COMITE VALMY

Accueil du site > E - Elections EUROPEENNES 7 juin 2009 > L’abstention est la seule forme d’expression laissée à ceux qui ne savent pas (...)

Source : commentaire repris sur le blog du Yéti à la suite de son article :« La punition »

L’abstention est la seule forme d’expression laissée à ceux qui ne savent pas ou qui ne veulent pas choisir dans le panel politique qui leur est proposé. par Dissonances

lundi 8 juin 2009, par Comité Valmy


Elections européennes : un refus de vote révolutionnaire et majoritaire !

L’abstention est la seule forme d’expression laissée à ceux qui ne savent pas ou qui ne veulent pas choisir dans le panel politique qui leur est proposé. C’est par conséquent, au même titre que n’importe quel bulletin de vote, une réponse légitime à une question à laquelle on se sent incapable de répondre, soit qu’on ne sache pas, soit qu’on ne veuille pas.

Cet acte serait illégitime si et seulement si une autre forme d’expression de l’indécision était laissée au peuple, telle qu’un vote blanc comptabilisé à part entière, par exemple. Mais ce n’est pas le cas.

Il est vain et malvenu que le peuple se reproche à lui-même ce refus de répondre à la question posée. Étant souverain, il est en droit d’attendre qu’on lui propose une alternative réelle si l’on souhaite motiver une quelconque décision de sa part.

Il serait plus pertinent de se demander par exemple, notamment dans la classe politique, pourquoi le peuple souverain oppose majoritairement un tel refus et en tirer les conséquences. A tout le moins, modifier sensiblement la nature des offres faites, et en tout état de cause considérer qu’une indécision majoritaire conduise nécessairement à une remise en cause du résultat des suffrages exprimés, qui ne représentent plus guère qu’une minorité au sein du peuple.

“Qui ne dit mot consent”… Il me semble plutôt que l’abstention est un mot tout à fait explicite adressé à l’intention de l’ensemble de la classe politique française, ou européenne en l’occurrence. Quelque chose comme le mot de Cambrone sans aucun doute.

Le mécanisme électoral est malsain et biaisé. On offre au peuple de choisir le parti, le programme, le représentant qui lui semble “le moins pire” parmi ceux proposés. Le peuple ne veut plus avoir à choisir un moindre mal, il veut qu’on lui propose les meilleurs choix possibles. Ces choix n’existent pas dans les offres qui sont actuellement proposées lors des élections en général, et européennes en particulier.

Qui parmi ceux ayant exprimé un vote dans la journée d’hier peut affirmer sans rougir qu’il adhère de manière inconditionnelle au programme de la liste qu’il a choisi ? Que ceux qui ont la franchise d’admettre que ce n’est pas le cas se disent une chose, quel que soit leur degré d’adhésion au programme qu’ils ont soutenu, celui-ci n’est pas voué à considérer de telles nuances. Un programme est un ensemble indivisible, lorsqu’on le choisit, on en accepte même les closes auxquelles on ne souscrit pas. Ceux qui consentent, pour ne pas dire qui concèdent le plus de choses, ne sont pas nécessairement ceux qu’on pense.

Une citation enfin, de Emmanuel Sieyès, acteur de la Révolution Française, qui pose à mon sens le problème sous-jacent du régime français de manière assez explicite :

« Les citoyens qui désignent des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; donc ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. Toute influence, tout pouvoir leur appartient sur la personne de leur mandataire, mais c’est tout. S’ils dictaient des volontés ce ne serait plus un état représentatif, ce serait un état démocratique. »


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette