COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > Poutine : Dans les relations internationales, on ne peut pas « exposer (...)

Poutine :
Dans les relations internationales, on ne peut pas « exposer l’autre joue »
Artem Kobzev

jeudi 20 décembre 2012, par Comité Valmy


La Russie ne va pas être en conflit avec quelqu’un, y compris avec les États-Unis. Cependant, la pratique montre qu’il ne faut jamais se montrer faible dans l’arène internationale. De plus, Moscou n’a pas l’intention d’écouter en les sermons de Washington qui devrait d’abord résoudre ses propres problèmes.

C’est ce qu’a déclaré pendant la grande conférence de presse le président russe Vladimir Poutine. De plus, il a souligné que c’est Washington qui attise les tensions dans les relations russo-américaines. La Russie ne fait que réagir et pas toujours en proportion, à ses actions. Au dire du président de Russie, l’adoption par les États-Unis de l’acte Magnitski est un exemple.

Si on vous administre une fessée, il faut répondre. Autrement, on le fera toujours. Répondre adéquatement ou d’une manière inadéquate, c’est une autre question. Et en outre, ils ont fait cela sans aucune raison spéciale. Ils sont eux-mêmes dans le pétrin, et ils nous font des reproches…. C’est incorrect. Ce n’est pas notre choix. Nous ne provoquons personne, nous sommes provoqués.

Vladimir Poutine a rappelé qu’au début du premier mandat du président George Bush-junior, la Russie et les États-Unis avaient de bonnes relations. Elles se sont abîmées à cause de la position de Washington sur l’Irak. Ayant organisé l’irruption, l’Amérique n’a écouté ni la Russie, ni la France, ni l’Allemagne. Cependant, l’histoire a mis tout à sa place. Bien que Saddam Hussein soit renversé et exécuté, l’opération américaine a apporté à l’Irak beaucoup plus de dommages que de profit. Un autre problème assombrissant le dialogue de Moscou et Washington, c’est le système américain de l’ABM.

Nous voyons la menace, quand nos partenaires créent de tels systèmes. Cela peut amener, si nous ne répondons pas, à l’annulation de notre potentiel militaire et nucléaire ce qui perturbera considérablement l’équilibre stratégique dans le monde. Cet équilibre préserve l’humanité des conflits de grande échelle après la Seconde Guerre mondiale. Il y a des petites guerres, mais Dieu merci, pas de grande échelle. Et nous avons pu surmonter la crise des Caraïbes grâce à l’existence de cet équilibre – personne ne voulait la destruction mutuelle.

En fin de compte, le problème est que les Américains ne sont pas prêts à donner des garanties juridiques de ce que leur système de l’ABM n’est pas dirigé contre la Russie. Néanmoins, Vladimir Poutine l’a souligné, Moscou et Washington ne sont pas des ennemis. Et l’essentiel pour les deux pays – c’est d’avoir de la patience et de continuer les recherches d’un compromis.

http://french.ruvr.ru/2012_12_20/Dans-les-relations-internationales-on-ne-peut-pas-exposer-l-autre-joue/


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>