COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Malika Sorel-Sutter : « M. Macron, la discrimination positive fracture la (...)

Malika Sorel-Sutter : « M. Macron,
la discrimination positive fracture la France »

samedi 11 mars 2017, par Comité Valmy


Malika Sorel-Sutter :
« M. Macron, la discrimination positive fracture la France »

FIGAROVOX/TRIBUNE- Emmanuel Macron a déclaré ce mardi « assumer totalement » une « politique de discrimination positive ». Malika Sorel décrypte les dangers de ce « poison » qui « divise le corps social ».

Ingénieur de l’École polytechnique d’Alger, diplômée de Sciences Po Paris, Malika Sorel est ancien membre du Haut Conseil à l’intégration, institution rattachée au Premier ministre. Elle est l’auteur de Décomposition française(éd. Fayard, 2015) qui a reçu le prix « Honneur et Patrie » des Membres de la Société de la Légion d’honneur et qui vient de paraître en édition « poche ».

Lors de son déplacement aux Mureaux, Emmanuel Macron a dévoilé, dans toute sa splendeur, son ignorance du réel et son mépris de classe pour la part des enfants issus de l’immigration qui habitent les « quartiers difficiles », selon son expression : « pour s’en sortir quand on vient des quartiers, il faut bien jouer au football ou être comique ou acteur. » Voilà donc l’idée qu’il se fait de ces populations. À n’en pas douter, Emmanuel Macron est otage de préjugés bien-pensants véhiculés ces dernières décennies, qui posent sur l’immigré, ou ses descendants, un regard misérabiliste et empreint de condescendance. Ses propos aux Mureaux rappellent furieusement ceux qu’il avait tenus en septembre 2014 sur l’antenne d’Europe 1 au sujet des ouvrières de l’entreprise Gad : « Il y a dans cette société une majorité de femmes, pour beaucoup illettrées ». Comme l’avait alors souligné Patrick Piguel, délégué CFDT chez Gad, « pour nous, ouvriers, c’est une insulte stigmatisante ». Être considéré sur la base de ce que l’on est en tant qu’individu, et non à l’aune de clichés éculés sur des catégories de populations, demeure un combat.

Nombreux sont les enfants des quartiers qui ont pu
gravir, une à une, les marches de l’ascension sociale.

Nombreux sont pourtant les enfants des quartiers qui ont pu gravir, une à une, les marches de l’ascension sociale ; et qui l’ont fait le plus souvent en dépit de lourds handicaps de départ. La sociologue finlandaise Jouni Välijärvi l’avait en effet très justement analysé dans le Rapport mondial de suivi sur l’éducation de l’Unesco : « on sait que les performances des élèves ont pour moteur le capital culturel et les centres d’intérêt qu’ils apportent de chez eux à l’école ».

Manifestement, Emmanuel Macron ne s’est pas donné la peine de simplement écouter le maire des Mureaux François Garay, comme nous l’avons fait dans le cadre de la Section prospective du Conseil économique, social et environnemental régional d’Ile-de-France. À rebours de la discrimination positive qu’Emmanuel Macron dit vouloir assumer pour les quartiers, François Garay a mis en œuvre une multitude de mesures judicieuses qui, toutes, s’inscrivent dans le respect de nos principes républicains, comme par exemple des partenariats noués avec des entreprises pour financer les études de jeunes qui intègrent nos grandes écoles d’ingénieurs, ou encore l’école Boulle qui participe de la culture de l’excellence et contribue au rayonnement de la France. En contrepartie, ces jeunes doivent encadrer d’autres jeunes du quartier pendant un mois, durant l’été. Eh oui, Monsieur Macron, des enfants issus des quartiers ont d’ores et déjà intégré nos écoles d’ingénieurs et bien d’autres formations de haut niveau ! S’il y a un domaine où l’on ne peut tricher sur les acquis, c’est bien celui des sciences et technologies. Demandons donc à Emmanuel Macron s’il préférera monter dans un avion conçu par des équipes recrutées sur la base de sa discrimination positive, ou bien selon notre méritocratie républicaine...

La discrimination positive n’a rien de moderne.

La discrimination positive n’a rien de moderne. Elle a déjà été déployée aux États-Unis. Elle y a fait les preuves de sa haute toxicité. C’est un poison qui sème le ressentiment dans le cœur des hommes, car elle prend appui sur le postulat selon lequel les uns discriminent les autres. Qui peut imaginer récolter la paix, après avoir ainsi divisé le corps social entre victimes et bourreaux ? Dans un discours prononcé à Philadelphie en mars 2008, Barack Obama l’avait même rendue responsable de la fracture raciale dont son pays est prisonnier, avec les conséquences dévastatrices que nous savons sur le vivre ensemble entre Noirs et Blancs. En privilégiant les uns, elle se transforme en discrimination négative pour tous les autres. Elle installe de nouvelles fractures au sein de la société. Les uns après les autres, les États des États-Unis ont fini par l’abroger. Est-il responsable de proposer une telle politique inégalitaire en France alors même que de nombreuses familles des classes moyennes basculent chaque jour dans la pauvreté ? Est-il raisonnable d’instaurer une nouvelle source de tensions entre groupes, alors que les tensions n’ont cessé de s’exacerber au fil des ans ? La France n’a nul besoin d’apprentis sorciers.

Lors de ce déplacement, Emmanuel Macron a également exprimé sa volonté de « favoriser l’accès à la nationalité française ». Il s’inscrit dans la parfaite continuité de ce qui a été accompli par les socialistes depuis leur arrivée au pouvoir en 2012. Un petit retour en arrière s’impose. Dès l’arrivée au pouvoir de François Hollande, Manuel Valls, qui s’installe Place Beauvau, adresse de nouvelles directives aux préfets. C’est ainsi que, l’année suivante, les naturalisations font un bond de 14 %. Cela ne suffit pas aux socialistes, puisque quelques mois plus tard, Manuel Valls prend de nouvelles dispositions pour « faciliter l’accès à la nationalité des précaires, des jeunes et des talents, notamment ». Comme l’avait rapporté Le Point dans une enquête publiée en août 2013, les consignes de Manuel Valls « ont eu leur effet : sur l’ensemble des demandes, 40 % obtenaient un avis favorable des préfets en 2011, ce taux est remonté à 61 % ».

Sommes-nous déjà, ou non, en passe
de basculer d’une démocratie fondée sur les idées
à une démocratie basée sur la démographie ?

Manuel Valls a également introduit la notion de « présomption d’assimilation » : il suffit aux moins de 25 ans d’avoir résidé plus de dix ans en France et y avoir été scolarisés au moins cinq ans sans discontinuer pour en bénéficier. Nous spéculons sans fin autour des sondages en ce début 2017 alors que la totale inconnue, à cette heure, demeure l’influence de la modification induite par toutes ces mesures sur la composition du corps électoral, celui qui ira déposer un bulletin dans l’urne pour la prochaine élection présidentielle et les législatives qui suivront. Souvenons-nous ici des stratégies élaborées par le laboratoire d’idées de la gauche Terra Nova : « Une nouvelle coalition émerge. Elle dessine une nouvelle identité sociologique de la gauche, la France de demain, face à une droite dépositaire de la France traditionnelle. […] La population des Français issus de l’immigration est en expansion démographique et en mutation identitaire […] Au-delà des non-religieux, ce sont aussi tous les non-catholiques, notamment les individus d’“autres religions”, composés à 80 % de musulmans, qui sont plutôt enclins à voter à gauche. Dans ces conditions, la dynamique démographique est très favorable à la gauche. » En l’absence d’intégration culturelle massive ou d’assimilation, une question se fait jour : sommes-nous déjà, ou non, en passe de basculer d’une démocratie fondée sur les idées à une démocratie basée sur la démographie ? À quelles fins les socialistes ont-ils souhaité modifier la loi électorale, et notamment la date limite d’inscription sur les listes électorales, de sorte que tous ceux qui atteignent 18 ans entre le 1er janvier et le 22 avril 2017 (pour la présidentielle) ou le 10 juin 2017 (pour les législatives), ainsi que toute personne acquérant la nationalité française ou retrouvant l’exercice du droit de vote après le 1er janvier 2017, puisse aller voter ?

Par les volontés qu’il a exprimées lors de son déplacement aux Mureaux, Emmanuel Macron vient une nouvelle fois confirmer la véracité de la confidence faite par François Hollande aux journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme : « Emmanuel Macron, c’est moi ».

Malika Sorel-Sutter
8 mars 2017


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette