COMITE VALMY

Accueil du site > - L’UNION de la RESISTANCE, le CNR, son programme, NOS REFERENCES. > ORIENTATION STRATEGIQUE Résistance républicaine, patriotique et sociale - (...) > La flamme de la Résistance

18 juin 1940 : Communiqué du Comité Valmy

La flamme de la Résistance

jeudi 18 juin 2009, par Comité Valmy


"Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas." Charles de Gaulle (extrait de l’Appel du 18 juin)

Le Comité Valmy entend commémorer l’appel du 18 juin 1940 à l’occasion de son 69ème anniversaire, et rendre hommage au Général de Gaulle qui l’a lancé depuis Londres. En y appelant à la poursuite du combat et à la Résistance puis par son action ultérieure au premier rang de celle-ci, Charles de Gaulle a pris une place éminente dans l’histoire de notre pays. Il s’avéra dans le temps, que son appel patriotique du 18 juin était en harmonie avec la volonté de tous ceux qui, dans le peuple de France, n’allaient pas se résigner à la défaite.

L’un des mérites historiques du Général de Gaulle fut de ne pas suivre ceux qui comme Jean Monnet, déjà anglo-américanisé, préconisaient le renoncement national, voulaient intégrer la Résistance militaire extérieure naissante à l’armée anglaise et proposaient la « fusion définitive » de la France et de l’Angleterre. À Londres Charles de Gaulle avait déjà choisi la continuation de la nation, de la France Libre, plutôt qu’une voie supranationale et vassalisée dans laquelle Jean Monnet et ses maîtres à penser voulaient l’entraîner.

Le combat de la France libre dirigé depuis Londres et celui des différentes composantes de la Résistance intérieure se développèrent non sans interactions, mais le choix de Jean Moulin par le Général de Gaulle comme son représentant dans celle-ci, marqua une étape importante qui confirmait l’unité fondamentale des objectifs nationaux, antinazis et républicains de la Résistance. Jean Moulin, dans sa mission unificatrice des différentes composantes de la Résistance intérieure, rencontra de nombreuses difficultés et des obstacles allant jusqu’à la trahison qui amena, sous la torture, son élimination physique et politique, dont les conséquences sont incalculables. Mais l’action de Jean Moulin fut facilitée, en particulier, par la volonté d’union nationale dans la Résistance qui était celle du Parti Communiste Français clandestin.

Le 27 mai 1943, date de la Constitution du Conseil National de la Résistance, marque une nouvelle étape décisive, le programme du CNR sera progressiste et imposera à travers des nationalisations après la guerre, une certaine forme de compromis historique, des services publics importants et l’existence d’une base économique à l’indépendance nationale. Pour le Comité Valmy le 18 juin 1940 et le 27 mai 1943 sont les deux dates symboliques de la Résistance qu’il est souhaitable de lier. Pour le combat actuel comme pour les générations futures, ces dates historiques indiquent le chemin de l’union du peuple de France et le choix à faire entre la collaboration et la Résistance.

Aujourd’hui, l’exemple de la Résistance est plus vivant que jamais, le combat actuel en France pour l’indépendance nationale, la souveraineté populaire et le progrès social s’intègre, comme en 1940, à ce qui, dans les faits, est sous une autre forme une nouvelle guerre mondiale. A nouveau le peuple de France doit construire son unité et refuser la nouvelle vassalisation et la dictature euro-atlantiste. Son combat est totalement solidaire de celui de l’ensemble des peuples du monde, notamment contre les nouvelles menaces de guerres préparées par l’impérialisme américain et ses agents.

www.comite-valmy.org Paris le 18 juin 2009 - Communiqué du Comité Valmy

5 Messages de forum

  • La flamme de la Résistance

    19 juin 2009 00:42, par thoum

    Je suis entièrement d’accord avec tout cet article du début à la fin.

    Mais aujourd’hui je me pose une question que beaucoup, comme moi, se posent... !

    Est-ce que le Comité Valmy, par le fait de ses connivences avec les groupes gaullistes, n’a pas été manipulé en sous main par les nouveaux seigneurs de l’UMP qui, eux, ont beaucoup beaucoup d’amis..., car, en conclusion de la dernière consultation électorale sur l’Europe, le fait d’encourager à l’Abstention avant d’avoir fait campagne et obtenu sa reconnaissance légale sous forme d’obligation de vote d’une part et d’obligation de rapporter les résultats aux suffrages exprimés, blancs compris... d’autre part... — équivaut littéralement à pousser un courant contestataire honnête dans les oubliettes tout en s’en lavant les mains.

    Evidemment que les abstentionnistes ont gagné mais tout le monde s’en fout car cela n’a aucune réalité juridique.

    Ce n’est pas très joli, ça !

    Je suppose que les "responsables" du Comité Valmy, ne sont pas des naïfs, ils savaient très bien ce que cela allait entraîner... Ce sont des gens qui, forcément, sont rompus à la tactique et à la stratégie politique. Ils ont donc, sciemment, fourvoyé ceux qui leur faisaient confiance. C’est assez grave bien que ce soit rien que de la manipulation fort classique. Et Sarkozy n’est pas un niais ! Bien au contraire... Ce n’est pas pour rien que le Canard l’a toujours dépeint comme un diablotin !

    Mais à partir d’aujourd’hui, je vais Beaucoup me méfier du Comité Valmy et de tous ceux qui viennent y publier leurs articles.

    J’imagine que ce commentaire entraînera un débat houleux, je ne sais pas si le Comité Valmy aura le courage de l’exposer. On va voir !

    Je parle au nom de la Résistance, moi aussi, puisque mon père, en 1942/43, se servait de moi, de ma vie, et la risquait pour pouvoir passer, au creux de mon landau, les bombes destinées à certains groupes communistes de la Résistance dans les montagnes grenobloises, sous les yeux des SS de la Gestapo.

    • Réponse à thoum 20 juin 2009 10:00, par Frédérik Brandi - Comité Valmy

      Cher(ère) "thoum", après vous avoir remercié(e) pour l’expression de votre entier "accord avec tout cet article du début à la fin", laissez-moi vous dire que votre message du 19 juin suscite tout de même pas mal d’interrogations... Suite à notre campagne pour l’abstention, vous posez la question d’une éventuelle "manipulation" du Comité Valmy par l’UMP du fait de nos supposées "connivences avec les groupes gaullistes", c’est méconnaître gravement l’incompatibilité absolue existant entre les gaullistes authentiques et l’UMP, un point sur lequel votre lecture de l’article en référence sur la comémoration de l’appel du Général de Gaulle aurait dû vous éclairer... Selon nous, si l’on veut aujourd’hui se situer dans une démarche de résistance, il faut commencer à admettre que, dans le cas des dernières élections européennes, l’abstention était bien - même si on peut le regretter - le seul mode possible de contestation de l’eurodictature. Et, en l’état, un mode d’action immédiatement opératoire, à la différence de l’hypothétique "reconnaissance légale" de l’abstention ou du vote blanc tel que vous l’évoquez. Car, comme vous le soulignez, "les abstentionnistes ont gagné", et personne ne peut dire le contraire. Maintenant, soit on décide comme vous, le pouvoir et les médias dominants, que "tout le monde s’en fout", soit on essaie de dégager de cette étrange victoire des enseignements utiles pour l’avenir. Ce sont les européistes au pouvoir qui se "lavent les mains" en jetant "dans les oubliettes" la souveraineté populaire, ils le font avec constance en refusant d’entendre la voix des peuples qui s’expriment lors des référendums. C’est justement parce que nous ne sommes pas naïfs que nous avons mené, avec d’autres - parmi lesquels on peut citer les camarades du Pôle de renaissance communiste en France ou les compagnons de l’Union populaire républicaine - cette active campagne citoyenne pour le boycott des européennes. Nous l’avons fait dans une optique d’éducation politique populaire et de combat citoyen. Alors, la diablotin Sarkozy a beau tenter de tirer de son pseudo-succès une gloire d’opérette, il est devenu, par le fait de l’abstention, "Monsieur 10 % des électeurs", ce qui devrait raisonnablement démolir toute crédibilité des résultats de ce scrutin. Mais, si vous otiez ces lunettes politicardes franco-françaises qui vous empêchent de voir loin, vous pourriez vous rendre compte que l’enjeu réel de cette campagne se situait dans la crise de légitimité des institutions européennes, crise dont l’abstention a pertinemment souligné le caractère aigu. En effet, au regard de l’Histoire, le record d’abstention de ces élections européennes constitue l’une des gifles les plus magistrales que les peuples de tout un continent aient adressée à leurs dirigeants respectifs. Cette gifle confirme nos analyses, d’une part sur l’illégitimité de la construction européenne dans son ensemble et le caractère non-démocratique de son parlement, et d’autre part sur l’impossibilité de modifier la construction européenne, le caractère trompeur et chimérique de toute prétention à une "autre Europe". En conclusion, si vous êtes partisan d’une Europe supranationale qui par nature détruit la liberté des citoyens, des peuples et des nations, vous avez bien raison de vous méfier du Comité Valmy ! Car celui-ci va continuer à oeuvrer pour l’indépendance nationale et la souveraineté poplulaire, donc contre l’intégration européenne, cheval de Troie de l’atlantisme et du néolibéralisme. Quant au courage d’exposer votre commentaire, il n’est pas bien grand, tant l’insignifiance de vos propos trahit l’ignorance totale qui est la vôtre, à la fois de nos positions affirmées et réaffirmées sur ce site, et de la réalité politique bouleversée par la tyrannie européenne dont vous ne tenez aucun compte. Enfin, permettez-moi de vous dire que si quelque chose devait vous autoriser à parler comme vous le prétendez "au nom de la Résistance", ce n’est pas l’héroïsme de votre père en 1942 - infini respect pour ces actes - mais plutôt la cohérence de vos positions, leur lucidité face aux problèmes du monde contemporain, ce dont votre diatribe qu’on croirait échappée des médias de la pensée unique montre que vous êtes encore loin. En espérant qu’un jour prochain vous comprendrez avec nous - et un nombre de plus en plus grand de citoyens - que "l’Europe est le problème, pas la solution" et cela suppose de reconsidérer nos attitudes et nos actes dans une démarche de nouvelle résistance, je vous adresse, cher(ère) "thoum", d’amicales et républicaines salutations.

      http://www.comite-valmy.org/spip.php ?article187

      http://www.comite-valmy.org/spip.php ?article254

      http://www.comite-valmy.org/spip.php ?article295

      Voir en ligne : http://www.comite-valmy.org/spip.ph...

      • Réponse à thoum 21 juin 2009 01:02, par thoum

        Tout ce que vous dites, je le partage et je le savais, (mis à part votre refus viscéral de l’UMP...), j’ai simplement souligné par mon commentaire que d’une certaine manière, s’abstenir, ce n’est pas vraiment combattre. Or, effectivement, dans une situation européenne de prise de pouvoir par un certain fascisme européiste, dont je suis bien conscient... et qui, lui, se moquera parfaitement de l’avis des peuples, c’était un peu suicidaire... surtout dans un contexte bien organisé où justement l’abstention n’est jamais comptabilisée.

        Au vrai, j’ai infiniment regretté que le Comité Valmy ne se présente point au scrutin en s’identifiant ouvertement sur le NON au traité de Lisbonne. Il devait bien y avoir parmi vous d’éminents hommes ou d’éminentes femmes qui auraient été capables d’assumer cela avec brio et efficacité.

        Alors pourquoi cela ne s’est pas fait ?

        Donc, mes questions ne me sont venues qu’à partir de cela, je me suis demandé pourquoi ça ne s’était point fait... Et pour vous je sais trop bien que je demeurerai un NUL à mépriser, mais, je regrette, vous n’avez pas réussi à me mettre en profil bas, je demeure à me questionner, vraiment.

        Par ailleurs, c’est un argument très littéraire de me traiter d’ignorant... Et je ne sais pas si à contrario, cela ne joue pas un peu contre votre réponse. Non pas que cela manque d’élégance, mais une pique n’est point un argument.

        Merci toutefois d’avoir répondu et d’avoir exposé mon message.

        • Réponse à thoum - suite 21 juin 2009 18:41, par Frédérik Brandi - Comité Valmy

          Alors, thoum, nous voyons qu’un échange entamé dans l’orage peut se développer, malgré la rudesse des propos, sans se départir d’un minimum de courtoisie, et c’est tant mieux ! Reconnaissez quand même que vos sous-entendus et accusations de manipulation plus ou moins consentie méritaient quelques "piques" rugueuses en retour car manifestement, et malgré ce que vous écrivez quant à notre éventuelle proximité de vues, vous ne nous aviez pas vraiment – ou pas bien – lus...

          Le droit de s’abstenir est consubstantiel au droit de voter et, dans la perspective de ces élections européennes, c’était même selon nous le meilleur sinon le seul mode possible de combat. Je vous rappelle les termes de notre premier communiqué officiel sur le sujet, en date du 23 février 2009 (http://www.comite-valmy.org/spip.php ?article187), qui posait deux questions : "Le parlement européen est-il un organe démocratique ?" et "La construction européenne est-elle amendable ?"... Les réponses négatives argumentées à ces deux questions et le constat de l’impossibilité conjoncturelle de monter des listes porteuses d’un Non définitif à la construction européenne (au-delà même du traité de Lisbonne) guidaient ensuite notre choix du boycott actif, c’est-à-dire accompagné d’une campagne militante pour l’abstention. Je vous rappelle que ce choix n’est intervenu qu’en dernier ressort, "en l’absence contrainte de listes avançant sous la bannière de la sortie de l’UE", ce n’était donc en aucun cas un refus de se battre, bien au contraire, nous avons assez écumé la toile et arpenté les rues au contact de nos concitoyens durant ce dernier trimestre pour pouvoir l’affirmer haut et fort ! Nous avons renouvelé ces prises de position dans un appel pluraliste du 9 mai (http://www.comite-valmy.org/spip.php ?article254), soulignant qu’une abstention massive traduirait le refus populaire de ce simulacre électoral. Enfin, au lendemain du vote (http://www.comite-valmy.org/spip.php ?article295), le comité Valmy voyait dans ce record d’abstention une confirmation du Non populaire du 29 mai 2005 au TCE maquillé depuis en traité de Lisbonne. Merci de vous reporter aux articles cités pour plus de détail, car il me semble que dans ces textes figurent déjà un certain nombre de réponses à vos questions.

          Cela dit, la persistance de votre questionnement est compréhensible et, tout en revendiquant le choix final de l’abstention, je partage en partie les regrets que vous exprimez quant à l’absence de listes réellement porteuses du Non. En effet, dans le meilleur des mondes, nous aurions sans doute dû présenter des listes "Sortir de l’Europe" (ou quelque chose dans le genre...), affichage paradoxal et provocateur qui aurait eu le mérite de faire surgir sur la place publique ce sujet tabou. Nous aurions peut-être "dû" le faire, mais seulement si cela avait été possible ! Or, même si nous pensons que l’aspiration à la rupture avec l’UE est potentiellement majoritaire, les responsables des diverses organisations concernées (Valmy, PRCF, UPR, etc.) ont estimé que, dans les conditions actuelles de notre système politico-médiatique (financement, monopoles, etc.), ce n’était pas possible, pour cette fois. D’où la campagne active et réussie – aussi petite que soit notre part de mérite dans le score record final – du boycott. Cette estimation était-elle la bonne ? Était-il possible in fine de participer et de constituer de vraies listes pour dire Non à l’UE ? Ni vous ni moi ne pouvons y répondre mais, quoi qu’il en soit et en l’absence de telles listes, cette abstention pour laquelle nous avons milité de manière civique est une réalité qu’il nous appartient désormais de prendre en compte et d’utiliser au mieux pour provoquer la prise de conscience nécessaire à la création d’une dynamique d’union du peuple de France pour rompre avec l’Union européenne, recouvrer l’indépendance nationale et restaurer la souveraineté populaire.

          Les électeurs français ne sont pas abstentionnistes par nature, ils se déplacent généralement en nombre pour les élections républicaines (municipales, législatives, présidentielle, etc.) lorsque l’enjeu est réel ou que la réponse peut être signifiante (référendum de 2005). S’ils n’ont pas voté le 7 juin, c’est bien parce qu’ils sont de moins en moins sous l’emprise du mythe européen, et qu’ils ont compris que cette élection n’était rien d’autre qu’une tentative de donner un vernis démocratique à un système (l’UE) qui ne l’est pas. Tentative ratée, car le record d’abstention ôte toute légitimité à ce pseudo-parlement qui n’a aucun pouvoir sur les sujets essentiels (et qui n’a pas vocation à en avoir, dans la mesure où il ne représente aucun peuple). Les résultats résiduels exprimés le sont sur une part tellement faible de l’électorat qu’ils ne veulent rien dire, servant de dérivatif aux médias pour amuser la galerie avec les vieilles lunes de la droite, de la gauche et autres fantaisies encore vertes et déjà périmées. Comme le soulignait récemment un intervenant sur ce forum, la dizaine de partis représentés à ces élections européennes (de l’extrême-droite à l’extrême gauche, tenants du Oui comme du Non au TCE en 2005) avaient tous le même programme : réorienter l’UE tout en restant à l’intérieur. Aucun ne proposait de sortir de l’UE ni de revenir au franc. Si les 60 % d’abstention de conséquence traduisent en partie le rejet de ce triste consensus des élites, reconnaissez qu’ils sont potentiellement porteurs d’espoir.

          Dans la mesure où vous partagez nos idées sur l’essentiel, si vous souhaitez aller plus loin et dépasser le cadre restreint de ce forum en ligne, je vous invite à vous rapprocher directement du comité Valmy (info@comite-valmy.org) afin de développer des actions constructives et d’éviter les malentendus.

          FB

          • Réponse à thoum - suite 22 juin 2009 01:00, par thoum

            C’est une réponse correcte. Je l’accepte.

            Bon ! Je resterai attentif au Comité Valmy.

            Mais, toutefois, ne sous-estimez pas trop mes propos, nous sommes dans un monde où il y a énormément de manipulations en tous genres car nous vivons un fascisme atlantiste habillé en Démocratie, ce qui veut dire que tous ses pouvoirs se font dans la dissimulation, le fielleux, l’insidieux, la fourberie... et que tous les combats francs sont pour lui une aubaine. (Voyez notamment en Iran et ce n’est que le sommet de l’iceberg de ce que vivent tous les jours bien des peuples. Notre Pays est pleinement intégré à cela, donc tous les services secrets et les colonnes invisibles sont les vrais acteurs de notre politique. Ne nous leurrons donc pas trop !)

            Vous pouvez consulter mes sites pour comprendre qu’en guise d’ignorant, je suis certainement le plus fameux, mais qui n’est pas sans cesse et toujours un grand ignorant... :

            politique : http://www.amaranthes.fr/www.parallelement.fr/Capdenac/politicorrect.html

            général : http://www.amaranthes.fr/index.html

            et un divertissement : http://www.amaranthes.fr/www.parallelement.fr/Capdenac/horreurs.html


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>