COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > L’intervention illégale de la France en Libye par Karine Bechet-Golovko

L’intervention illégale de la France en Libye
par Karine Bechet-Golovko

samedi 23 juillet 2016, par Comité Valmy


L’intervention illégale de la France en Libye

Le 20 juillet, le ministère français de la défense est bien obligé de reconnaître que 3 membres de la DGSE sont morts en mission secrète en Libye. Pour protéger la France. Seulement, le Gouvernement libyen, légitime et reconnu, n’avait pas demandé à la France d’intervenir. Et pour cause, la France soutient des forces anti-gouvernementales. Mais ce n’est qu’un détail : certains pays ont le droit de défendre des intérêts nationaux, les autres n’ont pas le droit à l’intérêt national. Quand le néo-colonialisme remplace le droit international, le terrorisme se renforce.

La presse en parlait déjà depuis quelques temps, mais le ministère français de la défense ne confirmait pas la présence française en Libye.

Laurent Fabius, alors ministre des affaires étrangères, affirmait qu’il était hors de question que la France intervienne en Libye. Ensuite, le Figaro a lancé des informations :

Dès le mois de décembre, Le Figaro révélait que Paris préparait les plans d’une intervention sur le sol libyen. En février, le journal Le Monde avait fait état d’une présence secrète de la France en Libye. Le quotidien évoquait des « actions militaires non officielles » et des « frappes ponctuelles très ciblées ». Le ministère de la Défense avait aussitôt répliqué en lançant une « enquête pour compromission du secret de la défense nationale »

Finalement, S. Le Foll, porte-parole du Gouvernement, reconnait la présence militaire française, mais uniquement pour une mission de renseignement, le pays étant instable. Or, il est maintenant évident que l’intervention française en Libye va beaucoup plus loin que cela : son but est de soutenir un groupe d’opposition "modérée" qui lutte et contre Daesh et contre le Gouvernement d’union nationale.

Toute ressemblance avec la Syrie sera bien venue.

Dimanche 17 juillet, un hélicoptère est abattu par la Brigade de défense de Benghazi, groupe terroriste. L’hélicoptère est de fabrication russe, appartient au groupe d’opposition du général Khalifa Haftar et, la théorie de la panne technique étant vraiment trop absurde, il devient clair qu’il a été abattu par un tir de missile sol-air. Donc les forces spéciales françaises utilisent incognito un hélicoptère d’un groupe militaire d’opposition à un Gouvernement légitime.

Le ministre de la défense salue ces courageux militaires :

Il salue le courage et le dévouement de ces militaires engagés au service de la France qui accomplissent, tous les jours, des missions dangereuses contre le terrorisme.

Le Président invoque l’intérêt national :

« La Libye connaît également une instabilité dangereuse. C’est à quelques centaines de kilomètres seulement des côtes européennes. (…) Trois de nos soldats qui étaient justement dans ces opérations viennent de perdre la vie dans le cadre d’un accident d’hélicoptère. Je leur rends hommage aujourd’hui devant vous »

L’hypocrisie se porte à merveille, pas un mot sur la légitimité de l’intervention française, ni de son illégalité. Des soldats français meurent en violant le droit international, pour la grandeur du pays.

Le Gouvernement libyen invoque la violation de son territoire. Aucune intervention n’était justifiée sans qu’il en soit informé. Car la France est intervenue sur le territoire d’un Etat souverain, sans mandat de l’ONU et sans demande des autorités de l’Etat concerné. Elle est intervenue "dans le cadre de la lutte contre le terrorisme". Comme si cette banière justifiait tout.

Comme à son habitude, elle soutient l’opposition. Evidemment armée, mais "modérée". Nous la connaissons. Celle qui lutte soi-disant contre Daesh, mais a la bonne idée de ne pas soutenir le gouvernement d’union nationale reconnue par la communauté internationale.

Finalement, tout est clair :

« L’Armée nationale libyenne (ANL) commandée par Haftar est l’embryon le plus sérieux de la future armée réunifiée. Il est normal de commencer à la cultiver », ajoute une source une source militaire française. Nous n’étions ni les seuls ni les premiers à arriver

Les victoires sur le terrain conduisent Haftar à se raidir contre le Gouvernement. De toute manière, il bénéficie également de l’appuie des Emirats Arabes Unis. Autrement dit, le soutient apporté par les "pays démocratiques" à l’opposition "modérée armée" en Libye contribue à destabiliser la situation à l’intérieur du pays. Ce ne sera pas la première fois.

Certains pays comme les Etats Unis ou la France, pour ne prendre qu’eux, ont le droit d’avoir des intérêts nationaux à protéger. Pour cela, ils peuvent intervenir n’importe où, n’importe quand, soutenir qui bon leur semble, indépendamment du droit international, de la souveraineté des Etats, de l’ONU. Le monde est un vaste terrain de jeu. Car ils sont les Etats supérieurs.

Une sorte de néo-colonialisme destructeur s’est emparé des relations itner-étatiques : les maîtres s’agitent, les colonisés subissent et s’organisent en fonction des caprices des nouveaux maîtres qui bougent leurs pions. Tout cela permet de souhaiter longue vie au terrorisme, qui se nourrit allègrement de l’instabilité internationale créée par ces politiques irresponsables de nos dirigeants.

Karine Bechet-Golovko
vendredi 22 juillet 2016

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>