COMITE VALMY

Accueil du site > - L’UNION de la RESISTANCE, le CNR, son programme, NOS REFERENCES. > ORIENTATION STRATEGIQUE Résistance républicaine, patriotique et sociale - (...) > PARLEMENTAIRES : REFUSEZ D’ETRE COMPLICES DE CETTE HAUTE TRAHISON

PARLEMENTAIRES : REFUSEZ D’ETRE COMPLICES DE CETTE HAUTE TRAHISON

Lettre ouverte aux parlementaires

vendredi 25 janvier 2008, par Comité Valmy


Voir en ligne :  : http://www.petitionreferendum2007.fr/index.php ?petition=2

Monsieur, Madame le(a) Député(e), le(a) Sénateur(trice),

Vous êtes appelé à vous prononcer sur le « traité de Lisbonne » et, éventuellement, à violer et trahir la souveraineté populaire, si vous prenez la responsabilité de contribuer, de manière active ou passive, à la ratification de ce document. En effet, le contenu du « traité de Lisbonne » est substantiellement identique à celui du traité constitutionnel définitivement rejeté par le peuple français lors du référendum du 29 mai 2005.

Dans ces conditions, un vote nouveau des assemblées parlementaires, contre celui du peuple souverain, est manifestement illégitime, il relève d’une pratique totalitaire de trahison de la souveraineté du peuple, et de la Nation, de celle de la République. Ceux des parlementaires qui contribueront à cette infamie, à ce véritable coup d’État, rejoindront aux yeux de l’histoire leurs prédécesseurs dans la capitulation nationale, les parlementaires qui ont voté les pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940. Demain en revanche, l’histoire honorera les noms des parlementaires qui auront eu le courage de dire non.

De plus, la légitimité de l’État serait gravement mise à mal si une telle forfaiture était accomplie. Si les élus de la nation, de droite comme de gauche, devaient se rendre coupables d’une telle trahison du peuple, la paix sociale et civile dans nos quartiers n’aurait plus aucune chance ni aucune raison d’être maintenue. Ainsi, c’est la survie de l’esprit public qui est en jeu. Jamais, depuis les heures noires évoquées plus haut, les dirigeants de ce pays n’avaient joué avec le feu de manière aussi dangereuse et inconsciente.

Les parlementaires qui auront usurpé la souveraineté - crime puni de mort rappelons-le, par la constitution populaire de 1793… - seront légitimement combattus à chaque nouvelle échéance électorale. Le peuple, pour qui l’insurrection reste le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs dès lors que le gouvernement viole ses droits, ne manquera pas de se souvenir.

Le Comité Valmy proposera aux forces républicaines de la Résistance en cours de regroupement et d’organisation que, dès le rétablissement de la République dans sa pleine souveraineté, les parlementaires félons, frères des émigrés de Coblence, puissent être soumis à une procédure permettant de les traduire devant une Cour de justice républicaine et populaire.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur l’expression de nos salutations républicaines. Pour le Comité Valmy, Claude Beaulieu, président.

17 Messages de forum

  • Les forces qui ont aboutit au non de 2005 sont constituées d’un assemblage tellement hétéroclite de pro et d’anti-européens qu’il ne peut trouver de suite politique. C’est la raison pour laquelle j’ai finalement voté oui après avoir pourtant été convaincu par le noniste pro-européen Jacques Généreux qui avait édité un très convaincant plaidoyer en faveur du non. Les forces qui ont voté non ne peuvent donc formuler aucun projet et il me semble alors légitime de passer par la voix parlementaire.
    • Une élection est une élection. Dès lors qu’elle se déroule régulièrement, son résultat est ce qu’il est. Point final ! Ça ne se discute même pas !
      • Savez vous qu’un vote majoritaire a en 1940 constitué un nouveau pouvoir et DEGAULLE fut accusé de trahison..on connait la suite. N’y avait t’il pas eu un vote majoritaire pouvant justifier cela et vos arguments.

        Evoquer l’absence de cohérence au sein des partisans du référendum et éventuellement de la confirmation du non de 2005 parait singulère dans un pays ou règne en principe la démocratie et le respect de l’opinion d’autrui. Je ne suis guère proche du PS mais je reconnais que sa faiblesse est précisèment le respect des tendances mais c’est aussi son honneur.

        Il y a eu parfaite cohérence de la majorité de 2005 puisqu’il s’agissait du destin de la France et pas d’autre chose.

        Je préfère cela au spectacle navrant offert par les parlementaires UMP qui en sont réduit à être complices des subterfuges les plus scandaleux pour étouffer les voix de ceux qui ne partagent pas leur conception. C’est un déni de démocratie et c’est profondèment malhonnête. C’est une forme de dictature feutrée méprisant le peuple.

        Nous sommes appelés à penser que le vote par la voie parlementaire étant illégitimes le traite dit de Lisbonne l’est aussi et pourra être rejeté par référendum dans les temps qui viennent.

    • et à la "simplification" d’un traité ... refusé pour malgré un bombardement médiatique à sens unique

      ce fait à lui seul aurait du vous interpeller l’Europe n’est pas en marche, elle est mise en marché

    • Le OUI l’emporterait certainement à l’heure actuelle. Dire que " la trhison c’est de faire croire à la cohérence du NON " n’est que le reflet d’une inconscience démesurée partagée par une grande quantité de nos concitoyens sur le danger que cours actuellement notre démocratie. La souveraineté du peuple est inviolable. Aucun crime ne peut être justifié par quelque raison que ce soit.
      • Puisse votre affirmation péremptoire sur la victoire du oui,être vérifiée en consultant la population elle-même ... ce qui implique un référendum. Si le oui l’emportait alors il n’y aurait effectivement plus de débat, mais en attendant ce sont bien les tenants du oui qui s’opposent à cette consultation populaire. Y aurait-il là un lien de cause à inquiétude ?
    • PARLEMENTAIRES : la trahison est de faire croire à la cohérence du non 31 janvier 2008 19:32, par François BRETEGNIER

      Monsieur, J’ai lu attentivement votre texte en faveur d’un passage par la voix parlementaire du Traité dit Simplifié concernant l’Europe.

      Vous n’ignorez pas que tous les votes, toutes les élections, assemblent à un moment ou à un autre, et notamment lors des deuxièmes tours de scrutin que la France connaît bien, des intérêts estimés convergents pourtant sous tendus par des opinions souvent différentes à l’origine.

      Ou bien votre "plaidoyer" remet tout simplement en cause notre Démocratie qui s’appuie sur ce principe, principe parfois inconfortable, je veux bien l’admettre, comme est parfois difficile et inconfortable l’execice même de la Démocratie. Et combien d’élections devraient alors être invalidées dans ce même après coup que le dernier référendum...

      Ou bien vous ne pourrez que vous résoudre à redemander l’avis du Peuple comme le Président de la République lui même l’a, il y a peu et vous vous en souvenez sans doute, jugé indispensable et garant de la cohésion nationale et européenne.

      En espérant un changement de votre perspective quant à cette situation précise,je vous prie de croire, Monsieur le Député, en mes sentiments respectueux.

    • PARLEMENTAIRES : la trahison est de faire croire à la cohérence du non 23 février 2008 19:02, par Claude GARRIER, auteur
      Qu’il y ait une diversité de raison de voter "non" n’est pas un motif suffisant pour qu’un club de petits copains approuvé hypocritement par l’abstention (dont les abstentionnistes connaissait l’effet) des membres d’un parti qui a joué la collaboration de classe depuis sa création sous le nom de SFIO (guerres coloniales) et qui a continué avec un Jospin (ex-trotskiste !!!) qui a déclaré que "devant l’entreprise, le gouvernement ne peut rien", laissant Michelin licencier une masse de salariés pour la plus grande joie de ses actionnaires, membres dont les plus illustres vont aujourd’hui à la soupe servie par le "monarque élu". Il y a eu ceux qui ont dit "non" parce qu’ils rejetaient en bloc tout ce que proposait Chirac. Il y a eu ceux (dont je suis) qui ont dit "non" parce que la soupe imposée par le grand patronat, le roi des Belges (premier personnage cité par le texte) et ses petits copains n’ont aucune qualité pour proposer quoi que ce soit ; parce qu’il appartient à la Nation Europe de se déterminer (ou à ceux des peuples qui vivent sur son territoire qui veulent aller jusqu’au bout de l’idée initiale), de concevoir une constitution définissant les pouvoirs du gouvernement d’Europe, de chacun de ceux des Etats fédérés, d’un Parlement d’Europe et de chacun de ceux des Etats fédérés, etc. En bref, de réaliser ce que l’alliance objective entre les Communistes et les Gaullistes a faut échouer en 1952 : une fédération dont la Communauté européenne de défense aurait été le premier jalon. Les traités signés ultérieurement, la CECA, l’EURATOM et le Marché commun n’ont été que des positions transitoires destinées à revenir à l’essentiel : la construction de la fédération d’Europe occidentale. Ces situations d’attente ont été récupérées par le grand patronnat qui en a profité pour enterrer le rêve de voir l’Europe cesser d’être un ramassis de principautés et de duchés progressivement élaborés au cours des XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles, remodelés à la suite des deux guerres mondiales. Le patronat et le gouvernement américains se satisfaont pleinement de la situation présente : elle leur donne tous avantages pour y prospérer économiquement et aucun moyen pour les contrer politiquement. Il convient de sortir de cet état de dépendance. Ce n’est évidemment pas le chef de l’Etat français actuel, descendant d’un baron hongrois, ex-avocat des grands patrons français, qui va donner la parole ni au peuple français, ni aux peuples d’Europe qui veulent cette union fédérale dont l’idée même donne des cauchemars aux amis américains du monarque. Il appartient aux hommes de bonne volonté d’oeuvrer pour faire sortir l’Europe de son nanisme politique et eux-mêmes de la situation infantile dans laquelle ils sont maintenus. Claude Garrier Auteurs publié par l’Harmattan, journaliste à "Afrique Liberté"
  • BRAVO ! Cela fait plaisir de voir si bien exprimée l’inquiétude que j’éprouve depuis des semaines :

    Si les élus de la nation, de droite comme de gauche, devaient se rendre coupables d’une telle trahison du peuple, la paix sociale et civile dans nos quartiers n’aurait plus aucune chance ni aucune raison d’être maintenue. [...] Jamais, [...], les dirigeants de ce pays n’avaient joué avec le feu de manière aussi dangereuse et inconsciente.

    Il est navrant de lire les réactions qui tentent de justifier la forfaiture qui se prépare par une contre vérité telle que : "Le peuple a donné mandat à NS avec 53% de voix !" Faut-il rappeler que le scrutin majoritaire à 2 tours n’est vraiment pas fait pour recueillir des préférences collectives ?

    Qu’il est incapable de garantir la liberté de vote de l’électeur sur chaque question particulière : tant au 1er tour, (ou "il choisit"), qu’au second, (ou "il élimine"), celui-ci est appelé à accepter ou rejeter en bloc des propositions sans lien entre elles.

    En contraste avec l’imposture du "mandat a 53%", on peut au contraire retenir que le 22 avril 2007, 74% des électeurs INSCRITS, n’ont pas choisi l’élu du 6 mai ! A une époque ou l’on use, (et abuse...), de moyens informatiques et de sondages plus ou moins rigoureux... il y a qq chose de tragique dans l’usage persistant, au pays de Condorcet et de Borda, d’un outil aussi grossier que le scrutin majoritaire !

    Quel parti aura le courage d’être moins "conservateur" dans le choix des moyens mis en œuvre pour recueillir les préférences collectives ? De tenter d’appliquer enfin l’article VI de la DDHC, qui affirme : "La loi est l’expression de la volonté générale" ?

    Voir en ligne : France-alter

    • Les sénateurs ont voté OUI à la révision de la Constitution française, révision nécessaire pour la ratification parlementaire du traité de Lisbonne.

      http://www.senat.fr/scrupub/2007/scr2007-76.html

      Il y a eu 258 suffrages exprimés. 210 sénateurs ont voté OUI. 48 sénateurs ont voté NON.

      Je veux remercier les 48 sénateurs qui ont voté NON. Je veux rendre hommage aux 48 sénateurs qui ont sauvé l’honneur :

        23 sénateurs communistes et MRC (Chevènement) : Mme Éliane Assassi, M. François Autain, Mme Marie-France Beaufils, MM. Pierre Biarnès, Michel Billout, Mme Nicole Borvo Cohen-Seat, MM. Robert Bret, Jean-Claude Danglot, Mmes Annie David, Michelle Demessine, Évelyne Didier, MM. Guy Fischer, Thierry Foucaud, Mmes Brigitte Gonthier-Maurin, Gélita Hoarau, MM. Robert Hue, Gérard Le Cam, Mme Josiane Mathon-Poinat, MM. Jack Ralite, Ivan Renar, Mme Odette Terrade, MM. Bernard Vera, Jean-François Voguet.

        22 sénateurs socialistes : M. Bernard Angels, Mmes Maryse Bergé-Lavigne, Alima Boumediene-Thiery, MM. Michel Charasse, Pierre-Yves Collombat, Roland Courteau, Jean Desessard, Michel Dreyfus-Schmidt, Mme Josette Durrieu, MM. Charles Gautier, Jean-Pierre Godefroy, Mme Annie Jarraud-Vergnolle, M. Alain Journet, Mme Bariza Khiari, MM. André Lejeune, Alain Le Vern, Marc Massion, Jean-Luc Mélenchon, Jean-Pierre Michel, Marcel Rainaud, Robert Tropeano, André Vantomme.

        2 sénateurs UMP : MM. André Lardeux, Charles Pasqua.

        1 sénateur proche de Philippe de Villiers : Bernard Seillier

      Si on additionne les 48 sénateurs qui ont voté NON et les 77 députés qui ont voté NON, on obtient 125 parlementaires qui veulent un référendum.

      Sur un nombre total de 908 parlementaires, ça fait 13,8 % de parlementaires qui veulent un référendum.

      13,8 % de parlementaires démocrates.

      86,2 % de parlementaires anti-démocrates.

      86,2 % de parlementaires qui s’apprêtent à désavouer le peuple français lundi à Versailles.

      • Le parti gaulliste Debout La République appelle à manifester le 4 février à Versailles :

        " Lorsque le feu est à la maison, on ne demande pas aux pompiers s’ils sont de droite ou de gauche … Devant le péril qui menace la Nation, devant le mépris du peuple et du vote des Français, Nicolas DUPONT-AIGNAN et DEBOUT LA REPUBLIQUE appellent à réagir.

        Nicolas DUPONT-AIGNAN et DEBOUT LA REPUBLIQUE appellent tous les adhérents et sympathisants à se joindre dans un esprit d’unité aux manifestations organisées par de nombreux mouvements de tous horizons politiques le Lundi 4 février à Versailles. Rendez-vous à partir de 14h avenue de Sceaux, angle avenue du Général de Gaulle, à proximité des gares de Versailles Rive Gauche et Versailles Rive Droite.

        Pour ceux qui ne peuvent se déplacer en région parisienne, DEBOUT LA REPUBLIQUE propose de manifester silencieusement le lundi 4 février, entre 12h et 14h, devant chaque préfecture, en faisant un geste symbolique à votre initiative. (Par exemple, se bâillonner avec un bâillon noir, etc…) "

        http://debout-la-republique.fr/

  • Bien en accord avec votre manifeste
    • A Versailles, quelles sont les nouvelles de notre monarchie élective ?

      A Versailles, notre monarque vient d’arriver à « La Lanterne » le samedi 2 février 2008.

      A Versailles, notre monarque vient de finir sa nuit de noces avec la reine. Félicitations aux heureux époux !

      A Versailles, l’endroit où notre monarque passe sa lune de miel s’appelle « La Lanterne ».

      « Le pavillon de la Lanterne a été édifié en 1787 par le prince de Poix, capitaine des chasses et gouverneur de Versailles, sur un terrain situé en bordure de la ménagerie du château de Versailles (aujourd’hui détruite), offert au comte de Noailles son père par le roi Louis XV. Il comporte alors un rez-de-chaussée ainsi qu’un étage sous combles. Ses façades ornées de stucs comptent sept travées, celle du centre étant surmontée d’un fronton. Cependant, en l’absence d’archives, on ignore ceux qui y ont œuvré. Contrairement à certaines rumeurs, le nom de "la Lanterne" ne fait pas référence au célèbre refrain révolutionnaire « Ah ! ça ira », mais aux nombreuses fenêtres, 36 en tout, du pavillon qui éclairent les lieux.[...] Lieu de villégiature affecté sous la Ve République aux premiers ministres français, il est mis à la disposition du président de la république depuis mai 2007. »

      http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Lanterne

      Le 29 mai 2005, le peuple français a rejeté la constitution européenne par référendum. 54,67 % des Français ont voté NON. 15 449 508 Français ont voté NON.

      A Versailles, deux ans et huit mois plus tard, le 4 février 2008, environ 780 parlementaires s’apprêtent à désavouer le peuple français. Didier Maus est le président émérite de l’Association française de droit constitutionnel. Il vient de publier un article historique intitulé « Le Parlement peut-il désavouer le peuple ? »

      http://www.lefigaro.fr/debats/2008/01/17/01005-20080117ARTFIG00517-le-parlement-peut-il-desavouer-le-peuple-.php

      A Versailles, 780 parlementaires vont avoir le privilège de désavouer le peuple français.

      A Versailles, 780 privilégiés vont désavouer le peuple français.

      Quelle sera la réaction du peuple ?

  • Bonjour,

    Bravo pour cet article. J’ai rejoint le collectif 29mai.eu en déposant plainte contre l’Etat Français.

    Il faut informer et sanctionner dans les urnes.

    Voir en ligne : Porter plainte auprès de la CEDH

    • En 800, Charlemagne est couronné empereur à Rome. L’historienne Elisabeth Carpentier évoque Charlemagne (Histoire de France, Seuil Points Histoire, p. 100) :

      « C’est là, dans les dernières années de sa vie, entre 800 et 814, et pendant le règne de son fils Louis le Pieux (814-840), que l’étude des institutions carolingiennes peut nous révéler si l’Empire fut conçu comme une réalité politique ou s’il resta au stade d’un agglomérat de peuples voué à l’éclatement. »

      En 843, le traité de Verdun est signé : l’Empire de Charlemagne éclate. Il est divisé en trois tiers : le royaume de Francie occidentale (qui deviendra la France), le royaume de Francie orientale (qui deviendra la Germanie), et enfin la Francie médiane et l’Italie.

      http://fr.encarta.msn.com/media_461551600/Trait%C3%A9_de_Verdun.html

      Elisabeth Carpentier évoque le traité de Verdun (Histoire de France, Seuil Points Histoire, p. 106) :

      « Le traité de Verdun (843) est à la fois le premier traité européen et un premier acte de naissance de la France. Il reconnaît l’existence de trois royaumes complètements indépendants.

      Attribuée à Charles le Chauve, la Francie occidentale s’étend à l’ouest d’une ligne qui suit très imparfaitement le cours de l’Escaut, de la Meuse, de la Saône et du Rhône : soit les « quatre rivières » qui constitueront jusqu’à la fin du Moyen Age la frontière orientale du royaume de France.

      La Francie orientale, attribuée à Louis, s’étend à l’est du Rhin et au nord des Alpes : elle va constituer le royaume de Germanie.

      Le reste, la Francie médiane et l’Italie, soit une longue bande qui s’étire de la mer du Nord au sud de Rome, va à Lothaire, qui conserve le titre impérial. Cette part de Lothaire est très vite vouée à la division – Lothaire lui-même en fait trois royaumes pour ses fils – et aux ambitions de ses voisins des deux Francies. Quant au titre impérial, il ne reste pas longtemps fixé dans la descendance de Lothaire. S’en empare le prince carolingien qui jouit du plus grand prestige auprès des grands et surtout auprès de l’Eglise et de la papauté, restées garantes de l’unité chrétienne. C’est le cas de Charles le Chauve, qui a réussi à unifier son royaume malgré la résistance des Aquitains, à organiser une première défense contre les Vikings et à s’emparer de la partie septentrionale de l’héritage de Lothaire, en Francie médiane. Charles le Chauve porte la couronne impériale de 875 à 877. Elle passe ensuite à un fils de Louis de Germanie, Charles le Gros (881-888). Désormais, l’histoire de la France et l’histoire de l’Empire seront disjointes. »

      Je complète cette dernière phrase : désormais, l’histoire de la France et l’histoire de l’Empire seront disjointes, jusqu’au 4 février 2008, acte de décès de la France. Le 4 février 2008, députés et sénateurs choisissent de dissoudre la France dans un nouvel Empire, l’Union européenne. La France devient une simple région de l’Union européenne.

      - L’Union européenne a un drapeau : le drapeau bleu avec douze étoiles jaunes.
      - Elle a un hymne : « L’ode à la joie » de Beethoven.
      - Elle a une fête nationale : le 9 mai.
      - Elle a une devise : « Unie dans la diversité ».
      - Elle a une monnaie : l’euro.
      - Elle a la personnalité juridique.
      - Elle a une Commission, non élue au suffrage universel direct.
      - Elle a un parlement : le parlement européen.
      - Elle a un droit : le droit européen. « Les traités et le droit adopté par l’Union sur la base des traités priment le droit des États membres. » Déclaration n° 17 du traité de Lisbonne.
      - Elle a un ministre des Affaires étrangères.
      - Elle a une politique de défense : dans le cadre de l’OTAN.
      - Elle a une superficie de 4 376 000 km².
      - Elle a 494 000 000 d’habitants.
      - Elle a 27 nations.
      - Elle a 23 langues officielles.
      - Elle a 3 alphabets (latin, cyrillique, grec).

      Hypothèse : comme l’Empire de Charlemagne, l’Union européenne est un agglomérat de peuples voué à l’éclatement. Combien de temps durera ce nouvel Empire avant d’éclater ?

  • Depuis la ratification versaillaise du traité de Lisbonne, les pouvoirs législatifs et exécutifs de la France ne sont plus légitimes. Mais, plus généralement, qu’en est-il de l’autorité des pouvoirs publics ? En effet, lorsque que le gouvernement (au sens large) viole les droits du peuple, l’insurrection est le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. Dès lors, ne pensez-vous pas que nous (les citoyens) ne sommes plus tenus par aucune sorte de devoir d’obéissance ni de respect, par exemple vis à vis de la police, du fisc, des différentes administrations ? Après le coup d’Etat de Versailles, au nom de quelles valeurs une autorité publique peut-elle désormais exiger quoi que ce soit d’un citoyen ? C’en est donc fini de toute paix sociale et de toute paix civile, peut-être même sommes nous entrés sans le savoir dans une phase de pré-guerre civile... Il faut en prendre acte mais pas s’en réjouir, tant les pouvoirs savent à merveille manipuler et canaliser les colères sauvages pour les utiliser à leur profit. Ainsi, chaque baffe donnée à un policier, chaque voiture brûlée, chaque vitrine brisée augmentera la popularité et l’emprise des sarkozo-moscovicistes (ou hollando-lelouchistes, au choix) de tout poil, des petits chefs claniques locaux au discours répressif jusqu’aux tribuns nationaux paternalistes cachant leur soumission à l’euro-atlantisme derrière des mouvements de menton. C’est d’autant plus grave que le blocage est total, car la classe politique dans son ensemble (sinon son intégralité) est impliquée dans ce naufrage, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite. Si une démarche politique neuve peut provoquer un électrochoc, c’est sans doute celle qui consiste à se concentrer sur un unique but : la reconquète de la souveraineté populaire et de l’indépendance nationale, par la proclamation de la sortie unilatérale de l’Union européenne. Le "reste" (progrès social, démocratie, emploi, culture, prospérité, solidarité, etc.) suivra, car une République unie établie dans une nation indépendante et dans laquelle le peuple est souverain ne peut être que sociale, porteuse de liberté, d’égalité et de fraternité. En revanche, le demi-siècle écoulé nous montre qu’il est vain de prendre les choses à l’envers, du particulier vers l’essentiel. Personne, aucun parti, n’arrivera à rétablir l’ordre constitutionnel républicain si n’est pas levée définitivement l’hypothèque européenne, cet idéal de pacotille au service des pouvoirs financiers contre le peuple. Sortir de l’Europe avant toute chose, comme unique passion, comme unique raison, voilà le cri que nous devons faire entendre. Il faut donc aujourd’hui avoir le courage (ou la saine folie) de porter un tel objectif politique unique, audacieux, simple (voire simpliste) et révolutionnaire.
  • レーシック1-44

    4 juin 2009 18:45, par レーシック
    茨城 lasik茨城 イントラレーシック茨城 エピレーシック茨城 レーシック運転免許 視力運転免許更新 視力円錐角膜 lasik円錐角膜 イントラレーシック円錐角膜 エピレーシック円錐角膜 レーシック炎症 眼炎症 目遠視 lasik遠視 prk遠視 イントラレーシック遠視 エピレーシック遠視 こども遠視 レーシック遠視 遺伝遠視 回復遠視 眼遠視 眼科遠視 矯正遠視 子供遠視 視力遠視 治療遠視 症状遠視 卒業遠視 度数遠視 目遠視 目薬遠視 乱視 近視横浜 lasik横浜 イントラレーシック横浜 エピレーシック横浜 レーシック横浜 レーシック クチコミ横浜 レーシック クリニック横浜 レーシック グレア横浜 レーシック 安心横浜 レーシック 安全横浜 レーシック 医療横浜 レーシック 回復横浜 レーシック 割引横浜 レーシック 感染横浜 レーシック 眼科横浜 レーシック 眼科医院横浜 レーシック 技術横浜 レーシック 口コミ横浜 レーシック 視力横浜 レーシック 失敗横浜 レーシック 失明横浜 レーシック 手術横浜 レーシック 紹介横浜 レーシック 情報横浜 レーシック 比較横浜 レーシック 病院横浜 眼科岡山 lasik岡山 イントラレーシック岡山 エピレーシック岡山 レーシック沖縄 lasik沖縄 イントラレーシック沖縄 エピレーシック沖縄 レーシック沖縄 レーシック クチコミ沖縄 レーシック クリニック沖縄 レーシック グレア沖縄 レーシック 安心沖縄 レーシック 安全沖縄 レーシック 医療沖縄 レーシック 回復沖縄 レーシック 割引沖縄 レーシック 感染沖縄 レーシック 眼科沖縄 レーシック 眼科医院沖縄 レーシック 技術沖縄 レーシック 口コミ沖縄 レーシック 視力沖縄 レーシック 失敗沖縄 レーシック 失明沖縄 レーシック 手術沖縄 レーシック 紹介沖縄 レーシック 情報沖縄 レーシック 比較沖縄 レーシック 病院沖縄 眼科価格 lasik価格 イントラレーシック価格 エピレーシック価格 レーシック回復 lasik回復 prk回復 イントラレーシック回復 エピレーシック回復 レーシック回復 遠視回復 近視回復 視力

    Voir en ligne : レーシック


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette