COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES et DOCUMENTS GAULLISTES, patriotes et républicains > HOMMAGE A AIME CESAIRE ET A GERMAINE TILLION par Gilles Bachelier

L’ESPRIT DE LA RESISTANCE

HOMMAGE A AIME CESAIRE ET A GERMAINE TILLION par Gilles Bachelier

lundi 5 mai 2008, par Comité Valmy


En cette époque de présidence bling bling, caractérisée par le culte sans pudeur de l’argent-roi, de la politique spectacle et de l’individualisme forcené, tout cela au mépris du peuple, de la solidarité envers les plus démunis et de la justice sociale, les disparitions simultanées de deux personnalités exceptionnelles : Aimé Césaire le 17 avril 2008 et Germaine Tillion le 19 avril 2008 ont rappelé a nos compatriotes qu il existait d’autres valeurs bien plus essentielles que les fausses valeurs factices et clinquantes du fric et de la frime, données aujourd’hui en exemple a notre jeunesse par Nicolas Sarkozy, le pouvoir politique et une grande partie des médias. Aime Césaire et Germaine Tillion dont les longues vies ont traversé le vingtième siècle et entamé le début du vingt et unième siècle ont été l’un et l’autre,tout au long des péripéties souvent tragiques de l’histoire, des combattants exemplaires de la dignité humaine.

Face à l’oppression et à l’injustice, ils ont incarné l’esprit de Résistance. Ils ont œuvré inlassablement pour la liberté, l’égalité et la fraternité de leurs semblables. Au delà de l’hypocrisie des hommages officiels, ils méritent de rester dans la mémoire collective comme des consciences morales auxquelles chacun d’entre nous peut et doit se référer pour trouver des repères et une inspiration pour l’avenir. A l’instar du général de Gaulle, ils ont honoré notre pays et c est pourquoi nous sommez fiers d être leurs compatriotes.

Aimé Césaire, issu d une famille martiniquaise de sept enfants, après de brillantes études au lycée Louis le grand et a l ’École Normale Supérieure ou il noua une amitié indéfectible avec Léopold Senghor, consacra sa vie à un combat a la fois culturel et politique : émanciper et redonner leur dignité aux noirs depuis longtemps opprimes et humilies. En forgeant le concept de négritude, il redonna la fierté de leurs origines et de leurs racines tant à ses compatriotes descendants d esclaves antillais et guyanais qu’aux peuples colonises d Afrique. Il ne cessa de lutter sans relâche contre le racisme le colonialisme et pour l’égalité. Députe de la Martinique et maire de Fort de France pendant plus de cinquante ans,il fut, après la dernière guerre, l’un des principaux artisans de la départementalisation des Antilles,jusque là simples colonies.

Privilégiant toujours le caractère universel et non racial ou communautariste de son combat, il disait : "Je suis de la race de ceux qu’on opprime" ou encore "ma bouche sera la bouchedes malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s affaissent au cachot du désespoir. "Le poète surréaliste André Breton qui fut un ami d’Aime Césaire a dressé de lui un ce magnifique portrait : "Aimé Césaire est un noir qui est non seulement un noir mais tout l’homme, qui en exprime toutes les interrogations, toutes les angoisses, tous les espoirs et toutes les extases et qui s imposera de plus en plus à moi comme le prototype de la dignité."

Germaine Tillion incarne elle aussi le même combat universel pour la liberté et pour la dignité. Ethnologue, élève de Marcel Mauss et de Louis Massignon, elle étudia dans les années trente l’ethnie berbère des Chaouias dans le sud algérien et se prit de passion pour ce pays et ses habitants auxquels elle resta attachée toute sa vie. De retour en France, elle assista à la débâcle de 1940. Repondant a l appel du général de Gaulle, refusant la défaite et l’occupation nazie, elle s’ engagea aussitôt dans la résistance où elle fit preuve d une activité débordante au mépris du danger, devenant le chef du réseau de résistance du Musée de l’Homme, se spécialisant dans le renseignement et l’évasion des prisonniers jusqu’à son arrestation en août 1942 et sa déportation au camp de concentration de Ravensbrück. Sa mère Émilie, elle-même résistante fut également déportée et gazée en 1945.

Au retour des camps, elle devint historienne de la déportation et de la Résistance puis retourna en Algérie en 1954, participant à la création de centres sociaux au service de la population la plus démunie. En 1957, elle rencontra clandestinement le chef rebelle Yacef Saadi et joua avec courage un rôle d intermédiaire actif pour tenter de mettre fin tant aux exécutions capitales de rebelles algériens qu’aux attentats terroristes commis par le FLN. Elle s’éforça des deux cotés de préserver des vies, de dénoncer des atteintes a la dignité humaine et l usage de la torture pour atténuer les horreurs de la guerre et préserver les chances d’un avenir meilleur.

Fervente gaulliste, elle fit bénéficier le général de Gaulle, de retour au pouvoir, de son expérience de l’Algérie et de ses nombreux contacts pendant toute cette période tragique. Dans une lettre ouverte a Simone de Beauvoir, publiée en 1964, elle définissait ainsi la finalité de son action : « Il se trouve que j ai connu le peuple algérien et que je l’ai aimé. Il se trouve que ses souffrances, je les ai vues avec mes propres yeux et il se trouve qu’elles correspondent en moi à des blessures. Il se trouve enfin que mon attachement à notre pays a été, lui aussi, renforcé par des années de passion. C’est parce que toutes ces cordes tiraient en même temps et qu’aucune n’a cassé que je n’ai ni rompu avec la justice pour l’amour de la France ni rompu avec la France pour l’amour de la justice".

Après la guerre d Algérie, Germaine Tillion continua de s’ intéresser au sort de ce pays tout en se consacrant à l’enseignement et à des missions scientifiques de terrain. Elle s engagea dans de nombreux combats en faveur des migrants, des minorités, des exclus et contre l’asservissement des femmes. Cette grande résistante, cette humaniste engagée, cette patriote éclairée, cette gaulliste de toujours, cette femme extraordinaire qui avait dit : "Je pense de toutes mes forces que la justice et la vérité comptent plus que n importe quel intérêt politique", reste un exemple et une référence pour nous tous.

Puisse notre jeunesse s’inspirer d’Aimé Césaire et de Germaine Tillion dans ses nécessaires combats de demain pour changer le monde et tout d abord notre pays.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>