COMITE VALMY

Accueil du site > - LAÏCITE - REFUS DU COMMUNAUTARISME > SAUVEGARDONS LA LAÏCITE ( ET ) LA REPUBLIQUE

Déclaration du Comité Valmy

SAUVEGARDONS LA LAÏCITE ( ET ) LA REPUBLIQUE

mercredi 5 mars 2008, par Comité Valmy

Un appel intitulé "SAUVEGARDONS LA LAÏCITE DE LA REPUBLIQUE" vient d’être rendu public. Le Comité Valmy ne l’a pas signé bien qu’ayant participé à la recherche d’une déclaration consensuelle des organisations laïques. Un premier texte positif, adopté par un ensemble d’associations réunies à l’initiative du Grand Orient de France, a été abandonné unilatéralement au profit de l’appel actuel rédigé, nous dit la LDH, à l’ initiative de la Ligue de l’Enseignement. Nous considérons que cet appel imposé avec une précipitation curieuse est dangereux car il ouvre selon nous, le chemin à une dérive communautariste et "multiculturelle". Il diffuse aussi implicitement le thème que dans le monde "global" actuel, les peuples doivent faire profil bas. Nous avons proposé des amendements conduisant au texte ci dessous. Nous n’avons obtenu aucune réponse. Nous publions donc notre proposition qui devient de ce fait, une déclaration du Comité Valmy sous le titre : Sauvegardons la laïcité (et) la République. De notre point de vue, c’est bien la République en fin de compte qui est visée à travers une attaque insidieuse et un travail de sape menés à l’intérieur du camp laïque, par les euro-atlantistes partisans du fédéralisme européen parmis lesquels certains dirigeants de la social démocratie ne sont pas les derniers.

Les organisations et personnalités signataires rappellent solennellement que, selon l’article 1er de la Constitution, la France est une République indivisible, démocratique, laïque et sociale. Ces quatre termes indissociables définissent des principes qui s’imposent à tous, au premier rang desquels le Président de la République. Or, les déclarations récentes de Monsieur Sarkozy, mêlant ses convictions personnelles et sa fonction présidentielle, portent atteinte à la laïcité de la République.

La mise en cause de ce principe constitutionnel indispensable à la paix civile est inacceptable. Depuis 1905, grâce à la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat, la République assure à chaque citoyen la liberté de conscience, garantit sa liberté de croire ou de ne pas croire et de pratiquer le culte de son choix, de n’en pratiquer aucun ou de pouvoir en changer. Elle permet ainsi de vivre ensemble, dans le respect de chacun, quelles que soient ses origines, ses choix philosophiques ou ses convictions religieuses. Elle crée à cette fin un espace public dans lequel les convictions personnelles ne s’immiscent pas.

Dans notre République, la diversité doit être richesse et non source de conflit. Dans un monde où se multiplient les voies d’accès à l’information et aux connaissances, et où explose la médiatisation des évènements et de la pluralité des représentations du monde, seule la laïcité permet l’émancipation de tous en favorisant le libre accès au savoir et à la culture et le discernement de chacun pour un libre choix de vie, par une démarche rationnelle et critique faisant toute leur place au doute, à l’imagination et à la créativité.

C’est pourquoi, les organisations et personnalités signataires s’opposeront à toute tentative qui mettrait, de fait, en cause la laïcité par une modification du contenu de la loi de 1905. A l’heure où nos concitoyens éprouvent des difficultés et des inquiétudes croissantes, elles les appellent à promouvoir la laïcité comme une exigence partagée avec la ferme volonté de bâtir ensemble une société où la justice sociale assurera, quotidiennement, pour toutes et pour tous, la liberté, l’égalité et la fraternité. 6 février 2008

Découpage comparatif des deux textes par Michel Naud www.france-réublicaine.fr

texte du Comité Valmy

Les organisations et personnalités signataires rappellent solennellement que, selon l’article 1er de la Constitution, la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Ces quatre termes indissociables définissent des principes qui s’imposent à tous, au premier rang desquels le Président de la République. Or, les déclarations récentes de Monsieur Sarkozy, mêlant ses convictions personnelles et sa fonction présidentielle, portent atteinte à la laïcité de la République.

texte de l’Appel laïque

Les organisations et personnalités signataires rappellent solennellement que, selon l’article 1er de la Constitution, la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Ces quatre termes indissociables définissent des principes qui s’imposent à tous, au premier rang desquels le Président de la République. Or, les déclarations récentes de Monsieur Sarkozy, mêlant ses convictions personnelles et sa fonction présidentielle, portent atteinte à la laïcité de la République.

texte du Comité Valmy

La mise en cause de ce principe constitutionnel indispensable à la paix civile est inacceptable. Depuis 1905, grâce à la loi de Séparation des Églises et de l’État, la République assure à chaque citoyen la liberté de conscience, garantit sa liberté de croire ou de ne pas croire et de pratiquer le culte de son choix, de n’en pratiquer aucun ou de pouvoir en changer. Elle permet ainsi de vivre ensemble, dans le respect de chacun, quelles que soient ses origines, ses choix philosophiques ou ses convictions religieuses. Elle crée à cette fin un espace public dans lequel les convictions personnelles ne s’immiscent pas.

texte de l’Appel laïque

La mise en cause de ce principe constitutionnel indispensable à la paix civile est inacceptable. Depuis 1905, grâce à la loi de Séparation des Églises et de l’État, la République assure à chaque citoyen la liberté de conscience, garantit sa liberté de croire ou de ne pas croire et de pratiquer le culte de son choix, de n’en pratiquer aucun ou de pouvoir en changer. Elle permet ainsi de vivre ensemble, dans le respect de chacun, quelles que soient ses origines, ses choix philosophiques ou ses convictions religieuses.

texte du Comité Valmy

Dans notre République, la diversité doit être richesse et non source de conflit.

texte de l’Appel laïque

Dans notre République et notre société multiculturelle, la diversité doit être richesse et non source de conflit. Pour cela, la laïcité, assurant l’égalité en droit des citoyens dans le respect des lois de la République, permet à la fois l’expression du pluralisme des convictions et la recherche de valeurs communes pour construire une communauté de destin.

Texte du Comité Valmy

Dans un monde où se multiplient les voies d’accès à l’information et aux connaissances, et où explose la médiatisation des évènements et de la pluralité des représentations du monde, seule la laïcité permet l’émancipation de tous en favorisant le libre accès au savoir et à la culture et le discernement de chacun pour un libre choix de vie, par une démarche rationnelle et critique faisant toute leur place au doute, à l’imagination et à la créativité.

texte de l’Appel laîque

Dans un monde aujourd’hui global et de plus en plus complexe, où se multiplient les voies d’accès à l’information et aux connaissances, et où explose la médiatisation des événements et de la pluralité des représentations du monde, seule la laïcité permet l’émancipation de tous en favorisant le libre accès au savoir et à la culture et le discernement de chacun pour un libre choix de vie, par une démarche rationnelle et critique faisant toute leur place au doute, à l’imagination et à la créativité.

texte du Comité Valmy

C’est pourquoi, les organisations et personnalités signataires s’opposeront à toute tentative qui mettrait, de fait, en cause la laïcité par une modification du contenu de la loi de 1905. À l’heure où nos concitoyens éprouvent des difficultés et des inquiétudes croissantes, elles les appellent à promouvoir la laïcité comme une exigence partagée avec la ferme volonté de bâtir ensemble une société où la justice sociale assurera, quotidiennement, pour toutes et pour tous, la liberté, l’égalité et la fraternité.

texte de l’Appel laïque

C’est pourquoi, les organisations et personnalités signataires s’opposeront à toute tentative qui mettrait, de fait, en cause la laïcité par une modification du contenu de la loi de 1905. À l’heure où nos concitoyens éprouvent des difficultés et des inquiétudes croissantes, elles les appellent à promouvoir la laïcité comme une exigence partagée avec la ferme volonté de bâtir ensemble une société où la justice sociale assurera, quotidiennement, pour toutes et pour tous, la liberté, l’égalité et la fraternité.

RAPPEL : Si Nicolas Sarkozy prône une "laïcité positive", des associations historiquement laïques prônent, elles, une "laïcité ouverte" et se sont, par exemple, opposées à la loi du 15 mars 2004 sur le port de signes religieux à l’école : la Ligue des Droits de l’Homme, la Ligue de l’Enseignement, le Mouvement Contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP), le courant majoritaire de la Fédération Syndicale Unitaire (FSU) et la Fédération des Conseils de Parents d’Élèves (FCPE).

7 Messages de forum

  • SAUVEGARDONS LA LAÏCITE ( ET ) LA REPUBLIQUE

    7 février 2008 22:43, par Pascal GUILBERT
    Votre texte est-il une Pétition ? Du moins allez-vous le proposer, comme tel, à la signature ? Auquel cas je le signerai volontiers...
    • SAUVEGARDONS LA LAÏCITE ( ET ) LA REPUBLIQUE 8 février 2008 08:33, par Instit

      Ca y est. Le traité de Lisbonne est ratifié. Vendredi 8 février 2008, à deux heures et quart du matin, les sénateurs ont ratifié le traité de Lisbonne. A deux heures et quart du matin, la France est devenue une simple région de l’Union européenne. Ca fait bizarre de se réveiller en se disant que la France n’est plus qu’une simple région.

      Pour savoir qui a voté quoi, c’est à cette adresse :

      http://www.senat.fr/scrupub/2007/scr2007-85.html

      Il y a eu 307 suffrages exprimés. 265 sénateurs ont voté OUI. 42 sénateurs ont voté NON.

      Je veux remercier les 42 sénateurs qui ont voté NON :

      23 sénateurs communistes et MRC (Chevènement) : Mme Éliane Assassi, M. François Autain, Mme Marie-France Beaufils, MM. Pierre Biarnès, Michel Billout, Mme Nicole Borvo Cohen-Seat, MM. Robert Bret, Jean-Claude Danglot, Mmes Annie David, Michelle Demessine, Évelyne Didier, MM. Guy Fischer, Thierry Foucaud, Mmes Brigitte Gonthier-Maurin, Gélita Hoarau, MM. Robert Hue, Gérard Le Cam, Mme Josiane Mathon-Poinat, MM. Jack Ralite, Ivan Renar, Mme Odette Terrade, MM. Bernard Vera, Jean-François Voguet.

      2 sénateurs du Rassemblement Démocratique et Social Européen : MM. Bernard Seillier, François Vendasi.

      13 sénateurs socialistes : Mmes Maryse Bergé-Lavigne, Alima Boumediene-Thiery, MM. Jean-Louis Carrère, Michel Charasse, Pierre-Yves Collombat, Roland Courteau, Jean Desessard, Jean-Pierre Godefroy, Alain Journet, Jean-Luc Mélenchon, Jean-Pierre Michel, Marcel Rainaud, Robert Tropeano.

      2 sénateurs UMP : MM. André Lardeux, Charles Pasqua.

      2 sénateurs proches de Philippe de Villiers : MM. Philippe Darniche, Bruno Retailleau.

      Cette nuit, à deux heures et quart du matin, la France est donc officiellement devenue une région parmi 27 régions.

      • SAUVEGARDONS LA LAÏCITE ( ET ) LA REPUBLIQUE 8 février 2008 20:21, par FB
        Non cher Instit, la France n’est pas devenue une simple région parmi 27, c’est bien pire que ça ! La France n’est plus qu’un agglomérat de régions sans peuples et sans nations qui s’inscrivent elles-mêmes dans une sorte de grande Europe fédérale des Landers... dont on pourrait presque parfaitement superposer la carte avec celle de l’Europe imaginée par les nazis ! Ce que ces barbares n’avaient pas réussi à faire par la guerre, leurs héritiers euro-atlantistes l’ont obtenu par le processus de la construction européenne ! Mais la liberté viendra...
  • SAUVEGARDONS LA LAÏCITE ( ET ) LA REPUBLIQUE

    8 février 2008 20:35, par FB
    Les références faussement naïves à la "société multiculturelle" et au "monde global" telles qu’elles figurent dans la pétition qui circule actuellement (relayée avec précipitation par les médias) trahissent, à la différence du texte rigoureux figurant sur ce site, une démarche ambiguë de la part de la LDH et de la ligue de l’enseignement, semblant accepter une dérive vers le communautarisme et l’abandon de l’idée de la souveraineté des peuples. C’est d’autant plus grave que ces mentions n’étaient ni nécessaires ni utiles - bien au contraire - pour exprimer un message laïque. Tout cela ressemble fort aux initiatives tordues visant à la défense d’une pseudo-laïcité dite "ouverte" ou "positive" et n’est pas très sérieux, surtout à l’heure où la "diversité" sarkozienne est en passe de se voir propulsée dans notre (moribonde) constitution...
    • SAUVEGARDONS LA LAÏCITE ( ET ) LA REPUBLIQUE 9 février 2008 14:04, par Instit

      Je recopie cet article extraordinaire de Jean-Luc Porquet, paru dans le Canard Enchaîné, le 6 février 2008, page 5 :

      « C’est le genre de choses qu’on laisse passer, à force. Il y en a tellement. Ils sont tellement « décomplexés ». La première fois, c’était en octobre 2007. Denis Kessler, ex-mao passé au capitalisme financier, ancienne éminence grise du baron Ernest-Antoine Seillière lorsque celui-ci pilotait le MEDEF, lâchait cette mâle déclaration de guerre :

      « Il faut défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance. »

      http://www.challenges.fr/opinions/20071004.CHAP1020712/adieu_1945_raccrocho ns_notre_pays_au_monde_.html

      Denis Kessler s’en réjouissait : au fond, les différentes réformes engagées par Sarkozy, disait-il, « peuvent donner une impression de patchwork, mais on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux » : défaire ce qu’ont fait les résistants, justement. Cette provoc’ avait fait quelques vagues, sans plus.

      Et puis la semaine dernière, Charles Beigbeder a remis ça. Dans une tribune au Journal Du Dimanche (27 janvier 2008), Charles Beigbeder, le pédégé de Poweo, a affirmé, l’air de rien, que selon lui le rapport Attali permettrait enfin d’en finir avec cette France « qui continue à vivre sur un modèle fondé en 1946, à partir du programme du Conseil National de la Résistance. »

      Tiens, tiens. Lui et Kessler, même combat. Charles Beigbeder, le prototype du jeune loup moderne. L’homme qui veut tailler des croupières à EDF en vendant de l’électricité privée aux Français.

      Il avait un beau titre, le programme des résistants : « Les jours heureux ». On comprend qu’il faille en finir d’urgence. Il était le résultat d’un compromis né entre tous les mouvements de résistance luttant contre l’occupant, et les principaux partis politiques dont le Parti Communiste. On comprend que cela paraisse aujourd’hui insupportable. Il affichait de hautes ambitions. Entre autres, « la garantie d’un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d’une vie pleinement humaine ; un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’Etat ; une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ».

      Insupportable, non ? On y trouvait d’autres projets complètement fous. Les résistants rêvaient que les enfants français puissent « bénéficier de l’instruction et accéder à la culture la plus développée, quelle que soit la situation de fortune de leurs parents ». Affreusement égalitariste !

      Les résistants voulaient aussi que soit assurée « la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances d’argent ». On comprend que ça énerve.

      Les résistants voulaient aussi « l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie. » Complètement ringard, non ?

      On remercie messieurs Denis Kessler et Charles Beigbeder de nous avoir annoncé la fin des beaux jours, prévue pour l’après-municipales. »

  • SAUVEGARDONS LA LAÏCITE ( ET ) LA REPUBLIQUE

    9 février 2008 22:39, par Pierrette

    Cette déclaration me convient parfaitement. Comment manifester sa solidarité avec ce texte. A qui sera t-il adressé ?

    Pierrette

    • SAUVEGARDONS LA LAÏCITE ( ET ) LA REPUBLIQUE 10 février 2008 22:49, par Instit

      Dimanche 10 février 2008, Nicolas Sarkozy fait un discours sur la ratification du traité de Lisbonne. Vous pouvez le lire ici :

      http://www.elysee.fr/documents/index.php ?lang=fr&mode=view&cat_id=7&press_id=1024

      « Un traité simplifié, ne conservant que les dispositions institutionnelles qui avaient paru recueillir un consensus assez large pendant la campagne du référendum était une solution qui permettait de dépasser les oppositions entre partisans et adversaires de la Constitution. »

      Cette phrase contient deux mensonges.

      Premier mensonge : le traité de Lisbonne n’est pas un traité simplifié.

      Second mensonge : le traité de Lisbonne ne conserve pas que les dispositions institutionnelles qui avaient paru recueillir un consensus assez large pendant la campagne du référendum.

      1- Le traité de Lisbonne n’est pas un traité simplifié. Il est lisible ici :

      http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i0439.pdf

      Le traité de Lisbonne a 281 pages ! Par comparaison, le Traité Etablissant une Constitution pour l’Europe que nous avions reçu dans notre boîte aux lettres en 2005 n’avait que 191 pages.

      2- Le traité de Lisbonne ne conserve pas que les dispositions institutionnelles qui avaient paru recueillir un consensus assez large pendant la campagne du référendum. En revanche, le traité de Lisbonne impose des politiques. A partir de la page 62, vous pouvez lire la troisième partie du traité de Lisbonne intitulée « Les politiques et actions internes de l’Union (articles 26 à 197) ». Cette troisième partie explique quelles doivent être les politiques concernant :

      - le marché intérieur (articles 26 et 27)
      - la libre circulation des marchandises (articles 28 à 37)
      - l’union douanière (articles 30 à 32)
      - la coopération douanière (article 33)
      - l’interdiction des restrictions quantitatives entre les Etats membres (articles 34 à 37)
      - l’agriculture (articles 38 à 44)
      - la pêche (articles 38 à 44)
      - les travailleurs (articles 45 à 48)
      - le droit d’établissement (articles 49 à 55)
      - les services (articles 56 à 62)
      - les capitaux et les paiements (articles 63 à 66)
      - l’espace de liberté, de sécurité et de justice (articles 67 à 76)
      - les contrôles aux frontières (article 77)
      - l’asile (article 78)
      - l’immigration (article 79)
      - la coopération judiciaire en matière civile (article 81)
      - la coopération judiciaire en matière pénale (articles 82 à 86)
      - la coopération policière (articles 87 à 89)
      - les transports (articles 90 à 100)
      - les règles de concurrence
      - les règles applicables aux entreprises (articles 101 à 106)
      - les aides accordées par les Etats (articles 107 à 109)
      - les dispositions fiscales (articles 110 à 113)
      - le rapprochement des législations (articles 114 à 118)
      - la politique économique (articles 120 à 126)
      - la politique monétaire (articles 127 à 133)
      - l’emploi (articles 145 à 150)
      - la politique sociale (articles 151 à 161)
      - le fonds social européen (articles 162 à 164)
      - l’éducation, la jeunesse et les sports (article 165)
      - la formation professionnelle (article 166)
      - la culture (article 167)
      - la santé publique (article 168)
      - la protection des consommateurs (article 169)
      - les réseaux transeuropéens (articles 170 à 172)
      - l’industrie (article 173)
      - la cohésion économique, sociale et territoriale (articles 174 à 178)
      - la recherche et le développement technologique (articles 179 à 190)
      - l’espace (article 189)
      - l’environnement (articles 191 à 193)
      - l’énergie (article 194)
      - le tourisme (article 195)
      - la protection civile (article 196)
      - la coopération administrative (article 197).

      Nicolas Sarkozy ment aux Français.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>