COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Les prophéties de Calvar par Jacques Maillard et Valentin Martin

Point de vue

Les prophéties de Calvar
par Jacques Maillard et Valentin Martin

samedi 19 août 2017, par Comité Valmy


Les prophéties de Calvar

Monsieur Patrick Calvar , directeur de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure, durant plusieurs semaines avant le 14 juillet, s’épandait sur les ondes, sur les pages de journaux (Le Figaro du 12/07/2016), en prophétisant :


- 1) attentats aux camions et voitures piégées, très meurtriers (environ 100 morts) perpetrés par les djihadistes dans un proche avenir,

- 2) attentats en représailles effectués par des terroristes « d’extrême droite » contre les musulmans de France,

- 3) « guerre civile inéluctable » en France entre les musulmans et les non musulmans.

Et donc il préconisait, vu que la phase une est , selon lui, « inévitable », de faire une grande campagne contre l’extrême-droite : arrestations préventives, fouilles des habitations…
Il reprenait d’ailleurs nombre de ses déclarations faites lors de son audition parlementaire le 15 mai 2016, relatée notamment dans le huffingtonpost (http://www.huffingtonpost.fr/2016/07/12/patrick-calvar-dgsi-attentats-voiture-piegee-previsions_n_10937366.html.)
Certains mauvais esprits pourraient penser qu’il est un peu trop bien informé…
Mais, au-delà des polémiques et d’hypothèses douteuses, il faut voir un peu dans le passé, et analyser la situation géographique, sociale, politique.

Retour sur le passé
Car dans l’histoire proche qui nous conduit à la période de barbarie que nous traversons, il y eut trois moments cruciaux :
1) le vote de justesse de Maastricht, pour maintenir et accroître la mise en place du système de l’Union Européenne.
2) l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1997, cette « gauche » mettant en œuvre ce traité de Maastricht, et donc abandonnant tous ses principes : privatisations, destruction des droits des travailleurs, guerres coloniales en Afghanistan… L’électorat de la gauche, toutes tendances confondues, se réfugie largement dans l’abstention, et Chirac est élu pour un second mandat.
3) Les révoltes des banlieues et le référendum sur la constitution Giscard : les premières ont montré l’abandon d’une partie de la population, et le second que le peuple français dans sa majorité, refusait la destruction lente de leur pays mise en place par le système de l’UE, et que nul support populaire ne pouvait revenir à cette entreprise.

L’oligarchie, l’« establishment » français, constitué dans sa quasi-totalité de pro-européens convaincus et fanatiques, ne pouvait accepter de demander à nouveau l’avis au peuple : les réformes qui étaient imposées par l’UE ne pourront qu’aggraver ce fossé entre cette élite profitant du système, et la masse de la population soumise, selon la formule de Jacques Delors « au despotisme doux », c’est-à-dire un fascisme masqué.

La lecture du livre de Guilluy, géographe, « La France Périphérique », éclaire la situation française actuelle, cartes et chiffres à l’appui. Deux points la caractérisent, notamment :

1) L’abstention massive et le vote FN correspond à la masse des Français « de souche », des travailleurs, fils de travailleurs, retraités, ainsi que de personnes de différentes origines. Ces citoyens fuient les quartiers HLM des villes, par « sentiment d’étrangeté », ne supportant plus la vie en commun. Ce sentiment provient d’une part de coutumes différentes, ainsi que de la détérioration du niveau des services publics, de l’école en particulier, des dégradations, des incivilités qui règnent la plupart du temps dans ces quartiers Le sentiment d’étrangeté est aggravé par cette religiosité nouveIle, alors que la pratique religieuse est elle en chute libre, et que les traditions françaises comportent depuis des siècles une lutte contre les clergés. Mais le niveau de vie de cette « France périphérique », loin des centres-villes, est, paradoxalement, devenu inférieur à celui de ces « quartiers sensibles », pour des raisons expliquées dans ce livre. Cela ne veut pas dire que la qualité de la vie dans ces quartiers soit plus grande, au contraire.

Cette masse de la population subit de face la destruction de notre économie et de l’industrie, de ses savoir-faire, sa sécurité familiale et professionnelle disparaissant, son cadre de vie se détériorant…
Le sentiment d’une totale impuissance règne.

2) Face à l’abstention massive, associée à la non-inscription sur les listes, le vote nul ou blanc (en tout 55 % des voix environ), il reste 45 % de votants, dont 15 % pour le FN, Cheminade, l’UPR ou d’autres. Pour maintenir une majorité et donc une façade démocratique, il faut donc que la gauche aussi fasse 15 % du corps électoral, comme la droite. Cette gauche a donc « substitué l’électorat », « remplacé son électorat » selon Guilluy. Elle a gagné des classes supérieures (bobos, protégés, bisounours, profiteurs) et les musulmans : selon l’IFOP, les musulmans de France votent à gauche à 90 %. Ce qui donne une proportion de musulmans dans le vote de gauche entre un tiers et 70 %. C’est donc un vote communautaire caché.

Ce vote musulman a été acquis par trois moyens : un dans la partie visible de l’iceberg et deux dans la partie invisible, la plus grande.

1) La partie visible a consisté en la « politique de la ville », contrats bidons de « grands frères », distributions de prébendes (subventions aux associations), recrutement de pseudo-agents, attribution de logements HLM, etc... Dans une époque de destruction massive d’emplois productifs dans l’industrie, cette politique qui choque le reste de la population n’est qu’un cautère sur une jambe de bois : par exemple la fermeture de l’usine Peugeot d’Aulnay sous Bois (93 !) a supprimé des milliers d’emplois directs, et des dizaines de milliers indirectement. Cette fermeture a été faite sous pression du gouvernement des USA qui, au travers de General Motors nationalisée suite à la crise de 2008 (les USA le peuvent) avait acheté une partie des actions à la famille Peugeot, (expatriée en Suisse). Cette fermeture n’est en rien compensée par des « emplois d’avenir »… Cette politique a en réalité pérennisé les ghettos musulmans et garanti leur reconnaissance par les municipalités qui leurs devaient leur élection.

2) Mais la partie invisible de l’iceberg est beaucoup plus inquiétante. Elle a deux composantes, mêlant corruption et terreur : la drogue et la mosquée salafiste.

a) la mosquée salafiste :
De nombreuses informations montrent que la terreur règne dans ces quartiers. Par exemple, dans la nuit du 23 au 24 mai 2016 une émission de France 2 montrait une association formée en grande partie de femmes socialistes, habitantes de ces quartiers. Ces dernières témoignaient du climat de terreur, où la contestation de la loi islamique peut amener à être dénoncée par ses propres enfants, ensuite menacée physiquement, agressée et assassinée (comme en Corse d’ailleurs si on conteste les indépendantistes) ! Comme par miracle 90 % des musulmans qui, il y a trente ans, ne faisaient pas le ramadan, le respectent aujourd’hui. Gibbon décrit fort bien ce type de conversion miraculeuse, en 3 jours, à base de fumigations, de 450 juifs à Minorque dans son ouvrage « Chute et déclin de l’empire romain... ». Celui ou pire celle, qui se promène un jour de ramadan, avant le coucher du soleil, avec un sandwich risque la mort…

La « terreur islamique » n’épargne ni les lycées, ni les centres de formation professionnelle, etc... Le soir, juste avant l’arrivée du RER dans leur banlieue, les filles remettent leur voile, qu’elles avaient retiré à l’aller le matin.

Ces mosquées reçoivent un financement des tyrannies féodales islamiques, Maroc compris, ainsi que de la Turquie. L’Eglise catholique, très silencieuse pour ses fidèles au Proche Orient, a un jeu extrêmement ambigu en France : soutien à la politique d’immigration massive, dons de terrains ou de bâtiments, bourses, emplois (Tarik Ramadan est professeur au sein de l’université catholique Notre Dame des USA), attaques contre la laïcité républicaine par diverses actions.

Cette politique a reçu un grand soutien des USA : le vice-président Joe Biden a parcouru ces quartiers, avec l’aide du gouvernement et des autorités locales PS, pour expliquer notamment aux musulmans que la République française écrasait leurs droits religieux, et leur donna des bourses pour étudier aux USA et fonder des entreprises. De même le rapport de l’ambassadeur Rikvin préconisait une politique de soutien à toutes les revendications communautaristes, sous prétexte de protection de la liberté religieuse attaquée par le « laïcisme à la française ». Ainsi le prosélytisme a pu à la fois bénéficier d’un financement important et d’une impunité totale. Madame Christine Lagarde, directrice du FMI, soutient la création d’une « banque islamique » en France, « face cachée de l’islamisation », selon le livre de Yassine Essid.

b) L’autre élément est le trafic de la drogue.
Celui-ci injecte de très importantes sommes d’argent liquide dans ces quartiers. L’intérêt de la drogue pour le contrôle des populations a fait l’objet de nombreuses études et d’expérimentation, par les services US en particulier : nous n’avons appris que récemment l’expérience d’injection massive de drogue à leur insu dans l’alimentation de toute la population de Pont Saint Esprit en 1951. Ainsi 3000 habitants ont pu « bénéficier » d’une consommation de LSD injecté dans le pain qu’ils consommaient… grâce à la CIA.

La drogue est moins combattue que l’alcool par le Coran (sans doute originellement pour des raisons liées au climat de l’Arabie), ce qui permet de relativiser aux yeux des habitants des quartiers le crime de son trafic. La situation catastrophique que vivent tous les travailleurs de notre pays peut inciter, pour survivre à ces conditions de harcèlement, de pression, d’injustice qui règnent partout, à la consommation de drogues, plus ou moins dures mais toutes aux mains de ces mafias de toutes origines. Associées à la drogue, les armes circulent, nécessaires à cette terreur et ces trafics.

Il règne donc une impunité totale dans ces quartiers, dont sont les premières victimes la majorité de leurs habitants, qui se taisent par peur de la vengeance, sur eux ou leurs proches.

Monsieur Calvar s’étale dans les médias. Par contre, le général Soubelet, numéro 3 de la gendarmerie, convoqué le 18 décembre 2014 à une audition parlementaire, et répondant précisément sur le sujet de cette impunité totale dans ces « territoires perdus » de la république, et ne répondant qu’après injonction des parlementaires suite à un premier refus de répondre, fut limogé dès le lendemain. La vérité dérange. Monsieur Calvar ne peut donc s’écarter des volontés du pouvoir. Sinon il serait déjà dans un placard, voire pire.

La loi du silence
Mais pourquoi la droite, voire l’extrême-droite, si prolixe, ont laissé faire, voire encouragé et aidé ?

L’oligarchie, politique, médiatique et économique, de droite comme de gauche, en a profité de deux manières :
1) La gauche au pouvoir, corrompue et libérée de son électorat traditionnel qui lui imposait une politique de gauche, a mis en œuvre un programme ultra-libéral, privatisant à tour de bras, remettant totalement la France dans l’OTAN, soumettant la France aux USA et à l’Allemagne, bradant nos industries aux multinationales dans lesquelles ils jouissent de postes providentiels (Jerome Pécresse, Clara Gaymar, le fils de Giscard…). La destruction de notre patrimoine, intellectuel (interdiction du français dans les cours supérieurs de l’Université) et matériel (vente d’hôpitaux publics, d’industries, de services publics…) correspond aux désirs de cette élite compradore qui ne voit son futur que dans une allégeance totale à l’empire occidental. La destruction de l’Education Nationale, poursuivie par une Franco-marocaine, membre de l’association franco-US « Young leaders », issue de ces quartiers, va gonfler les effectifs des écoles et universités catholiques, etc. Les cars Macron accélèrent la destruction de la SNCF honnie, etc.

La promotion des identités régionales, des écoles privées, des guerres néo-coloniales rejoint les pires des concepts et valeurs de l’extrême-droite. De plus l’effet de repoussoir que ces « partis de gouvernement » exercent sur les travailleurs a pour effet de faire progresser abstention et vote FN, qui voit ainsi le nombre de ses élus et son influence croître hors de toute proportion.

2) Les mêmes puissances financières qui financent les mosquées salafistes sont des mécènes très influents sur cet « establishment », cette pseudo-élite. D’une part l’approvisionnement en pétrole et en gaz (les moulins à vent ne compensent pas le retard en construction de centrales nucléaires de nouvelle génération EPR) nécessite des exportations vers ces pays, exportations qui consistent essentiellement en armes, luxe, et sécurité, vu le style de société qui y règne. Ces puissances tyranniques sont d’excellents vecteurs de corruption : tourisme et villas de luxe pour les élites (en particulier au Maroc), rétro-commissions électorales, séjours exotiques avec frais de mission, primes, avancement accéléré et points de retraites supplémentaires pour les « annexes » des « institutions prestigieuses » comme celles du Louvre et de la Sorbonne au Qatar...

La privatisation des industries, banques, services publics fait prospérer la corruption dans une opacité totale (paradis fiscaux, rétro-commissions…).

Nous sommes donc devant un défi majeur : 10 % de nos compatriotes sont enfermés dans des ghettos, avec une minorité fanatique chauffée à mort par des institutions étrangères, à la haine et à la drogue (Captagon notamment), prête à tout et manipulée. Notons que cette minorité chauffée à blanc est rejointe par des compatriotes « convertis » mais non moins excités : 40 % des djihadistes français sont issus de familles chrétiennes ou athées. L’une des causes du succès du prosélytisme takfiriste / salafiste / djihadiste réside dans la politique en matière de soins psychiatriques, initiée par Mr Kouchner. La suppression de nombreux lits d’hôpitaux, la destruction de nombreuses structures de soutien aux personnes souffrant de troubles ou difficultés mentales, ont provoqué le surpeuplement des prisons, notamment, où ils trouvent dans une forme perverse de la religion un support à leurs délires. A l’intérieur et à l’extérieur, les missionnaires exaltés recueillent toujours un auditoire, un soutien, une armée, auprès des personnes fragiles ou ébranlées par un drame personnel.

Cette politique de santé s’est accompagné d’une restriction sévère des arrêts maladie et d’une flambée de la prescription et de la consommation de neuroleptiques, faisant des Français les champions mondiaux en la matière.

Cette « élite », cette oligarchie, a donc repris la tradition de trahison qu’elle a si bien suivie au vingtième siècle, notamment lors de la seconde guerre mondiale (« Le choix de la défaite », Annie Lacroix-Riz)

Première question : par qui et pourquoi cette minorité d’excités est elle manipulée ?

La question des commanditaires
1/ La première hypothèse, celle des médias, est que Daech pilote les musulmans de France pour prendre le pouvoir en France et la transformer en Etat Islamique, selon le scénario développé dans « Soumission » par Houellebecq...
Le film « Cria cuervos » évoque le proverbe espagnol : « élève des corbeaux et ils te crèveront les yeux ». Les USA et leurs vassaux ont depuis des décennies formé, soutenu, instrumentalisé, les salafistes, takfiristes, fondamentalistes de tout poil pour détruire toutes les sociétés arabo-musulmanes qui n’étaient point religieuses : Indonésie, Iran, Afghanistan, Somalie...et, depuis 20 ans, Yougoslavie, Irak, Lybie, Syrie, avec participation française, sous des gouvernements de droite mais surtout de « gauche ». Ils ont en particulier créé une « résistance afghane » pour détruire le régime prosoviétique durant la guerre froide. Ils ont de même créé « les rebelles syriens » pour détruire le gouvernement légal et légitime, mais trop laïque et socialiste à leur goût.

Ces fous de dieu, forts de leurs succès, peuvent avoir envie d’étendre, pour leur compte, leur empire chaotique...C’est l’effet boomerang. Et prétendre qu’entre eux et les derniers gouvernements non-féodaux et non-théocratiques (Syrie, Algérie) il y aurait des « oppositions démocratiques modérées et armées », est une vaste escroquerie criminelle. Car nous continuons à soutenir Daech, indirectement par les monarchies et sultanats du Proche-Orient (dont la Turquie jusqu’à présent).

Envoyer une escadre avec un porte avion nucléaire bombarder à 4000 km les « commanditaires », avec bavures, alors que les Russes et les Syriens font très bien le travail est une ânerie, un crime et une imposture à laquelle personne ne croit plus. Cette imposture est accompagnée de bavures (164 morts dans la dernière, semble-t-il), car les bombardements sont effectués à mach 2 sur les « mauvais rebelles », et à 10000 mètres, dans des zones très peuplées, et sans coordination avec la seule armée qui combat réellement les islamistes (le gouvernement syrien).

De plus, nous, « les occidentaux », les pays soumis au régime et à l’idéologie américano occidentaliste et sioniste, soutenons officiellement les « rebelles anti Assad », dans la bataille d’Alep en particulier, rebelles très modérés puisqu’ils viennent de changer de nom...et de renoncer à se référer officiellement à « Al Quaida ».

2/ D’autres personnes mal intentionnées suggèrent que ces horreurs sur notre sol sont destinées à justifier la politique d’intervention contre le gouvernement légal syrien. Le but réel du gouvernement français est toujours de « liquider Assad », en appuyant les « rebelles modérés » (entendez Al Nosrah et autre Al Qaida) qui feraient du « bon boulot » (selon Fabius).

3/ Il pourrait aussi s’agir d’un chantage grossier sur le gouvernement français de la part de nos « alliés » et « amis » : la Turquie et les émirats du Golfe, voire leur grand sponsor d’outre-Atlantique, « allument les banlieues » (terme qu’Erdogan aurait utilisé avec Hollande) pour « persuader » le gouvernement français, voire l’allemand, de les « aider en Syrie » pour détruire ce pays, voire pour entrer en guerre avec la Russie. De tels exemples existent dans l’histoire : suite à la révolution de 1979 en Iran, il avait été dit que certains attentats en France étaient dus au non-respect par la France du contrat sur le nucléaire signé avec le Chah. Travailler avec la mafia est toujours dangereux, car elle n’aime pas qu’on l’abandonne.

4/ Une dernière hypothèse soutenue par divers « conspirationistes » (selon le terme utilisé par les médias en vue de neutraliser l’esprit critique de la population) est que de graves événements se préparant (guerre avec la Russie et la Chine, crise économique majeure…) il faut donc distraire l’attention et mettre en place un dispositif liberticide de contrôle et d’encadrement, une vraie dictature otanesque militaro-économique. C’est l’hypothèse retenue par Paul Craig Robert, ancien ministre de Reagan et fort au courant des agissements de nos gouvernements, ainsi que par Christoph Horste spécialiste allemand du « management par la terreur » (RT, 20 janvier 2015). Ces attentats, selon Paul Craig Robert , sont l’oeuvre de réseaux secrets de l’OTAN, comme les terribles attentats d’« extrême gauche » organisés en Italie par le réseau Gladio, « stand behind » de l’OTAN durant la guerre froide, en Italie notamment.

L’apparition d’attentats similaires dans les autres pays de l’OTAN et de l’extrême-Orient occidental (Espagne, Allemagne, Japon...) pourrait confirmer cette hypothèse. Rappelons que sont effectués dans la mer Baltique et dans le nord-est de l’Europe de nombreux exercices de l’OTAN, souvent avec la participation de l’Ukraine ou de neutres (Suisse, Finlande, Suède) dont le thème récurrent est une guerre avec la Russie. De nombreux incidents, voire des provocations envers les forces russes arrivent. Le dernier en date de ces grands exercices s’appelait « Anaconda », avec la participation de 30000 militaires, et s’est accompagné de l’installation de rampes de missiles, de bases et de garnisons permanentes (4000 personnes dans un premiers temps) dans les pays baltes et en Pologne.

Seconde Question : Quelle est la suite ?
Le peuple français a quelques années pour reprendre en main son destin, son territoire, son économie, son Etat, et ses frontières. Il faut tout faire pour cela, c’est à dire en premier lieu sortir de l’OTAN, de l’UE, de l’Euro, le plus vite possible. Car, dans le cas contraire, plusieurs scénarios, sans qu’aucun d’entre eux ne soit exclusif, sont probables, « inéluctables » selon notre prophète Calvar.

Quelques prognostics
1/ Selon notre prophète après une série d’attentats « jihadistes » des attentats « identitaires gaulois » (ou régionaux, voire le communiqué du FNLC) devraient apparaître attaquant mosquées, magasins et marchés halal, immeubles à haute densité de musulmans...et provoquant une guerre civile en France. C’est donc pour éviter ce scénario que Monsieur Calvar propose tout de suite d’intervenir massivement dans « tous les milieux d’extrême droite », mesures qui permettront au passage d’étendre à toute la population l’interdiction de grèves, manifestation, occupation, distribution de tracts, réunion, particulièrement utile en cas de crise majeure (guerre, krach boursier).

2/ Au scénario Houellebecq de l’instauration d’une dictature socialo-salafiste en France, le « scénario Zemmour » fait le pendant. Dans une interview accordée à un journal italien avant même les attentats, Eric Zemmour évoqua la probabilité d’une expulsion de force des 6 millions de musulmans hors de France. Dans cette perspective, dénoncée par nombre d’ « antifascistes » (« anti fa »), ce « management par la terreur » aurait pour but de forcer la population française à « sortir de sa résilience », pour se livrer à une « purification ethnique ».

3/ Mais, de toute façon, quelles que soient les violences installées, la balkanisation de la France provoquerait l’installation d’un chaos généralisé. : éclatement du pays en provinces (voir la déclaration du FLNC d’avant hier), accompagné d’affrontements locaux. Certaines régions, comme la Corse, le Pays Basque ou la Bretagne, préféreront sortir les armes et s’emmurer face à la menace, réelle ou virtuelle, islamiste. Ce chaos et cet éclatement du pays en « grandes régions, souvent transfrontalières » (promu dans le rapport de l’UE EDORA, European Developing Opportunity for Rural Area) permettra aux banques et multinationales de mettre la main sur tous les services publics, toutes les industries, toutes les activités économiques, comme ce fut le cas pour la destruction d’Alstom.(1)

4/ Ce chaos généralisé, cette guerre civile larvée ou non, permettrait l’intervention massive, légale ou non, militaire et économique, de puissances qui ont intérêt à la disparition de la France en tant que Nation. La fuite des cerveaux redonnera une jeunesse aux universités US en perte de vitesse (facilitée par les mesures de promotion de l’anglais mise en place par Hollande et ses gouvernements). L’aéronautique (Airbus vient de choisir comme directeur technique un Américain ancien du pentagone !), le spatial, le nucléaire (avec la déstabilisation en cascade d’EDF et AREVA…) sont les prochaines cibles, vu le retard US en la matière.

Ensuite nous verrons vers quel nouveau paradis cette élite à la solde de l’étranger nous emmènera...

Mais face à ces scénarios catastrophes, on peut penser que, selon sa vieille tradition, le peuple français saura à la fois se guider par ses principes républicains , et garder, ou retrouver, les vertus qui lui ont permis de traverser tant d’épreuves terribles, depuis des siècles.

Jacques Maillard et Valentin Martin
Mise en ligne CV : 8 août 2016

(1) Le scandale Alstom/GE implique en premier lieu un couple adhérent des « légionnaires du Christ », confrérie très influente auprès du Vatican, le couple Gaymar. Le mari a été ministre sous Sarkozy (l’affaire du « triplex »), et, en tant que député, a fait récemment voter à la quasi-unanimité un amendement qui permet des restructurations administratives sans référendum, ce qui, vu le transfert de nombreuses compétences aux régions comme le préconisent les rapports européens (transport, recherche, énergie…), est particulièrement significatif. Clara Gaymar, après avoir été nommée sous Sarkozy présidente de l’agence publique pour faciliter les investissements étrangers en France, a « pantouflé » dans General Electric, dont elle a été vice-présidente internationale et présidente pour l’Europe, et à ce titre a soutenu les manœuvres de captation du patrimoine industriel d’Alstom au profit des USA. Malgré le rapport accablant du Centre Français de Recherche sur le Renseignement, malgré la demande d’une commission d’enquête de la part de 53 parlementaires, nulle enquête n’a eu lieu.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>