COMITE VALMY

Accueil du site > - Défense et promotion de la LANGUE FRANCAISE - FRANCOPHONIE > Non, le français n’est pas mort ! par Claude Hagège

Source : Le Point - Publié le 05/08/2010

Non, le français n’est pas mort ! par Claude Hagège

dimanche 15 août 2010, par Comité Valmy


Voir en ligne : " Français, pour exister, parlez English ! "

Une langue créative et universelle

Le linguiste Claude Hagège* répond à Frédéric Martel, qui, dans Le Point du 8 juillet, appelait les Français à " parler english ".

Tout n’est pas nul dans ces lignes. L’auteur n’a pas compris que le critère du poids mondial d’une langue n’est pas le nombre des locuteurs, mais le degré de diffusion : le hindi, le bengali, le japonais, connus de leurs seuls nationaux, n’ont pas " doublé " le français. Mais il a raison de citer le mandarin et l’espagnol, car les Instituts Confucius et Cervantès les portent partout. Cependant, cela reflète la saturation face à l’anglais et la soif universelle de diversité.

Pourquoi diable la France devrait-elle, dès lors, exalter l’anglais, au lieu de développer sa politique de soutien du français, maintenant imitée ailleurs ? Où l’auteur voit-il, aujourd’hui, le culte de la distinction et d’une langue châtiée, argument ringard fondé sur des faits d’il y a plus de deux cents ans ? Ne fréquente-t-il que quelques puristes réactionnaires ? N’entend-il pas le verlan des lycéens, ignore-t-il la diffusion de la langue des cités dans bien des milieux sociaux et, surtout, ce qui est essentiel : sa transmission par les anciens adolescents devenus parents ? Leurs innovations lexicales dans leurs blogs ou leurs SMS les mettent à l’avant-garde de la créativité qui façonne la langue. Et les romans émaillés de tournures du wolof, du kikongo ou d’un des dialectes de l’arabe ? Et les auteurs qui ne viennent pas des fécondes tropiques, mais dont la prose est nourrie des parlers quotidiens ? Du sort des langues régionales, d’autre part, il a une vue tout aussi ringarde : même si bien des progrès restent à faire, elles sont aujourd’hui au moins reconnues, depuis leur introduction dans l’enseignement par une loi de 1951. La France n’a pas " peur " de la mondialisation ; au contraire, elle en cultive le mythe et n’en décèle pas encore les motivations de pur profit pour les plus puissants et d’appauvrissement croissant des plus pauvres. Quant à l’anglais, canal de l’argent roi, une brève visite montrerait à l’auteur qu’il est omniprésent dans les universités, tout comme dans la quasi-totalité des domaines de la vie quotidienne. Et si le français n’est pas mort au Québec (îlot de 6,5 millions de francophones immergés parmi 265 millions d’anglophones - Etats-Unis et Canada), c’est parce que la fameuse loi 101 l’y a déclaré langue officielle unique.

La francophonie serait " arrogante " ou " paternaliste et néocolonialiste " ? Vertueuse et comique rengaine ! Les amis de l’auteur devraient lui offrir un rapport sur l’action des chefs d’Etat qui, à peine leur pays indépendant, décidèrent en dehors de la France, au début des années 60, de promouvoir ce qu’ils trouvaient le moins mauvais : le français. C’est ce que font aujourd’hui 70 pays et régions, sur les cinq continents.

Le cinéma, enfin : depuis janvier, en France, 37 % de films français et 60 % de films américains dans les salles. Ce bon tiers ne résulte pas d’un gentleman’s agreement, mais de négociations acharnées entre ceux qui prônent l’ouverture totale des marchés et ceux, de plus en plus nombreux dans le monde, qui, avec les cinéastes français, maintiennent que les films ne sont pas des marchandises comme les autres. On a le droit de souhaiter qu’il n’y ait plus de films français en France. On peut vouloir aussi, tout en appréciant les quelques bons films américains, défendre la diversité.

Un grand libraire de Beyrouth me disait : " Si les Français négligent le français, nous, et bien d’autres dans le monde, serons toujours là pour le défendre. " J’ai entendu, d’autre part, des Américains influents mentionner avec un mépris amusé les Frenchies qui s’agitent pour prôner l’anglais : alliés zélés mais inutiles. Ne serait-il pas temps pour ceux-là de passer aux combats utiles ?

* Claude Hagège est professeur honoraire au Collège de France. Il a publié notamment un " Dictionnaire amoureux des langues " (Plon, 2009).

3 Messages de forum

  • Non, le français n’est pas mort ! par Claude Hagège

    14 août 2010 15:31, par MARAT EL MOKRANI

    C’est au gouvernement qu’on trouve des partisans convaincus(Christine Lagarde)de l’anglais et c’est l’Algerie des lendemains de l’independance qui aura fait beaucoup pour la langue Française rien que par la scolarisation de tous les jeunes algériens alors que le colonialisme avait laissé la pluspart des jeune salgériens en dehors de l’ecole (un des aspects positifs de la colonisation sans doute).Moi j’estime que la langue est un des atributs d’une nation independante !

    VIVE LA REPUBLIQUE ,VIVE LA FRANCE ET L’ALGERIE

    • Non, le français n’est pas mort ! par Claude Hagège 1er septembre 2010 14:07, par Germinal

      Je tiens à vous dire, M. El Mokrani que j’ai enseigné en Algérie avant l’indépendance et que mes classes du bled, comme beaucoup d’autres, étaient souvent essentiellement composées de jeunes autochtones. Je dois dire aussi qu’elles étaient très chargées (autour de 40 élèves).

      Et ne pensez-vous pas que c’est cet enseignement qui, en leur donnant la connaissance, leur a permis de se libérer ? Un peuple ignorant reste soumis.

      Pour le français, je trouve que l’on ignore de plus en plus ses règles de fonctionnement et que les fautes de français sont en nette augmentation .

  • Non, le français n’est pas mort ! par Claude Hagège

    1er septembre 2010 13:16, par Jean-Claude Deroubaix
    Quelques partisans belges du tout à l’anglais : Philippe Busquin, Wallon, qui en tant que commissaire européen à la recherche a imposé l’anglais comme unique langue de travail dans la recherche européenne ; Philippe Van Parys, Flamand mais professeur à l’Université catholique de Louvain (francophone), qui parcourt la Belgique et l’Europe pour imposer l’anglais comme unique langue commune dans l’enseignement et la recherche. Sans oublier les responsables des Universités qui ne rêvent que de faire tous les enseignements en anglais pour se glisser à une place enviable dans le classement de Shangaï ! Comme si l’unique objectif de l’Université était de gagner une compétition internationale et non de créer du savoir et le diffuser.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>