sont pas glorieux, ils sont même vilains.

En face, vous avez les « vrais maîtres du monde » aka « l’oligarchie » en la personne d’un Pinocchio assis sur les genoux du ventriloque.

Question : QU’EST-CE QU’A FAIT HITLER QUE CES GENS N’AIENT FAIT ET NE FASSENT – EN CENT FOIS PIRE – SANS QU’AUCUN DE VOUS BONS APÔTRES N’AIT LEVÉ LE PETIT DOIGT POUR LES EN EMPÊCHER ?

Nous parlons de choses effectives, pas d’intentions fumeuses même peu ragoûtantes de fascistes à la papa.

Nous parlons de dizaines de millions de morts à Dresde, à Stalingrad, à Hiroshima, en Corée, au Vietnam, au Moyen Orient, en Afrique, en Amérique Latine, en Europe, nous parlons des enfants qui naissent avec deux têtes ou sans membres en Irak et à Belgrade, de ceux qu’on fait mourir de faim, exprès, sur les cinq continents ; nous parlons de centres de torture flottants sur toutes les mers et sur des dizaines de sols ; nous parlons des pays « déstabilisés » (mis à feu et à sang) ruinés de toutes les façons, physiquement, matériellement et moralement pour des décennies par de soi-disant révolutions colorées ; nous parlons de la Grèce animal de laboratoire, asphyxiée « pour voir » ; nous parlons des foules de héros, hommes et femmes, torturés, assassinés, dont seuls quelques-uns nous sont connus, les Allende, les Jara, les Guevara, les Sankara, les Lumumba, les Arafat, les Sands, les Kadhafi, les Chavez, les Manning, les Assange, les jetés d’hélicoptères, les brûlés vifs ou bouillis, les enterrés vivants ; nous parlons des soixante ans de calvaire des Palestiniens qui ne vous ont jamais empêchés de digérer ni de partir en vacances alors que le « programme » de Mme le Pen vous soulève le coeur.

Prétendre renvoyer dos à dos ÇA, l’Europe, le FMI, la CIA, L’OTAN, les 300 Hiroshimas stockés rien qu’en Italie et Mme Le Pen, est faire preuve ou d’une incurable bêtise ou d’une mauvaise foi révoltante. Franchement, il y a des moments où trop c’est trop et où la volonté de mettre sur le même plan des réalités qui sont à des années-lumière l’une de l’autre ressemble vraiment trop à ce qu’elle est : un comble de lâcheté et d’hypocrisie qui va jusqu’à la complicité.

Mais, bon, passons.

Comment en est-on arrivés là ? Au point de n’avoir d’autre choix que « entre la peste et le choléra » ? Il a bien dû y avoir davantage de possibilités « avant », des routes qui menaient ailleurs et qu’on n’a pas prises…

Au risque de nous faire mal voir, allons-y Folleville.

Sans remonter au déluge, ni même à la guerre de Corée, qui a pu en prendre certains par surprise.

Comment se fait-il que vos/nos syndicats DE GAUCHE n’aient jamais eu l’idée de décréter une grève générale au finish jusqu’à ce que la guerre du Vietnam s’arrête ? Quand une telle grève n’eût concerné que la seule Europe, alors qu’il y avait du travail à foison et que le capital avait tellement besoin de collaboration pour subsister. Solidarité de classe, fraternité entre les peuples… n’avez jamais entendu parler ?

Comment se fait-il d’ailleurs qu’aucun syndicat, depuis des siècles qu’ils existent, n’ait jamais donné un seul mot d’ordre de grève politique, alors que ce sont précisément les seules qui pourraient servir à quelque chose ? Parce que les apparatchiks ne voulaient pas mettre en jeu leurs privilèges, leurs salaires, leurs petits avantages en risquant le tout pour le tout ? Mais vous-mêmes, syndiqués, militants, pourquoi n’avez-vous jamais exigé d’eux qu’ils le fassent ? Résister à l’Allemagne nazie pendant la guerre et ne plus résister à rien tout de suite après, vous expliquez ça comment ? Pas la faute à Mme Le Pen, elle n’était pas née.

Pourquoi n’a-t-on jamais fait la grève de l’impôt, alors qu’en privant de moyens les fauteurs de guerres on pouvait les réduire à l’impuissance ? Celui qui l’aurait faite seul se serait fait confisquer ses meubles et envoyer en taule, certes, mais pourquoi la question n’a-t-elle même jamais été posée et encore moins débattue ?

Comment se fait-il que vous ayez accepté benoîtement toutes les guerres, de conquête, coloniales, néo-coloniales, outrageusement interventionnistes, ou carrément d’extermination, jusqu’au démembrement de la Yougoslavie voisine, sans battre un cil tant que ce n’était pas vous qu’on agressait qu’on ruinait et qu’on tuait ?

Comment osez-vous vous scandaliser de la torture pratiquée par Jean-Marie Le Pen alors que la gégène qu’il utilisait lui avait été fournie par un gouvernement que vous aviez élu, qu’elle avait été payée avec vos impôts, et alors que la guerre qui permettait ces choses avait été décrétée par un garde des Sceaux que vous avez ensuite envoyé par deux fois à la présidence de votre pays et dont vous avez soutenu pendant quatorze ans la politique africaine (qui continue présentement merci), sans jamais moufter ni poser la moindre question ?

Yémen, cette semaine

Comment osez-vous vous indigner aujourd’hui des crimes djihadistes, alors qu’ils ne sont que l’exécution des ordres de ceux à qui vous n’en finissez pas de faire allégeance ?

Croyiez-vous vraiment que manifester dans les rues ou vous colleter sur les marchés avec les gens du GUD (ou du Front) allait vraiment servir à quelque chose ? On l’a tous fait. Quand on est jeunes, on ne sait pas, mais il y a quand même un moment où on est censé s’asseoir, regarder derrière soi et faire ses comptes.

En condamnant au lazaret la candidate du FN, vous ne faites qu’exprimer votre mépris pour les millions de ceux, ouvriers, chômeurs, petits commerçants ou agriculteurs ruinés, qui ont voté pour elle. Tous racistes, tous chemises noires, hein ? Il est vrai que, quand les malheureux candidats à l’immigration chassés de leurs pays dévastés par nos soins (hélas, il faut bien soutenir notre niveau de vie) déferlent sur le territoire, ce ne sont pas vos emplois qu’ils vont piquer, mais ceux des éboueurs et des femmes de ménage, en acceptant de travailler à moins cher qu’eux parce que c’est ça ou la mort ; ce sont les cartons et les portes cochères de vos chômeurs en fin de droits qu’ils vont envahir, pas vos appartements au code d’accès digital. Savez-vous que s’il existe une justice quelque part vous serez maudits pour les avoir condamnés à s’entredéchirer ?

Mme Le Pen se bat contre l’innommable. Par ambition, soif de pouvoir ou altruisme, on s’en fout. Elle le fait avec ses tares. Vous ne faites RIEN. Qu’importent vos vertus, puisqu’elles sont stériles ?

Bonnes gens de droite et de gauche, vous êtes tous à la vérité d’un seul parti : celui de l’égoïsme.

Ai-je dit Bouvard et Pécuchet ? Non, Tartufes.

Si vous êtes chrétiens, appelez ça examen de conscience, si vous êtes communistes, autocritique, peu importe, mais il serait temps de s’y mettre, avant que ça pue vraiment trop fort.

Que doivent penser de vous, de nous, les autres peuples ?

Quant aux marxistes champions du statu quo qui ne toucheraient pas Marine Le Pen avec des pincettes… heureusement que vous n’étiez pas là quand Lénine a signé la Paix de Brest-Litovsk ! Qu’est-ce qu’il aurait fait avec vous dans les pattes, montés sur vos grands chevaux antifascistes ?

Foutredieu, épargnez-nous vos jérémiades et vos anathèmes de faux-culs.

Allez danser au Bataclan !

4 mai 2017

De Liège, république quasi millénaire qui a voté à 93% des voix son rattachement à la France… de Robespierre, avant d’être colonisée par ses assassins. Au nom de Robespierre on ne se permettrait pas, on n’a pas la folie des grandeurs, mais du nom de Robespierre, oui, comme Ferrat.

Théroigne.

LES GROSSES ORCHADES, LES AMPLES THALAMÈGES..


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette