COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Des réfugiés aux migrants : la nouvelle génération par Karine (...)

Des réfugiés aux migrants : la nouvelle génération
par Karine Bechet-Golovko

jeudi 21 avril 2016, par Comité Valmy


Voir en ligne : Réfugiés ou migrants ? Dossier évolutif du Comité Valmy sur la crise migratoire

Des réfugiés aux migrants : la nouvelle génération

Le Commissaire du Conseil de l’Europe déplore que les européens aient peur des migrants. Certes, il n’y a aucune raison. Entre un et deux millions recensés, à la louche, car aucun décompte n’a été fait à l’entrée de l’Union européenne, pour 2015. Et les chiffres ne font qu’augmenter.
Proportionnellement à la courbe montante de l’immigration, les gens deviennent de plus en plus méfiants et de moins en moins favorables à leur accueil inconditionnel. La Commission européenne "envisage" 3 millions de migrants d’ici 2017. Pourquoi pas 5 ? Pourquoi pas 10 ? Ou 2 ? Ce données ne sont fondées sur rien, car il n’y a pas de politique réelle menée en la matière. Revenons sur la question de ces migrants qui sont loin d’être tous des réfugiés.

La BBC a publié un bon compte rendu de l’état du phénomène migratoire en Europe pour 2015. Reprenons quelques chiffres, pour se raffraîchir la mémoire.

Officiellement, 1 321 560 personnes ont été considérées comme "migrants" par l’UE en 2015.Vue la manière dont ils ont forcé les frontières dans certains pays pour passer en force et leur résistance à toute déclaration à l’entrée dans l’Union européenne, ces chiffres sont à prendre avec de très grosses pincettes.

Selon l’Organisation Internationale pour les Migrations ( IOM) 1 011 700 personnes seraient arrivées par voie maritime et 34 900 par voie terrestre. On peut comparer les chiffres avec l’année 2014 : 280 000. Selon Frontex, les chiffres de la migration vers l’UE sont plus élevés : 1 800 000 personnes pour 2015.

Autrement dit, nous sommes entre 1 et 2 millions. Un détail juste. Bref, nous n’avons strictement aucune idée du nombre réel de personnes entrées illégalement.

Si l’Allemagne est le pays qui accueille le plus de migrants et de réfugiés, la Hongrie est le pays qui en a la plus importante densité par rapport à sa population. Voici les chiffres :

Pour 2016, selon le Haut commissariat aux réfugiés, les chiffres ne cessent d’augmenter :


Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé, mardi 1er mars, que le nombre de personnes ayant franchi la Méditerranée a connu un nouveau record, avec 131 724 personnes depuis le début de l’année, soit davantage que pour les cinq premiers mois de l’année dernière. L’Europe se trouve ainsi au bord d’une crise humanitaire qu’elle a en grande partie provoquée, estime l’agence onusienne.

Evidemment, les populations, après les attentats, après les actes criminels du Nouvel An dans différentes villes européennes, avec la crise économique qui n’en finit pas et l’incompétence tant des Etats que des structures européennes, l’accueil réservé aux migrants devient moins chaud, voire carrément frisquet.

Selon un sondage réalisé par Odoxa publié début février, les français sont majoritairement inquiets de la montée de l’immigration, défavorables à la libéralisation des règles d’obtention du statut de réfugié et les chiffres sont en constante progression.


Selon le sondage, le sentiment le plus ressenti à l’égard des migrants est l’inquiétude ou la peur (61%) contre 38% seulement pour la sympathie et la compassion. (...) Le sondage révèle également que sept Français sur dix sont opposés à ce que la France assouplisse ses conditions pour octroyer le statut de réfugié aux migrants. Il n’est donc pas question pour eux de prendre exemple sur l’Allemagne qui a modifié ses règles à l’égard des Syriens fuyant la guerre civile. Une méfiance qui augmente de jour en jour puisque si aujourd’hui 70% des Français sont méfiants, ils n’étaient que 55% à l’être il y a six mois.
Car, en effet, on peut se poser des questions :


- Plus d’un million et demi de migrants en 2015 et, selon les données européennes, 292 540 ont obtenu le statut de réfugié. Que se passe-t-il pour les autres ? Pourquoi restent-ils sur le territoire européen ?
- Selon le Haut commissariat pour les réfugiés, l’indice des retours volontaires est au plus bas depuis 30 ans. Ne sommes-nous pas ainsi confrontés à une autre forme de migration, dans laquelle les "réfugiés" ne sont que des migrants comme les autres finalement ? A savoir que si la raison première de leur départ est un conflit dans leur pays, ils n’envisagent pas pour autant d’y revenir. Et ainsi deviennent des migrants économiques. Nous ne sommes plus à l’époque des Boat people. Il nous faut adapter notre vision du phénomène migratoire contemporain.

Nous n’avons pas les moyens de prendre en charge la misère du monde, il vaudrait mieux revoir notre politique étrangère. Ou plutôt instaurer une politique étrangère, afin de ne pas causer un incendie que nous sommes incapables d’éteindre.

Karine Bechet-Golovko
mardi 19 avril 2016

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>