COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > POUR UN NOUVEAU SERVICE NATIONAL et REPUBLICAIN Communiqué du Comité (...)

Comme garant de la liberté de la France :

POUR UN NOUVEAU SERVICE NATIONAL et REPUBLICAIN
- Communiqué du Comité Valmy (Décembre 2001)

vendredi 10 novembre 2017, par Comité Valmy

Face à la suppression du service militaire, qui s’inscrit dans le processus de déconstruction de la Nation et de la République que poursuivent les forces du front fédéraliste au pouvoir, le Comité Valmy propose à la réflexion des citoyens, une vision sur ce que pourrait être selon lui, un service militaire et civil rénové, « républicain et national ». En effet : le pouvoir résiduel de la France vassalisée, dans cette forteresse du capitalisme néo libéral et atlantiste qu’est l’Union Européenne supranationale, s’engage de plus en plus dans une voie totalitaire : celle de l’intégration "occidentaliste" sous contrôle étatsunien, liée à la volonté de fomenter un choc des civilisations et de multiplier les interventions impérialistes à l’extérieur.
Il apparaît clairement qu’une prochaine étape de ce processus pourrait être la répression policière et militaire des peuples européens qui rejettent l’eurodictature. Les euros-atlantistes se sont doté, contre le peuple - considéré potentiellement comme l’ennemi de l’intérieur- d’un appareil de coercition composé de plus en plus souvent de mercenaires apatrides, d’une police de classe et d’un appareil orwelien de manipulation politico-médiatique.
Pour sa sécurité, celle de la République et de la nation, le peuple français a besoin d’une armée de conscription organisée en symbiose avec les militaires professionnels, dans le cadre d’une défense nationale souveraine.
Le texte ci-dessous date de fin 2001. Il avait été élaboré dans le contexte du soutien du Comité Valmy à la candidature de JPC à la présidence de la République. Il reste une proposition qui devrait être renforcée et actualisée aujourd’hui. CB., le 3 juillet 2008


Pour une armée républicaine du Peuple-Nation

La professionnalisation des armées a conduit à la suppression de la conscription, pourtant jusque-là considérée comme "le creuset de la Nation" et le meilleur garant du brassage social et de l’intégration des jeunes, y compris de ceux issus de l’immigration, dans le corps social de la Nation.

Cette décision de supprimer le service militaire s’inscrit dans le processus d’abandon de la Nation et du reniement de la République, de son unité et de ses principes, que mènent méthodiquement les forces du front fédéraliste. Celles-ci, de droite ou se réclamant de la gauche, alternent au pouvoir et veulent, à travers leur programme commun maastrichtien, imposer à notre peuples et aux autres peuples européens une Europe supranationale néo-libérale et atlantiste.

Cette décision est intolérable et devra être remise en cause par le peuple français dès que le front patriotique et républicain, en construction, en aura la capacité politique.

Il ne s’agit pas simplement de revenir en arrière mais de proposer aux jeunes de notre peuple qui sont, n’en doutons pas, prêts à assumer leurs responsabilités et leur devoir de solidarité républicaine et nationale, si nous leur tenons un langage de vérité, de citoyenneté, et du civisme, un nouveau service national comportant une formation militaire.

Le Comité Valmy propose, comme l’actualité le rend nécessaire, l’établissement d’un service national obligatoire pour les jeunes, garçons et filles, qui comporterait un tronc commun de formation militaire et diverses tâches d’intérêt général réel.

Ce service national serait à la fois utile à la Nation et à la République, mais aussi aux jeunes eux-mêmes, en leur permettant de rompre leur isolement, en les responsabilisant dans leurs rapports avec la société et pour leur formation de citoyens à part entière.

Dans une telle hypothèse, on pourrait envisager au moins quatre domaines d’affectation des appelés à ce nouveau service national et républicain :

Le premier serait, pour tous, un tronc commun militaire et viserait à la constitution d’une sorte de garde nationale, dont le rôle principal serait de permettre aux jeunes citoyens d’acquérir une formation militaire, afin de pouvoir si nécessaire, participer à la défense du territoire national. Dans certains cas cette garde nationale au service du peuple, pourrait renforcer la gendarmerie.

Cette garde nationale ne dépendrait pas de l’OTAN. En effet, le Comité Valmy demande le retrait de la France de cet instrument d’agression et de guerre sous contrôle absolu de l’impérialisme américain.

Le second serait celui de la protection civile afin de se donner les moyens de faire face aux catastrophes naturelles et aux sinistres de grande envergure (tremblements de terre, inondations, sinistres industriels, etc…) ainsi que, le cas échéant, aux conséquences dramatiques d’actions de guerre ou terroristes à effet de masse (recherche des disparus, secours aux blessés, déblaiements…).

Le troisième serait celui de l’action humanitaire et sociale qui devrait couvrir à la fois les interventions extérieures (exemptes de toute arrière pensée hégémonique ou néo-coloniales) au profit de populations en situation de détresse, et l’aide sociale apportée en France même, aux défavorisés de toutes générations et de toutes origines, notamment aux immigrés en situation régulière (ou régularisable) afin de faciliter leur insertion sociale ( enseignement du français, mise à niveau professionnel de base).

Le quatrième pourrait être celui de la coopération et de co-développement envisagée non plus en termes d’affectations individuelles mais pour la réalisation de grands travaux de génie civil (routes, ouvrages d’art) ou de génie rural (restauration des sols), en partenariat avec les jeunes nationaux des pays concernés, de façon à en faire un lieu de fraternisation et de solidarité.

La durée du service pourrait être de l’ordre de 9 à 10 mois dont 4 ou 5 mois de service militaire de formation. Il serait possible de le prolonger, sur la base du volontariat, notamment quant il s’agit d’emploi à forte qualification et demandant une longue formation.

Un choix pourrait être offert entre appel en fin de cycle scolaire obligatoire ou après apprentissage, avant études supérieures ou après obtention du premier diplôme complet d’enseignement supérieur ou de spécialisation (maîtrise, école d’ingénieurs…).

La large ouverture des possibilités d’affectation aurait pour contrepartie la suppression de toute forme de dispense (à l’exception de la phase militaire pour les objecteurs de conscience).

Une rémunération correspondant à un pourcentage déterminé du SMIC serait payée, éventuellement augmentée d’une prime de qualification pour les compétences apportées (ingénieurs, techniciens, informaticiens, personnels de santé…). La durée du service serait prise en compte pour le calcul de la retraite au régime général. La protection sociale serait assurée aux personnes à charge.

Sur le plan budgétaire, la dépense pourrait être gagée, au moins en partie, par une réduction des effectifs professionnels de l’armée de Terre, et par un transfert au service national du financement des "emplois jeunes" repris en charge par lui.

Communiqué du COMITÉ VALMY.
( décembre 2001 )

5 Messages de forum

  • non au service militaire !! l’abrogation de la conscription est un progres notable en direction de la paix.

    un service civil à but humanitaire et éducatif est certainement necessaire pour venir en aide entre autre aux populations sinistrées, mais pour stopper des guerres ne faut il pas commencer par arreter de jeter de l’huile sur le feu en constituant des armadas d’armes et de soldats.

    on ne traite pas le mal par le mal, mais par la lumiere et la conscience

    • Des propositions réellement intéressantes à mon goût, mais , au delà de l’aspect idéologique et engagé j’en retiens essentiellement et uniquement l’idée qu’un citoyen donne un peu de temps à la collectivité. Alors qu’elle soit nationale ou pas cette collectivité je m’en fous ! Mais il y a la notion de solidarité avec une communauté humaine et de rencontre. Euhhh... quand à la l’obligation d’un tronc commun militaire non ! non ! non ! et trois fois non ! Ca, c’est du domaine de la conscience individuelle alors que ce soit proposé oui, imposé non ! On ne va pas se mettre à régresser en plus ? Frédéric
  • Au Comité Valmy,

    je trouve que votre proposition est excellente pour le Canada. Elle permettrait le rapprochement de la jeunesses du Québec, du Canada anglais, des Premières nations (les peuples autochtones) et les jeunes immigrants. Surtout, elle aiderait les jeunes à avoir une éducation et lutter contre le décrochage scolaire et préparer une formation professionnelle. Comme ailleurs dans le monde, les jeunes pourraient répondre collectivement contre les catastrophes naturelles (ex. les inondations printanières, les incendies de forêt). Elle unirait les Forces canadiennes aux peuples du Canada et briserait la relation armée-civils (et casserait les préjugés de l’État-major comme quoi les civils sont mineurs dans la société). Enfin, elle permettrait au Canada de gagner son indépendance à l’égard de l’OTAN et des USA. Merci !

    Voir en ligne : Sonnés à Kaboul !

  • Oui à un service républicain national obligatoire à condition que la formation militaire reste optionnelle. Un tel service, favoriserait le brassage social et culturel et permettrait d’inculquer un véritable sens civique et républicain (domaine dans lequel l’école traditionnelle a échoué) basé sur la pratique de la solidarité, d’approfondir les connaissances de culture générale et d’acquérir des compétences particulières (passage de permis de conduire, navigation, etc....). Une formation véritable à la citoyenneté et à la solidarité aurait pour conséquence, entre autres, une baisse significative des chiffres de la délinquance. Il serait temps de substituer au "tout répressif" à l’américaine un "tout éducatif" ou "tout préventif" européen et français
  • Que nous propose réellement l’article ? De faire deux pas en arrière, demi-tour gauche (ou droite, au choix) ? Rien de nouveau dans ce qui est dit, à moins que les rédacteurs aient moins de trente ans ! Sur le fond, je suis d’accord car, malheureusement, en cas de réel conflit, je ne suis pas persuadé que nos militaires professionnels, au demeurant de braves types, mais quelquefois irresponsables, fassent le poids. Le mixage professionnel/citoyen avait du bon. Le service militaire avait l’avantage de brasser les classes et de faire prendre conscience de l’autre, socialement et humainement parlant. Ceci dit, il faudrait absolument qu’il soit étendu aux deux sexes sans aucune restriction. Personnellement, j’ai perdu deux années de salaire pendant que mes collègues féminines progressaient dans leur carrière et sur leur compte en banque... Et elles n’ont pas toutes eu des enfants ! L’histoire n’est qu’un éternel recommencement...

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette