COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Elections locales russes : le choix de l’unité nationale par Karine (...)

Elections locales russes :
le choix de l’unité nationale
par Karine Bechet-Golovko

lundi 15 septembre 2014, par Comité Valmy


Elections locales russes :
le choix de l’unité nationale

Dimanche a eu lieu une grande vague d’élections locales en Russie. Dans 84 entités fédérées, soit les gouverneurs, soit les maires, soit les députés locaux ont été élus. Bien que les résultats définitifs ne soient pas encore connus, ce qui est certain est la grande victoire de Edinaya Rossya, avec un taux moyen d’environ 65% pour leurs candidats. Et en cela il est possible de remercier l’Ukraine, et donc la politique menée par les Etats Unis et l’Union européenne, qui ont permis de souder la population autour du Président et du parti qu’il incarne, même s’il ne le préside pas.

Dans les 84 entités fédérées, 64 600 bureaux de vote ont été ouvert pour plus de 75 millions de votant. Le taux de participation est très variable d’une région à une autre. Dans l’ensemble, la Commission centrale électorale affirme qu’il est plus élevé de 2 à 3% par rapport aux élections précédentes. A Moscou, le taux est très faible, arrivant difficilement à un peu plus de 17%. Pour comparaison, il était de plus de 35% en 2009. En Crimée, on compte un taux de participation parmi les plus importants en Russie, à savoir plus de 45%.

Ce qui est à noter, c’est la victoire sans contestation possible de Edinaya Rossiya. Dans la trentaine de régions où se sont déroulées les élections des gouverneurs, à l’exception de deux d’entre elles (région de Kirov et région de Orlov), ce sont les candidats Edinaya Rossya qui ont remporté l’élection. Et parfois les résultats sont très élevés. Par exemple, avec 89% dans la région de Tiumen ou 80% en Bachkirie. Edinaya Rossya a également largement remporté les élections des maires des capitales locales. Toutefois, la situation est plus diversifiée au niveau des assemblées locales, dans lesquelles l’opposition a, dans certaines régions, gagné une position influente, comme dans la région de Krasnoïarsk, en Altaï ou encore en Iakoutie.

Bref, ce sont des élections sans grande surprise. Et c’est certainement la raison pour laquelle la campagne électorale s’est essoufflée vers la fin. Il faut dire que c’est, étrangement, plus un message national qui a été donné que la constitution d’un choix local. Car, bien que les élecitons soient locales, elles répondent à la situation géopolitique : la Russie est unie derrière son leader. Et lorsque, à la sortie des urnes, les électeurs de Crimées étaient interrogés, c’est en gros la réponse qu’ils donnaient, ouvertement. Comme le souligne le journal Kommersant, ils ont surtout voté "pour Edinaya Rossya, parce que là bas il y a Poutine et qu’ils sont pour la Russie". Et c’est en fait le vote qui a été fait par la plupart des électeurs. Un vote pour la Nation. Un vote de soutien à la politique de défense des intérêts nationaux menée par le Président V. Poutine. Une politique de résistance. Et c’est un vote qui oblige aussi. Qui oblige les élites à en tenir compte et à ne pas le trahir. Mais ça, c’est une autre histoire.

Karine Bechet-Golovko
lundi 15 septembre 2014

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>