COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > La Coalition Nationale Syrienne Relookée Par L’Arabie Saoudite Nasser (...)

La Coalition Nationale Syrienne Relookée Par L’Arabie Saoudite
Nasser Charara

mardi 23 juillet 2013, par Comité Valmy


Comment voit on à Damas l’actuelle épisode de la crise syrienne ? Compte tenu des changements de direction à la fois dans l’opposition de la CNS et à la direction du parti Baath au pouvoir en Syrie, de la proposition de conférence internationale de paix pour la Syrie, et ce qui semble être les débuts d’une guerre économique contre la Syrie dirigée par l’Arabie Saoudite avec la complicité libanaise, Al Akhbar analyse le point de vue du régime syrien.

Selon les données enregistrées Riyad a livré "le suspect Ahmad al-Jarba" en 2008 à Damas sur la base d’accusations portées contre lui de trafic de drogues dans le cadre d’un accord d’extradition entre les services de sécurité saoudien et syrien. Ces derniers jours le parti Baath et l’opposition la Coalition Nationale Syrienne ont tous deux élus de nouveaux dirigeants bien que la date choisie semble être pure coïncidence. L’ampleur de la réorganisation indique cependant que les deux parties, selon des raisons qui leurs sont propres, ont reconnu que leurs modèles respectifs ne fonctionnaient plus et exigeaient un ajustement fondamental dans leur politiques et aux échelons les plus élevés.

Intéressant de noter que ce processus a produit deux principaux perdants : précisément la branche de la Coalition Nationale dirigée par les Frères Musulmans et la "vieille garde" du parti Baath. Ces deux groupes ont constitué les deux pôles historiques du conflit en Syrie cette dernière décennie ; par conséquent le fait qu’ils ont été mis de côté presque simultanément pose la question de savoir si c’est un prélude à la préparation du dialogue entre le nouveau Baath débarrassé de sa vieille garde et la Coalition Nationale débarrassée des Frères Musulmans.

Une source officielle syrienne proche de la "cellule de crise" syrienne dirigée du palais présidentiel fournit la toile de fond de ces développements. Il croit que le changement de direction du parti Baath a eu lieu dans le cadre d’une nouvelle vision réfléchie de son organisation et de son rôle. En ce qui concerne le changement à la tête de la Coalition Nationale,la source reconnaît que c’est le résultat de l’adaptation de la chute du régime des Frères Musulmans en Egypte de même que du transfert de la "direction spirituelle" de l’opposition de Doha à Ryad.

Comment le régime interprète-il ces évènements ?

Les gens de l’Emir Hamad ont demandé à Ahmad al-Jarba d’asassinet le ministre des affaires étrangères qatari exilé en Syrie. Al Jarba a même été payé aprés avoir accepté la mission selon ce qu’affirme la source. La source syrienne révèle que depuis des mois le chef des services secrets saoudiens le Prince Bandar Bin Sultan, a tenté de mener un coup au sein de la Coalition Nationale afin de diminuer l’influence des Frères Musulmans et imposer Ahmad al-Jarba comme nouveau chef de la Coalition. pour ce faire Ryad s’est appuyé sur l’opposant de longue date Michel Kilo à qui on a demandé d’inclure des douzaines de ses supporters et des indépendants au sien de l’opposition afin d’obtenir suffisamment de votes pour mettre fin au contrôle des Frères Musulmans sur la Coalition.

Samira Musalema - selon la source -est un exemple du genre d’individu que Ryad a demandé à Kilo d’inclure dans la Coalition Nationale. En fait en plus d’être affiliée à Kilo, Musalema bénéficie du soutien personnel du prince royal saoudien, Salman bin Abdul Aziz, qui l’a nommée comme secrétaire chargée des médias pour la Coalition une nomination qui selon la source doit être annoncée prochainement.

Ahmad al-Jarba : histoire personnelle

La source affirme que l’ascension d’Ahmad al Jarba au poste le plus élevé de la Coalition a été planifiée de A à Z dans les corridors des services de renseignements saoudiens. L’homme, a dit la source, a des antécédents connus des services de sécurité qatati, saoudien, syrien, impliquant ces trois pays, et par le passé les trois services de renseignements ont même coordonné des opérations pour le poursuivre.

La source syrienne fournit des détails personnels impliquant Jarba qui sont mentionnés dans des documents officiels de la sécurité syrienne, comme fugitif recherché pour des actes criminels dont fraude, corruption, et même complots d’assassinats non exécutés. Selon la source, des documents montrent que Riyad a livré "le suspect Ahmad al Jarba" à Damas en 2008 suite à des accusation de trafic de drogues, dans le cadre d’un accord d’extradition entre les services de sécurité saoudien et syrien - accord suspendu au début de la crise syrienne. Jarba a été jugé et condamné à une peine de prison.

Il est probable que Bandar a marchandé avec plusieurs blocs de la Coalition pour installer Jarba comme président du groupe d’opposition en échange de fourniture d’armes changeant le jeu. Les documents révèlent aussi une autre affaire impliquant Jarba inscrit aussi dans les données des services de renseignements qataris selon la source : après le coup organisé par l’Emir du Qatar sortant Hamad contre son père Khalifa al-Thani, l’ancien ministre des affaires étrangères s’est enfui en Syrie agissant pour restaurer l’ancien émir. A l’époque selon les données enregistrées les gens de l’Emir Hamad ont demandé à Ahmad al Jarba d’assassiner le ministre des affaires étrangères exilé du Qatar en syrie. Al-Jarba a même été payé après avoir accepté la mission selon ce qu’a affirmé la source.

Cependant, Jarba a choisi au lieu de cela d’exposer le complot à l’Emir renversé Khalifa recevant en retour une récompense financière. Cette affaire a eu des conséquences politiques immenses poussant l’agence de sécurité nationale syrienne à enquêter et a finalement emprisonner Jarba 5 mois au total pour fraude.

Selon une autre donnée enregistrée par les services de sécurité Jarba a contacté l’ambassadeur du Liban à Damas peu après que Muammar Kadhafi se soit déclaré " roi des rois" africain et a persuadé l’ambassadeur d’utiliser l’aide de Jarba pour envoyer des délégations de tribus syriennes en Libye pour faire allégeance à Kadhafi. Jarba s’était lui-même présenté à la direction libyenne comme chef de la tribu Shammar de la région de Jazirah en Syrie ( Haute Mésopotamie).

En 2004 il a cherché a avoir accés au défunt premier ministre libanais Rafik Hariri se présentant comme l’un des anciens du clan Shammar, qui a des branches en Syrie, en Jordanie, et en Irak, jusqu’en Arabie Saoudite. Avant que Jarba fuie la Syrie il était poursuivi par les autorités syriennes pour diriger des bordels à Damas et Hasakah.

Les décisions secrètes de la réunion de Doha.

Récemment les services secrets saoudiens sous la supervision directe de Bandar, ont commencé à soutenir Jarba comme étant le chef de la branche syrienne de la tribu Shammar, le présentant au sein de la coalition comme l’homme désigné pour l’achat d’armes. Il est fort probable que Bandar a marchandé avec plusieurs blocs dans la Coalition pour installer Jarba comme président du groupe d’opposition en échange de la fourniture d’armes changeant le jeu.

Selon les informations dont disposent les services de sécurité syrienne la nomination de Jarba s’est faite suite à la pression de l’Arabie Saoudite lors de la derniere réunion à Doha tenue par les pays soutenant l’opposition syrienne.

*Des accords secrets ont été conclus inclus un accord entre Paris et Ryad sur l’achat et la livraison (2) d’armes sophistiquées au bénéfice de l’opposition.

Ces armes inclues des missiles anti- tanks français MILAN et des MANPADS de fabrication française ou des lances missiles anti aériens portables. Les Saoudiens ont déjà acheté une cargaison de missiles MILAN livrés avec l’aide de la France pour aider l’opposition en Syrie tandis que l’accord sur les MANPADS attend le feu vert des US avant d’être délivrés au commandant de la FSL Salim Idriss en provenance des entrepôts d’ Arabie Saoudite.

Les Saoudiens ont déjà acheté une cargaison de missiles MILAN livrés avec l’aide de la France pour aider l’opposition en Syrie tandis que l’accord concernant les MANPADS attend un feu vert des US. Ces missiles de fabrication française ont été acheté au marché noir plutôt que directement en France avec l’aide de trafiquants d’armes autrichiens.

Lors de la réunion de Doha les services secrets saoudiens ont entrepris de fournir aux pays soutenant la coalition une image polissée de Jarba, le présentant comme le chef de la tribu Shammar et affirmant que les groupes sous son commandement contrôle la région de Yaarabia sur la frontière irakienne. Cependant, la tribu en Syrie est en fait dirigée par deux anciens, shamamr Hamidi Dahham al-Hadi qui a des liens étroits avec le président de la région du Kurdistan en Irak, Massoud Barzani, et Uday al-Meez al-Madloul.

Concernant l’affirmation que Jarba contrôle des groupes à Hasakah et Qamishli, c’est de notoriété publique en Haute Mésopotamie que l’homme a été banni non seulement par sa tribu mais aussi par les proches de sa famille. Son père lui-même a pris ses distances avec lui depuis qu’il a été accusé de diriger des bordels bien que Jarba ait affirmé qu’il dirigeait seulement une société pour aider des jeunes hommes et femmes à se marier. Son frère Zaid lui soutient le régime tandis que son frère aîné Nawwaf se tient à distance de lui et de la politique.

Le soutien toujours changeant de la Coalition.

Depuis sa création la Coalition Nationale a changé à plusieurs reprises de sponsors selon la source syrienne. Selon la source dés qu’elle passe sous le contrôle d’un nouveau sponsor la Coalition élit un nouveau chef nommé par le sponsor du moment.

Effectivement, le Kurde Abdul -Basset Sieda a été élu président ( de ce qui a précédé la Coalition, le Conseil National Syrien) après une réunion de l’OTAN l’année dernière pendant que la Turquie demandait à ce que la carte kurde soit enlevée des mains de l’Iran et de Damas. En effet, les régimes syriens et iraniens ont réussi à manipuler cette carte pour punir Ankara.

Aprés la rencontre l’ambassadeur US en Syrie, Robert Ford, a rencontré une délégation de Kurdes syriens et leur a demandé de se joindre à la révolution syrienne leur promettant que le programme de l’opposition syrienne leur accorderait un statut d’autonomie et garantirait leurs droits culturels.

Aprés que les négociations de paix entre le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan et le dirigeant kurde Abdullah Ocalan se soient enlisées, Sieda a été remplacé par George Sabra, un Chrétien, comme président par intérim. La nomination de Sabra visait à montrer que l’opposition syrienne n’était pas une organisation islamiste radicale persécutant les minorités.

Alors que la position US changeait au profit du dialogue entre le régime et l’opposition Ahmad Moaz al-Khatib a été nommé président - du successeur du Conseil National Syrien, la Coalition Nationale Syrienne - et il a peu après déclaré (3) qu’il était en faveur d’une solution négociée. Mais Khatib a été peu après renversé par les Qataris et les Français qui voulaient obtenir pour l’opposition des succés militaires en lien avec les négociations.

Ce processus continue avec la nomination de l’homme de Bandar, Ahmad al Jarba, comme président de la Coalition Nationale Syrienne.

Nasser Charara 18/07/2013

Article en Anglais sur al Akhbar

Introduction Traduction Mireille Delamarre
Source : www.planetenonviolence.org

*Les caractères gras sont le fait de la traductrice pour montrer les activités clandestines guerrières de Hollande et de sa clique avec la complicité des médias à sa botte et des politiciens vraiment peu curieux de savoir comment est gaspillé l’argent des Français soumis eux à un régime d’austérité digne d’une période de guerre. Jarda sera reçu par Hollande le Mercredi 24 Juillet


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>