COMITE VALMY

Accueil du site > - L’UNION de la RESISTANCE, le CNR, son programme, NOS REFERENCES. > ORIENTATION STRATEGIQUE Résistance républicaine, patriotique et sociale - (...) > NICOLAS SARKOZY ELU PAR DEFAUT, par Claude BEAULIEU

NICOLAS SARKOZY ELU PAR DEFAUT, par Claude BEAULIEU

Pour un front républicain, antifasciste, patriotique et progressiste

mardi 15 mai 2007, par Comité Valmy


Comme cela était inévitable dans le contexte de cette parodie démocratique, l’un des deux candidats présélectionnés par l’oligarchie financière euro atlantiste a été élu. C’est donc Nicolas Sarkozy qui devient son chargé de pouvoir en France avec le titre de Président de la République.

Nicolas Sarkozy a été élu par défaut au cours d’une élection téléguidée avec l’aide de l’appareil médiatico-politique et des instituts de sondage devenus à l’évidence des instruments de manipulation et de conditionnement du peuple. Avec exactement les mêmes mots que ceux des dirigeants du Parti socialiste il affirme : « Je suis profondément européen ». Or cette intégration européenne fédérale, parce qu’elle détruit la République et la nation, renie la souveraineté populaire et l’indépendance nationale. Elle est manifestement devenue un processus antisocial et totalitaire.

Le caractère et la vision de Sarkozy vont-ils l’amener à amplifier et accélérer cette dictature du capitalisme débridé, notamment à travers une pratique autoritaire et un culte de la personnalité, qu’il a déjà entrepris durant la campagne électorale ? Le risque est bien réel. Mais nous avons confiance dans le peuple de France qui saura retrouver l’esprit de résistance qu’il a manifesté le 29 mai 2005. Le mouvement social notamment, ne restera pas insensible, face aux nouvelles attaques antisociales qui se profilent.

Sarkozy sera–t-il un nouveau Quisling au service de l’impérialisme américain et de ses marionnettes européennes ? Ou bien, conformément à certaines de ses promesses, trouvera-t-il vraiment la voie de la République, de son unité et de ses principes : la laïcité et le refus du communautarisme ? Retrouvera-t-il le chemin de la souveraineté populaire et nationale qui implique selon nous, le développement de l’amitié et de la coopération entre des peuples libres et des Etats-nations souverains, rejetant toute hégémonie, combattant tous les impérialismes ?

Cette seconde hypothèse d’un Sarkozy choisissant la liberté nous semble bien peu crédible et le Comité Valmy continue, plus que jamais, à appeler à la résistance.

Le nouveau Président de la République à été élu par défaut parce que les dirigeants européïstes, de droite comme ceux qui se réclament de la gauche, se sont dans les faits entendus pour qu’aucun candidat du Non majoritaire au projet de constitution européenne ne puisse être présent, en position éligible. Ce qui aurait changé la donne.

A première vue, on peut penser que pour cette élection, le Parti socialiste s’est donné la candidature qu’il méritait, une candidate bien représentative de son dogmatisme fédéraliste, régionaliste et atlantiste ou encore de sa pratique social-libérale. A y regarder de plus près, il convient pourtant, de se rappeler qu’il y a, à la base de ce parti, des militants, qui sont souvent de sincères républicains et véritablement progressistes. Ce sont des alliés potentiels. Il convient de ne pas les confondre avec une Direction arrogante et tellement bardée de certitudes euro-béates, qu’elle cultive elle-même son discrédit dans le peuple de France. Ces dirigeants, collégialement, portent la responsabilité essentielle de leur échec.

Le Comité Valmy est favorable à la construction de l’alternative politique nécessaire, à la constitution méthodique d’un rassemblement populaire dans l’esprit de la Résistance autour d’un programme inspiré de celui du CNR. Avec d’autres, nous sommes favorables à une dynamique de front républicain, antifasciste, patriotique et progressiste.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette