COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Odessa l’américaine, merci Saakachvili ! par Karine Bechet-Golovko

Odessa l’américaine, merci Saakachvili !
par Karine Bechet-Golovko

mardi 7 juillet 2015, par Comité Valmy


Odessa l’américaine, merci Saakachvili !

Odessa a une histoire plutôt bien remplie, pleine de charme et de péripéties. Ses calembours sont presque aussi connus que ses bandits. Mais pour en faire une colonie américaine, il a fallu un gouvernement nationaliste à Kiev. Ironie du sort.

Mikhail Saakachvili annonce sur Facebook - il faut être moderne - deux nouvelles intéressantes : la première est que la police américaine va entraîner la police odessite, la deuxième est que les Etats Unis vont payer son salaire et celui de ses collaborateurs.

Les habitants de la ville devraient s’inquiéter sérieusement. Rappelons que la police américaine a tué près de 400 civils depuis le début de l’année 2015. Chiffres annoncés par le Washington Post. On peut aussi se rappeler, notamment, de l’assassinat d’un adolescent de 13 ans en 2013. Les policiers responsables furent envoyés en vacances et les enquêteurs ont trouvé leurs réactions normales. Entre autre de ne pas apporter de soins médicaux sur place et de lui passer les menottes en lieu et place. Il en est mort. Voir la vidéo :

En novembre 2014 la même situation se répète avec un adolescent de 12 ans. Voir ici le reportage de CNN. On ne multipliera pas les exemples. Je vous rappellerai également un excellent reportage dans Le Point du 7 mai 2015 sur les policiers américains, dans lequel il est cité la phrase fétiches des forces de l’ordre :
"J’aimerais mieux être jugé par 12 jurés que transporté par 6 croque-mort".

En voici quelques extraits. "Un noir non armé meurt sous les coups de la police une fois par semaine". Le problème est que personne ne sait si les bavures sont en hausse. Après la mort de Michael Brown à Ferguson, le patron du FBI a demandé des données chiffrées à son équipe et on lui a répondu qu’il n’existait pas de statistiques du nombre de citoyens tués par la police. Seul le FBI publie des chiffres partiels. En 2013, on comptait environ 461 civils tués, selon le FBI. Mais d’autres sites annonçaient 1100 morts par an. En comparaison, environ une cinquantaine de policiers sont tués chaque année et l’on parle de policiers suréquipés avec les surplus d’Irak et d’ailleurs. Et ces bavures coûtent cher. Chicago entre 2004 et 2015 a versé plus de 500 millions de dommages et intérêts à des citoyens victimes de brutalité policière, à Baltimore plus de 6 millions depuis 2011. Et malgré tout cela, depuis 2005, seulement 55 policiers ont été inculpés pour avoir tué un civil. Et selon une enquête du Washington Post, seuls 35 affaires ont été jugées et 21 policiers ont été acquittés.

Ces données publiées par Le Point, sont assez saisissantes. L’on imagine ce que les policiers américains vont pouvoir apprendre aux policiers ukrainiens. Les opposants n’auront qu’à bien se tenir. Chez eux de préférence. Sans parler du rôle de la justice, qui semble en effet correspondre en Ukraine et aux Etats Unis, vu les résultats des enquêtes soit disant menées. Mais bon, oublions l’indépendance de la justice dont les USA sont les champions ... de la promotion à l’étranger.

Et comme tout cela n’est pas suffisant, les Etats Unis vont donc payer les salaires de Saakashvili et de ses collègues. Ainsi l’Ukraine devient officiellement un protectorat américain. Cela va se compliquer pour ceux qui tentent d’expliquer que la grande révolution ukrainienne nationale n’est pas un projet d’Outre Atlantique... Mais il est vrai que les Etats Unis n’ont pas pu simplement prendre possession des lieux, après y avoir installés leurs hommes, sans trouver une excuse, enfin une explication. La question des droits de l’homme est trop sensible en Ukraine, surtout à Odessa où les crimes commis contre les opposants ne sont pas soumis à enquête, et en Ukraine en général puisqu’elle a annoncé la suspension de la CEDH. Donc on va éviter la question. Restent les réformes juridiques et la lutte contre la corruption. Les réformes juridiques sont prises en main à Kiev, depuis longtemps le travail est en place par l’intermédiaire des organes de l’OSCE et de l’ONU. Donc tout est sous contrôle. Il ne reste plus que la corruption, le plus floue donc ce qui permet la plus grande marge de manœuvre. Certes, Saakashvili. Le fait qu’il soit justement poursuivi sur ce fondement dans son pays pour l’époque où il était Président pourrait déranger. Mais pour cela encore faudrait-il en parler. Et les médias sont bien disciplinés. Enfin les médias du monde libre. Donc aucun risque, les autres ne sont pas écoutés, puisqu’ils ne sont pas libres. Logique. On peut ainsi annoncer au monde entier sans rougir que Saakashvili, gouverneur ukrainien, sera payé un autre pays, les Etats Unis, pour lutter contre la corruption. Et tout est normal.

Nous vivons une époque merveilleuse !

Karine Bechet-Golovko
mardi 7 juillet 2015


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>