COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Le radeau de la Méduse par Thierry Laronde

Le radeau de la Méduse
par Thierry Laronde

dimanche 12 juillet 2015, par Comité Valmy


LE RADEAU DE LA MÉDUSE

"L'Europe ! L'Europe ! L'Europe !. A chaque coup qui effondre un pan de ce que nous sommes, les patriciens encouragent au kyrie victorieux : "l'Europe !". Ainsi, à bord du navire amiral échoué, rythmée du bruit sinistre des mâts qu'on abat pour quelque planche de fortune, se déroule la liturgie d'une contrition salutaire. Car, malgré la lourde responsabilité que porte le Peuple dans ce naufrage, les barreurs miséricordieux ont accepté sa rédemption : "l'Europe !"

L'Europe ! Curieux quand même qu'il ait fallu abandonner ce qu'elle est pour mieux atteindre ce que certains voudraient qu'elle fût, une Europe redéfinie, délestée de son histoire, signe débarrassé du poids d'un sens qui interdisait les logiques somnambules ; symbole délicatement placé sur quelque carte du Tendre. Rêve qui ne connaissant pas de limites ne connaît plus de frontières. Peut-être était-il dans la nature d'un non-lieu d'engendrer une dynamique insensée ?

Mais "l'avenir n'attend pas" : "L'Europe !". Au milieu des reliefs du désastre, la procession de la bonté dirigeante, que soulèvent par endroit de fondamentales querelles de préséance, embarque sur le Jean-Monnet, frêle esquif chamarré, sorte de demi-tonneau dérisoire mais qui paraît vaste à force d'être creux, et que retient une plate-forme bricolée, monstrueuse, populeuse, submergée de flots, sifflant d'indignation et fusant de railleries :

Prosterne-toi populace ! Voici la noblesse à ruban. Chaque revers à sa médaille, c'en est un enchantement... Mais foin de vos affiquets ! Vos satisfactions décoratives ne pourront retenir vos braies, lors des prochaines déculottées ! Cependant voyez comme le temps court : le cartel impassible a poursuivi sa rotation ! Nouvelles équipes, aguerries d'autant de ruines. Soyons donc rassurés, car dans les grands périls, c'est l'expérience qui rentre de l'exil. Holà ! du bateau ! Comment pourriez-vous manquer un tel naufrage, après tous ceux, fameux ! qu'on doit à votre ouvrage ?

Silence ! Epargnez-nous votre médiocre prose ! Ceux qui en ont le droit vont s'exprimer !

Et les thaumaturges d'entonner le nouveau chant du départ : "l'Europe !". Mais las ! Le fardeau est trop lourd pour la périssoire capitane. Ces reliés si gênants l'empêchent de marcher. Aussi, impatientée du bredouillis d'excuses sermonnaires qu'émet encore le commandant, la justice notable laisse-t-elle tomber le glaive, tranchant le lien : schlacke ! Une ovation mêlée accueille la volte-face effarée de celui qui dirige [ Mouvements divers : Admiratifs : "Quel homme ! Un nouvel Alexandre !" ; Agressifs : "Oui Shylock ! C'est nous que tu peux prendre !"].

Alors, fendant les assises de l'oligarchie, unie dans un soudain et digne silence --- que viennent seulement troubler les effets pédieux d'une démarche chaloupée --- s'avance, l'air grave, le préposé aux afflictions courageuses. Ayant perché sur la poupe du canot la conscience de sa charge, le voilà qui délivre au peuple barbotant les stances de la virilité :


Cessez donc, messieurs, vos plaintes dilatoires !
Qui nous ont, trop souvent, coûté notre victoire !
Feintes que vos soupirs ! Comédie que cela !
Démission veule, refus d'un au-delà !

[Au milieu d'une mer agitée, le radeau éclate en tempête]


Croyez qu'il est grand temps de forcer vos natures !
O qu'ils ont peu de foi ! A quelques encablures !
N'écoutez plus l'instinct, ce reste d'âme vile
Négligeant nos raisons, devant les faits servile !
Aux appels d'un passé à jamais disparu,
Résistez ! L'avenir est ce qui a paru !
Dépassez votre peur ! Armez votre courage !
Soupirer, pleurnicher, c'est de l'onde être otages !

[Huées. Rapide inspiration courroucée, puis, en s'en retournant :]


Admirez l'exemple, plutôt que de brailler !
Honneur aux courageux qui tâchent d'avancer !

La messe étant dite, on passe, à bord du Jean-Monnet, à l'ordre du jour. La bourgeoisie décrète solennellement mettre le cap sur la modernité, sans plus se laisser importuner par des détails. Adieu, Vieux Continent ! Nous voici, Nouveau Monde !

Et l'embarcation, indifférente aux coups de rames désordonnés et rageurs --- "l'Europe ! ---, absorbée par un soleil qui décline, s'abandonne au courant, tentant de planter là une France médusée.

Thierry Laronde


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>