COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Elton John victime de deux pranksters russes et surtout de son amour (...)

Elton John victime de deux pranksters russes
et surtout de son amour propre
par Karine Bechet-Golovko

vendredi 18 septembre 2015, par Comité Valmy


Elton John victime de deux pranksters russes
et surtout de son amour propre

Elton John, moins d’un mois après sa participation au Forum à Kiev sur l’avenir de l’Ukraine le 12 septembre, prétend recevoir un coup de téléphone de Poutine, lors duquel il est désolé que sa participation au Forum ait été utilisée politiquement par Poroshenko, affirme qu’il serait extrêmement honoré de rencontrer le Président russe, l’homme le plus puissant du monde, que cette journée où il lui parle restera exceptionnelle dans sa vie.

Or, après cet instant d’orgasme téléphonique intense, la redescente est rude. Car il a été victime de pranskters russes. V. Poutine ne lui a jamais parlé et il a démontré la profondeur de ses convictions politiques.

Présent au Forum de Kiev, en période conflit avec la Russie, Elton John de facto apporte sa caution au régime de Kiev. Evidemment il y parle des droits des homosexuels, du rôle qu’ils pourraient jouer dans l’économie du pays. C’est tellement absurde, qu’il n’est même pas nécessaire d’insister. En quoi être homosexuel ou hétérosexuel peut avoir une influence sur le développement d’un pays en défaut de paiement qui mène la guerre contre son propre peuple ? Evidemment, c’est absurde. L’intérêt n’est pas là. Comme l’Ukraine adore faire des listes, blanches (les gentils) et noires (les méchants), Elton John est dans la liste des blancs - n’y voyez aucun racisme de ma part.

Or, il se déclarait toujours contre la loi interdisant la propagande de l’homosexualité chez les mineurs en Russie, qu’il considère comme une loi anti gay, la propagande devant manifestement faire partie du mouvement. Nous sommes loin du respect de l’autre, mais passons. Donc sa position contre la politique russe est constante et il l’affirme même lors d’un concert à Moscou. En toute liberté, au fait.

Et d’un coup d’un seul, il reçoit un coup de téléphone du Président russe en personne. Voici la conversation :

Mais la plaisanterie est révélée après que Sir Elton ait affiché son importance dans la presse mondiale : le Président russe lui a téléphoné ! Message repris en boucle par tous les médias. Oups, ce sont deux russes, ce que confirme sans détours la presse américaine, Vovan et Lexus qui se font passer pour V. Poutine et son porte-parole D. Peskov, censé traduire les paroles présidentielles en anglais. Et Sir Elton plonge, son égo explose, comme la grenouille devant le boeuf. Il se gonfle, il se travaille et il se révèle.

C’est grandiose.
Voici une traduction en français de quelques moments croustillants :

- Prankster Vovan (au nom de V. Poutine) : Bonjour Sir Elton, j’apprécie à un très haut point votre contribution à la culture musicale et à la défense des droits de l’homme !

- Elton John : Pour moi c’est un grand privilège de pouvoir discuter avec vous ! Et que vous m’appeliez ! Et que maintenant je puisse parler à l’un des hommes les plus puissants du monde !

- P. V. : On m’a dit que vous voudriez discuter de quelques problèmes de la politique russe ?

- E. J. : Je ne suis pas un politicien, juste un humaniste et je suis prêt à m’asseoir avec vous face à face pour discuter de nombreux problèmes importants et les résoudre.

- P. V. : Mais dans le même temps, il n’y a pas si longtemps, vous étiez en visite en Ukraine et discutiez avec le Président Poroshenko. Et c’était une rencontre politique.

- E. J. : Mais ce n’était pas du tout un évènement politique, je suis venu en Ukraine pour parler des LGBT en Ukraine. Et également du fait qu’en Ukraine l’économie est faible et qu’il faut intégrer les gays pour son développement. Et aussi des droits de base des gays.

- P. V. : Je suis parfaitement convaincu par vos paroles. Mais Monsieur Poroshenko a utilisé cette rencontre justement à des fins politiques ...

- E. J. : Je vous prie de m’excuser d’avoir pu vous laisser penser que cette rencontre était politique, alors que ce n’était pas du tout le cas.
Par ailleurs, j’aime beaucoup la Russie depuis 1979, où je suis venu pour la première fois. Et ce qui s’est passé avec Poroshenko, c’est son problème et je n’ai aucune envie d’être lié à cela d’une manière ou d’une autre
.
Bon, la conversation continue et se termine sur l’invitation de Sir Elton par "Vladimir Poutine - Prankster Vovan". Voici l’extraordinaire réaction de Sir Elton, le moment où l’orgasme atteint son sommet de tension à peine retenue :

"Ce serait fantastique ! Ce sera une rencontre grandiose ! Elle ne sera organisée que pour rendre le monde meilleur ! Je ne veux pas venir en Russie pour créer quelques problèmes, mais pour discuter de vrais problèmes. Car la Russie pour moi est liée à ce qu’il y a de meilleur. Parce que je veux régler les problèmes humains, si bien sûr, je le peux"

Qu’est-ce que l’on n’arrive pas à faire avec l’amour propre des autres ! C’est incroyable. Ce qui est amusant, c’est la réaction de la presse. Dans la presse française, la pillule semble difficile à avaler et les publications n’arrivent pas à mettre en cause la véracité de cette conversation, ils semblaient en avoir tellement envie les pauvres !

Ainsi, Libération continue à titrer : "Elton John a-t-il parlé des droits des gays avec Poutine ?", quand au même moment, la presse anglosaxonne avait déjà pris le virage. L’Associated Press  : "Russian pranksters claim Putin hoax call to Elton John" The Gardian : "Russian pranksters say they fooled Elton John with Putin call"

Quand la servilité et la démesure sont à l’oeuvre, les gens perdent manifestement le sens de la mesure et le contact avec la réalité. Ainsi, le premier qui les appelle sera le vainqueur. Mais seulement le vainqueur du moment, car si un joueur plus important apparaît, le passé n’existe plus. La mémoire est courte, comme la "grandeur" des "symboles vivants". Il faut bien vivre, il faut bien faire évoluer sa carrière.

Finalement, c’est pitoyable.

Karine Bechet-Golovko
jeudi 17 septembre 2015

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>