COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > Les Syriens de toutes confessions vivaient en harmonie Roueida (...)

Colloque du 19 juin sur la Syrie à l’Assemblée Nationale

Les Syriens de toutes confessions vivaient en harmonie
Roueida Khoury

Contribution de Roueida Khoury

mardi 2 juillet 2013, par Comité Valmy


Contribution de Roueida Khoury lors du colloque du 19 juin 2013, devant le Groupe d’Amitié France-Syrie présidé par les députés Gérard Bapt et Jacques Myard .

Monsieur le président, Messieurs les députés, Excellence,

Mesdames et Messieurs ;

Au départ, j’étais sereine, je disais : c’est une histoire de quelques jours. Sans prétention, mais, avec conviction, je répétais que les Syriens ne se laisseraient jamais entraînés dans des conflits interminables. Ils sont cultivés, fiers de leur culture et de leur histoire. Ils ne s’identifient à personne, ont une conscience et leur propre identité. Soudés, unis par des liens sociaux inébranlables, avec un sentiment d’appartenance à une nation très fort. Les Syriens de toutes confessions vivaient en harmonie dans un pays qui leur garantissait une paix civile, religieuse et un équilibre social. Chrétiens et musulmans se rendaient visite lors des fêtes et participaient les uns avec les autres à tous les événements qu’ils soient heureux ou malheureux. Ceux qui ont visité la Syrie peuvent en témoigner.

Mais, au fur et à mesure que les jours ont passé, j’ai senti naitre en moi des frustrations et un sentiment d’injustice mêlé à un sentiment de culpabilité. Les informations que je lisais ou entendais, les commentaires des uns et des autres me révoltaient. J’ai eu envie de crier comme si j’étais en prison, je suis pourtant en France, dans le pays de la liberté. J’ai été choqué par l’attitude de la France, et je ne comprends pas ses prises de positions. Les franco-syriens dont je fais partie, sont des gens qui ont choisi la France pour sa langue, sa culture et ses valeurs. Dans la gestion de cette crise, ils ont eu le sentiment d’être trahis.

Les informations diffusées par les médias français, qui manquent trop souvent à leur devoir de neutralité, n’ont pas reflété la réalité, ni la volonté du peuple. Et encore moins la réalité de l’opposition syrienne.

Il n’y a jamais eu de véritable opposition syrienne, connue et reconnue par tous les syriens. Pourtant les journalistes français ont prétendu parler au nom de tous les syriens sans distinction, comme si tous étaient d’accord avec les pseudos représentants syriens choisis par les occidentaux. Par ailleurs, celui qui s’opposait à leur dire, était immédiatement désigné comme un proche du régime. Comme si tous les syriens ne pouvaient appartenir qu’à deux clans : celui de l’opposition auto proclamée ou celui du régime. Et la réalité du peuple ? Qu’en est-il de leur voix ? De leurs volontés ? J’ai posé cette question à Mme Aubenas journaliste au Monde : vous voulez parler au nom des syriens, savez-vous que veulent ceux au nom de qui vous parlez ?

Elle m’a répondu « oui, ils ne veulent que la chute de Bachar ». Comment peut-on affirmer cela en lieu et place des millions de syriens qui refusent précisément ce dilemme destructeur : (Bachar ou l’opposition islamiste), précisément parce qu’ils connaissent leur histoire et revendiquent d’abord la liberté pour tous. Comme si moi, aujourd’hui, parce que je refuse les horreurs et les crimes des rebelles, je devais pour autant me ranger obligatoirement dans le camp du fils de celui qui emprisonna mon oncle pendant plus de 14 ans !

Voici quelques exemples de la désinformation dont ont pu être victimes des français et donc le peuple syrien :

Les manifestations :
Nous avons vu sur les chaines françaises des manifestations de masse décrites comme étant celles d’opposants au régime, alors que l’on entendait en réalité crier en arabe "Gloire à Bachar".

Nous avons également vu les images de manifestants présentés comme des libérateurs démocrates mais qui hurlaient « l’armée de Mahomet arrive ! Les alaouites dans les cercueils, les chrétiens à Beyrouth !

Le débat :
Concernant le débat, il n’a pas été à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre de la France et de sa tradition pluraliste.

L’image des chrétiens :
L’image des chrétiens de Syrie, a été déformée jusqu’à la caricature : soit on les présentait comme des lâches soit comme des corrompus. Cela démontre une méconnaissance grave de la réalité du peuple syrien et de ses composantes. Les représentants de l’Eglise syrienne n’ont jamais été entendus. L’archevêque grec catholique, venu spécialement en Europe et notamment en France pour exprimer ce que les chrétiens pensent n’a pas pu faire entendre ses idées. Alors qu’un simple prêtre italien qui vivait près du Qousseir a été reçu par les plus hautes autorités de l’Etat français.

La présence des combattants étrangers en Syrie :
La vérité de ce qui ce passe en Syrie n’a pas été clairement présentée et expliquée au peuple français. Les intentions réelles de l’immense majorité des rebelles, à savoir la création d’un état islamique et la restauration de la charia, ont été trop souvent passées sous silence. L’opposition mise en avant est formée majoritairement d’islamistes, un nombre infime de laïques et de chrétiens y ont trouvé leur place. Pourtant, les combattants étrangers djihadistes ne sont apparus dans les journaux français que timidement et depuis peu.

Je souhaite donc, qu’il soit bien clair pour tous, que c’est au peuple syrien, et à lui seul, que revient le droit de disposer de lui-même, sans aucune ingérence étrangère. Si une aide extérieure pour éviter que triomphe la loi du plus fort est nécessaire, elle ne doit en aucun cas amplifier les violences, mais bien veiller à la protection des droits civils et humains, encourager le retour du dialogue et favoriser la réconciliation nationale. C’est seulement à ce prix, qu’elle pourra permettre un véritable retour à la paix. J’espère de tout coeur que la France saura retrouver le rôle qui a toujours été le sien dans cette région et prendra la tête de cette aide impartiale et pacificatrice.

Je vous remercie tous de m’avoir donner à travers moi le témoignage de ce que je crois la majorité du peuple syrien qui n’a pas toujours la chance d’être entendu.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>