COMITE VALMY

Accueil du site > - DESINFORMATION, MANIPULATION MEDIATIQUE et LIBERTE DE LA (...) > « TERRORISTE » EN IRAK, « ISLAMISTE » EN ALGÉRIE Quand l’AFP recourt à des (...)

« TERRORISTE » EN IRAK, « ISLAMISTE » EN ALGÉRIE
Quand l’AFP recourt à des termes servant une politique opaque - par Mounir Abi

vendredi 26 septembre 2014, par Comité Valmy



« TERRORISTE » EN IRAK, « ISLAMISTE » EN ALGÉRIE

Quand l’AFP recourt à des termes servant une politique opaque

Au moins quarante pays participent à la coalition anti-Daech menée par les Etats-Unis en Irak. Parmi ces Etats, la France. Mais pas seulement. Pourquoi donc l’organisation « Djound al khilafa » a-t-elle enlevé un ressortissant français et non celui d’un autre des pays membres de cette coalition ?

Les terroristes auteurs de cet enlèvement ont-ils été encouragés par le paiement (par la France) de rançons en contrepartie de la libération de nombre de leurs otages détenus dans des pays du Sahel par Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ?

L’Algérie qui a initié au sein de l’ONU une loi criminalisant le paiement de rançons a toujours expliqué que céder aux exigences des terroristes ne pourrait qu’encourager ces derniers à continuer à exercer l’odieux chantage.

A noter, par ailleurs, que la France compte près de 1000 de ses ressortissants sévissant dans les rangs de l’organisation terroriste appelée « Etat islamique » (EI ou « Daech »), dont une « filiale », « Djound al khilafa », revendique le rapt de Hervé Gourdel, selon des statistiques réalisées par des centres internationaux spécialisés dans le domaine. Quelle serait la réaction de ces « Français de Daech » ?

La réaction de l’AFP (Agence France Presse) est, quant à elle, connue dès l’annonce du rapt. Cette agence de presse qui utilise le terme « terroristes » quand il s’agit de « Daech » sévissant en Irak, recours à un autre terme, celui d’« islamistes » quand il s’agit d’une « filiale » de la même organisation criminelle en Algérie.

Pour ce qui est de la Syrie, l’AFP qui obéit à des considérations qui semblent autres que celles liées à une lutte sincère contre le terrorisme, a longtemps utilisé le terme d’« opposants » et « rebelles » pour qualifier les terroristes qui détruisent le pays de Bachar Al Assad.

Mounir Abi

23-09-2014


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>