COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > États-Unis Detroit, et la faillite du contrat social étasunien par le Prof. (...)

États-Unis
Detroit, et la faillite du contrat social étasunien
par le Prof. Robert REICH

vendredi 26 juillet 2013, par Comité Valmy


États-Unis

Detroit, et la faillite du contrat social étasunien

par le Prof. Robert REICH

Information Clearing House 21.7.13 - Une manière de regarder la faillite de la ville de Detroit - la plus grande de l’histoire des États-Unis - serait comme un échec des négociations sur la répartition des sacrifices financiers entre créanciers, travailleurs et retraités municipaux, qui a nécessité un tribunal pour le faire à leur place. On pourrait également la voir comme l’aboutissement inévitable de décennies de conventions syndicales prévoyant des retraites et des services de santé pour les travailleurs de la ville, trop onéreuses à tenir.

Mais une tendance plus fondamentale ici, celle qui est entrain de se répandre à travers l’États-Unis : est que les étasuniens se ségréguent par leur revenu plus que jamais. Il ya quarante ans, dans la plupart des villes (y compris Detroit) habitait un mélange de classes : riche, moyenne et pauvre. Maintenant, chaque groupe de revenu tend à vivre séparément, dans sa propre ville - avec ses propres bases d’imposition et ses organisations caritatives qu’il anime. À une extrémité il y a d’excellentes écoles, des parcs resplendissants, une sécurité d’intervention rapide, des transports efficaces et d’autres services de première catégorie ; à l’extrémité opposée des écoles affreuses, des parcs dilapidés, une importante criminalité et des services de troisième catégorie.

La fracture géopolitique est devenu si palpable qu’être riche aux États-Unis d’aujourd’hui signifie ne pas avoir à rencontrer quelqu’un qui ne l’est pas.

Detroit est une île d’une dévastatrice pauvreté, d’une population majoritairement noire, de plus en plus abandonnée au milieu d’une mer d’abondance relative et principalement blanche. Ses banlieues sont parmi les plus riches de la nation. Le comté d’Oakland, par exemple, est le quatrième plus riche parmi les comtés des États-Unis de plus d’un million d’habitants. Le Grand Detroit - qui inclut les banlieues - est parmi les cinq premiers centres financiers du pays, les quatre premiers centres d’emplois de haute technologie, et la deuxième source en importance d’ingénierie et de talent architectural. Tout le monde n’est pas riche, certes, mais le ménage médian dans la région gagne près de $50.000 par an et le chômage n’est pas plus élevé que la moyenne de la nation. Le revenu médian des ménages de Birmingham, Michigan, juste à la frontière qui délimite la ville de Detroit, a été l’an dernier de plus de $94,000, dans les environs de Bloomfield Hills - toujours dans la région métropolitaine de Detroit - le revenu médian était de plus de $150.000.

Le revenu médian des ménages dans la ville de Detroit est d’environ de $26,000, et le chômage est incroyablement élevé. Une habitant sur 3 et plus de la moitié des enfants de la ville vivent sous le seuil de la pauvreté. Entre 2000 et 2010, Detroit a perdu un quart de sa population quand la classe moyenne et les blancs ont fui vers les banlieues. Ce qui l’a laissée avec un secteur immobilier déprimé, des quartiers abandonnés, des bâtiments vides, des écoles insalubres, une haute criminalité, et un revenu fiscal réduit de manière dramatique. Au cours des cinq dernières années plus de la moitié de ses parcs ont été fermés. Quarante pour cent de ses lampadaires ne fonctionnent pas.

En d’autres termes, aux états-Unis beaucoup dépend d’où vous mettez les barrières, et qui est à l’intérieur et qui est à l’extérieur. Qui est inclus au contrat social ? Si « Detroit » est définie comme étant la plus grande région métropolitaine qui comprendrait sa banlieue, « Detroit » a assez d’argent pour fournir à tous ses résidents des services publics adéquats corrects sinon bons, et sans faire faillite. Politiquement, cela revient à poser la question : est-ce que les zones les plus riches de cette « Detroit » seraient prêtes à subventionner avec leurs recettes fiscales les zones pauvres du centre-ville, et les aider ainsi à rebondir. C’est une question délicate que les zones les plus riches probablement préféreraient ne pas avoir à affronter.

En tirant une limite pertinente qui n’inclurait que le centre-ville pauvre, et en exigeant de ceux à l’intérieur de cette limite de résoudre, tout seuls, leurs problèmes aggravés, les banlieues blanches et plus riches ne seront pas concernés. « Leur » ville n’est pas dans le pétrin, c’est l’autre -appelée « Detroit ».

C’est à peu près comme une banque de Wall Street qui dessinerait une barrière autour de ses mauvais actifs, les braderait, et les passerait par pertes et profits. Seulement ici nous avons à faire à des êtres humains plutôt qu’à du capital financier. Et la vente à la chandelle qui viendra, se traduira probablement par des services municipaux pires, des écoles encore plus insalubres et plus de crimes pour ceux qui continueront à habiter dans la ville. Dans une époque ou les inégalités se creusent, voilà comment les étasuniens les plus riches tranquillement radient les pauvres.

Robert B. REICH, est professeur émérite de politique publique à l’Université de Californie à Berkeley, il a été secrétaire d’état dans l’administration Clinton. Time Magazine l’a nommé l’un des dix secrétaires de cabinet les plus efficaces du XXe siècle. Il a écrit treize livres, dont les best-sellers « Aftershock » et « The Work of Nations ». Son dernier, « Beyond Outrage », est maintenant en format de poche. Il est également rédacteur en chef fondateur du magazine American Prospect et président de Common Cause. Son nouveau film, « L’inégalité pour tous ».

http://robertreich.org

————————————————-

[Traduction Alexandre MOUMBARIS

correction Marie-José MOUMBARIS]


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>