COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES et DOCUMENTS GAULLISTES, patriotes et républicains > Echec à Copenhague : Un espoir pour la France et pour le Monde ! Contre les (...)

Point de vue

Echec à Copenhague : Un espoir pour la France et pour le Monde ! Contre les droits à polluer. Pour des montants compensatoires environnementaux. - Philippe Lecreux

lundi 21 décembre 2009, par Comité Valmy


Après des mois de matraquage médiatique et d’aliénation mentale Copenhague s’est terminé sur un accord hystérique. Les intérêts purement financiers l’ont emporté sur l’intérêt humain. Même les gesticulations de Nicolas le petit n’ont pu masquer la réalité d’un monde sous influence des tenanciers d’intérêts sectoriels et sectaires.

Mais au-delà de ce cuisant échec pour les dirigeants fantoches d’un monde sous influence n’y a-t-il pas un espoir de Liberté pour un monde nouveau composé de Nations Souveraines redécouvrant l’intérêt des peuples comme moteur des politiques de coopération équitable.

Les dirigeants fantoches voulaient les contraintes pour la population mais sans contrôle de leur politique orientée flux financiers et superprofits à usages élitiques. « Green business « mais pas « green planète ».

L’absence d’accord rend la parole aux Peuples. La voie est ouverte à des politiques nationales coordonnées intégrant environnement planétaire et développement économique et social au service des citoyens.

Libérés de la tutelle pesante et oppressante d’une organisation mondiale du « green business » nous pouvons enfin faire de l’environnement planétaire au niveau local en intégrant nos critères environnementaux dans notre politique souveraine de développement économique et social.

Fixons nous des critères rigoureux (donc contraignants en terme de couts de production et de compétitivité) mais associons les à une politique de libre échange réellement équitable et concurrentielle. Rétablissons la libre concurrence non faussée par des différences de protections sociales et environnementales qui aujourd’hui entravent le progrès en nivelant par le bas pour les profits financiers confisqués et la misère épidémique galopante.

Fixons au niveau de chaque état (entité qui doit être restaurée) des conditions ambitieuses tant au niveau environnement que social mais établissons pour l’entrée sur le marché intérieur de ces états des critères objectifs de libre concurrence. Entendons par là l’instauration immédiate de droits d’entrée liés à la libre concurrence que nous pourrions nommer « montants compensatoires sociaux et environnementaux ». Ceci consisterait en une acceptation totale de tous produits quelque soit son lieu de fabrication et son cout de revient à l’entrée (donc pas de droits de douane discriminatoires) mais avec une ‘ taxation ‘ à l’entrée qui ramènerait le produit au cout qui serait le sien si sa fabrication extérieure avait respecté les normes sociales et environnementales du pays sur lequel il est mis sur le marché. Alors et alors seulement il y aurait libre concurrence et non ‘ dumping anti social et anti environnemental’. Le commerce mondial serait libre et non faussé permettant le développement de chaque état selon ses spécificités, ses technicités et ses matières premières mais dans le respect des modèles sociaux et environnementaux des états acheteurs et dans l’intérêt des citoyens des pays producteurs incités au progrès social et environnemental sur leur territoire pour y conserver la valeur ajoutée du produit fini. Ce serait une vraie promotion du développement positif concerté et partagé et non de la paupérisation galopante.

Copenhague est un échec pour le lobby du ‘ green business’, mais puisse avec la volonté des Peuples Libres et Souverains cet échec devenir le point de départ d’un nouveau modèle économique mondial au service de l’humain dans le respect de l’harmonieuse diversité et pour le progrès librement partagé et consenti. Philippe Lecreux 21 décembre 2009


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>