COMITE VALMY

Accueil du site > E - Elections EUROPEENNES 7 juin 2009 > S’abstenir, c’est voter contre Sarkozy et Barroso par André Bellon

S’abstenir, c’est voter contre Sarkozy et Barroso par André Bellon

vendredi 22 mai 2009, par Comité Valmy


Depuis des semaines, divers partis politiques inondent les citoyens avec le slogan « s’abstenir, c’est voter Sarkozy ». La chose est apparemment risible au vu des efforts, des moyens de propagande, pour pousser les citoyens à voter qu’ont déployés ce dernier et ses amis européens au premier rang desquels José Manuel Barroso, Président de la commission de Bruxelles.

En fait, les promoteurs de ces appels sont conscients que nombre de citoyens dont ils espéraient les votes veulent, au travers de cette consultation, sanctionner une construction européenne antidémocratique qui les insulte en méprisant leur rejet du traité constitutionnel européen. Il s’agit donc surtout pour eux de remobiliser leurs propres électeurs en détournant le sens du scrutin.

On assiste alors à des scènes pour le moins étranges. Des partisans du retrait de la France hors de l’Union européenne appellent à voter en masse alors qu’une forte participation aurait pour conséquence de légitimer les instances de Bruxelles ; des personnalités habituellement critiques vis-à-vis du « Parlement européen » insistent sur la nécessité de le soutenir. Comprenne qui pourra.*

La seule cohérence pour les partisans du Non au référendum du 29 mai 2005 est évidemment de ne pas cautionner cette mascarade, surtout après que le pseudo Parlement de Bruxelles a demandé qu’on passe outre aux votes français, néerlandais et irlandais, et bien qu’il agisse comme si le traité de Lisbonne était déjà en vigueur.

Quant à Sarkozy, il poursuit deux objectifs : mettre l’UMP en tête, ce qui paraît assez joué d’avance, et avant tout légitimer les instances de Bruxelles, surtout après le coup de force contre le suffrage universel qu’a représenté l’adoption du traité de Lisbonne.

Seul le boycott de cette élection est une attitude cohérente pour les partisans du NON.

André Bellon

Ancien Président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale

20 Messages de forum

  • S’abstenir, c’est voter contre Sarkozy et Barroso André Bellon

    21 mai 2009 23:01, par le canard républicain
    Je suis tout à fait d’accord avec ce boycott. Je rajoute ce lien essentiel sur l’histoire du parlementarisme européen.

    Voir en ligne : Moment d’histoire du parlementarisme européen

  • C’est bien triste de vous lire... quel autre solution que le vote pour s’exprimer en tant que citoyen pour inverser la tendance, ou tout du moins tenter de l’inverser ! Si je suis d’accord que l’argument "s’abstenir, c’est voter Sarkozy" est simpliste et sûrement pas à la hauteur des enjeux, je ne vois pas en quoi s’abstenir ferait progresser nos idées... Je suis surpris d’une telle position d’un républicain affirmé ! Heureusement que les peuples d’Amérique Latine n’ont pas suivi cet exemple !
  • Abstention PIEGE à Con . Sauf biensur pour le plus grand profit de la Droite .

    Voir en ligne : Le Piege abstention

  • "Quant à Sarkozy, il poursuit deux objectifs : mettre l’UMP en tête, ce qui paraît assez joué d’avance, et avant tout légitimer les instances de Bruxelles, surtout après le coup de force contre le suffrage universel qu’a représenté l’adoption du traité de Lisbonne."

    Je suis d’accord.

    Mais si de toute façon ce vote sera récupéré, il nous reste à choisir : affaiblir le score de l’UMP ou se retirer d’une consultation pipée, comme elles le sont toutes depuis des années.

    Ne nous entre-déchirons pas et laissons-nous libres de choisir notre démarche ; c’est un cadeau à ne pas faire à l’UMP-PS que de nous entre-déchirer.

    Une qui a voté blanc en 2002 parce que mathématiquement Le Pen ne pouvait pas faire plus de 30% et que faire un triomphe à Chirac au lieu de voter massivement blanc était ouvrir un boulevard à Sarko ; je le pensais et je l’ai écrit à nombre de grands journaux, seul le Canard m’a répondu, par une fin de non- recevoir.

    Avais-je pas raison ? Et pourtant je suis encore avec vous.

    Cessez, les mecs, de croire que vous avez "la vérité, toute la vérité, rien que la vérité".

    Amcalement.

  • S’abstenir ne peut que servir la droite, c’est d’ailleurs ce que confirment les sondages.... actuellement avec un taux de participation le plus faible depuis des années, l’UMP est largement en tête... ils ne diront pas nous sommes entête d’une minotrité... ils auront gagné et les abstentionnistes auront fait gagner la droite...il y a suffisamment de choix à gauche du NPA, au Front de Gauche qui regroupe le PG, le PCF et la Gauche unitaire, à LO.. et puis pour les autres, Libertas et le FN.

    S’abstenir en démocratie c’est la pire des choses.

  • Bien évidemment, c’est cautionner la politique réactionnaire française et, en même temps, celle de M. Barroso, ultra "libéral". Donc votez, pour ceux qui s’opposent à ces dérives intéressées.
  • S’abstenir,c’est "laisser faire" :

     le pouvoir est bien réel au parlement Européen et laisser élire une majorité de députés carrément "à droite" ce n’est pas l’attitude de citoyenne que l’on m’a enseignée et que j’essaie d’honorer... Je voterai et voterai,comme Mordillat, Front de Gauche car la Laîcité est ,au moins ,évoquée, sans laquelle il ne peut y avoir d’Egalité(quand on est "née femme",on y est d’autant plus attachée) ni de Liberté...
     "ça a une certaine importance..." ( comme le chantait Vian)

  • Absolument d’accord ; cordialement

    Voir en ligne : s’abstenir, c’est voter contre sarkozy

  • La position du comité Valmy m’atterre. Comment peut-on s’abstenir face à une élection d’une assemblée qui décidera de + de 70% des lois nationales ? Prenez-vous en compte que vous générez la première vraie rupture dans la camp du NON ? Il me semble que le collectif né autour du Front de Gauche est suffisamment fédérateur pour rassembler toutes les revendications contenues dans le non. Pourquoi ajouter à la division des forces de progrès quand elles tentent de se fédérer ? Sachant que l’abstention sera forte, il sera facile (mais pas forcément honnête) pour ceux qui prônent l’abstention de considérer que les électeurs les ont suivis, alors que l’abstention a bien d’autres causes.
  • S’abstenir, c’est voter pour moi

    23 mai 2009 08:24, par zebulon

    on l’a bien vu en 2007 ,s’abstenir ou voter blanc,c’était mettre la droite au pouvoir.

    maintenant ,pour ma part,j’ai été suffisamment dégouté que les gens aient mis un fasciste au pouvoir que je ne voterai plus jamais aussi longtemps que je vivrai.

    • S’abstenir, c’est voter pour moi 29 mai 2009 21:05, par MARTIN Roger
      Allez, trouve toi toutes les excuses. Pauvre chéri, t’as été dégoûté ? Mes oncles morts en Allemagne,l’autre déporté à Buchenwald, ils n’auraient pas eu des raisons d’être dégoûtés ? Quant à appeler Sarkozy un fasciste, c’est une position qui ne tient aucun compte de la nature du fascisme, un slogan qui fait plaisir ( surtout aux "dégoûtés" qui se replient dans leur tour d’ivoire). J’ai 59 ans, je milite depuis l’âge de 14 ans. J’espère être en état de le faire jusqu’à ma mort. Les muscadins m’horripilent et les grands moralistes qui jouent les incompris encore plus. Allez, ciao, Alceste, moi je vais coller pour le Front de Gauche !
  • André Bellon dit :

    "On assiste alors à des scènes pour le moins étranges. Des partisans du retrait de la France hors de l’Union européenne appellent à voter en masse alors qu’une forte participation aurait pour conséquence de légitimer les instances de Bruxelles ; des personnalités habituellement critiques vis-à-vis du « Parlement européen » insistent sur la nécessité de le soutenir. Comprenne qui pourra.*

    La seule cohérence pour les partisans du Non au référendum du 29 mai 2005 est évidemment de ne pas cautionner cette mascarade..."

    Voilà ce qui est essentiel, et arrêtons de tomber dans les pièges du bla-bla-bla !!!

    Il n’est de refondation possible de la République que dans le retour à la souveraineté populaire... Donc, retrouvons notre souveraineté nationale et notre indépendance.

    Ajoutons que, pour cela, la première des réformes à obtenir, est de sortir le pouvoir du totalitarisme de l’establishment !

    Pour ce faire, il faut changer en urgence, la loi sur le financement des partis, faite pour la seule élection et éternelle réélection possible (financièrement) de ces partis du système ! Voilà la raison de l’abstention massive, la plus grâve, celle des élections nationales, l’élection européenne, en s’en fiche !

    Car, lorsqu’un mouvement se crée,(surtout s’il est contestataire) il ne peut exister, faute de moyen ; donc la 1ère question à se poser est : "par qui est financé ce mouvement ?"

    Notre future démarche est de trouver et de ne voter que pour des députés de la nation qui déclarerons formellement vouloir changer cette loi votée par les députés du système, car elle est antidémocratique !

    Après, le vote du souverain (le peuple) sera ce qu’il doit être : le choix de société dans laquelle il veut reconstruire la République.

    Marianne

  • Oui, je suis tout à fait d’accord. Une abstention massive désignera les responsables et les mettra au pied du mur. Réformer une horlogerie qui ne fonctionne pour personne du peuple est un travail impossible, totalement contre-productif.

    Ceux qui disent "Abstention piège à cons", regardent le doigt au lieu de la Lune.

    Regardez, vous qui voulez voter à toutes forces, les pouvoirs dans l’UE. Qui propose, qui dispose en dernière instance. Regardez le nbe de lois "sociales" élaborées, votées et mises en oeuvre depuis Maastricht. Regardez combien de lobbies citoyens. Regardez quels sont les mécanismes d’infos de l’UE, quels sont les possibilités de rétro-action (référendum, etc) et leurs utilisations, regardez le respect par l’UE de ses propres règles de fonctionnement en regard d’exigences massives et citoyennes (rejet TCE).

    Cette UE n’est pas amendable. Il ne faut plus participer à ses mécanismes mais la rejeter de toutes les manières possibles et interpeller avec la dernière vigueur les menteurs de l’UMPS, ces fractions mortifères destinées à nous soumettre.

    • s’abstenir c’est faire oeuvre de courage citoyen c’est refuser le grand cirque européen ou les plus pauvres sont toujours perdants,c’est dire non a la disparition de la république et à la disparition des services publics , à la sécu pour tous c’est refuser la commercialisation des consciences et de tout ce qui fait notre humanité française c’est refuser de brader l’héritage du conseil national de la résistance,car de toute façon le dernier mot revient toujours à la commission ,laquelle n’est élue par personne.Le seul objectif pour un citoyen français digne de ce nom c’est de sortir du cirque européen de préparer la prochaine constitution d’une nouvelle république avec un but premier : coopérer avec tous les pays du monde ,dans le respect de chacun.Ne plus se lier les mains dans aucun conglomérat du type U.E. ,arréter de laisser les capitaux étrangers piller notre pays et s’en aller ensuite faire fortune ailleurs ; debout citoyens soyons dignes de nos anciens !
  • S’abstenir est un devoir civique

    23 mai 2009 18:14, par Fred B.

    Si "Le Monde", d’ordinaire organe central de la pensée unique européiste, se laisse aller à publier un tel courrier, c’est bon signe, parce qu’il doit y en avoir des montagnes du même sens ! Cela montre que le rejet des élections du 7 juin est massif dans l’opinion...

    Publié dans le Courrier des lecteurs "Spécial Europe" LE MONDE - édition papier datée du samedi 23 mai 2009 :

    Quand l’abstention est un devoir civique Le soir du référendum sur le traité de Maastricht, alors que le non semblait l’emporter, Mme Simone Veil s’écria : « On n’aurait jamais dû faire un référendum !On n’aurait jamais dû faire un référendum ! » J’avais voté non et ce cri du coeur résonne encore dans mes oreilles. Prononcé publiquement par une personnalité aussi éminente que respectée, non désavoué àma connaissance par qui que ce soit, ce cri du coeur signifiait sans ambiguïté que l’opinion du citoyen que je suis n’avait pas droit de cité. Lors du référendum sur le traité constitutionnel, référendum décidé par Jacques Chirac, qui s’était laissé convaincre par des sondages que le oui l’emporterait à coup sûr, j’hésitai donc à aller voter. Je savais bien quemon opinion n’avait pas plus droit de cité que quelques années plus tôt. Naïf, cependant,me disant qu’« ils n’oseraient quandmême pas », j’allai voter. Le non l’emporta et on connaît la suite. La ratification par le Parlement du traité de Lisbonne, traité constitutionnel déguisé,meconfirme quemon opinion n’a pas droit de cité. Alors, le 7 juin, je n’irai pas voter. Les consultations européennes ont une apparence, celle de consultations démocratiques, et elles ont une réalité, celle d’un voile à l’abri duquel nos princes s’efforcent, sans nous, peuples ignorants, de donner vie à cette utopie politique qu’on appelle Europe. Ne voulant plus, parmaparticipation, cautionner cette illusion délétère, je considère commeun devoir civique de ne pas aller voter le 7 juin. Denis Monod-Broca, Paris

  • ça suffit .ou vous êtes des cons ,ou vous foutez de la gueule du monde ??????? Il n’est pas possible de répondre à une sugestion comme l’abstention dans ce vote contre la droite .Vous devenez complice de la droite réactionaire et suicidaire de la classe ouvrière. Sinon vous êtes de droite en vous camouflant . Rosay . à +

    Voir en ligne : suicide

  • Bonjour,

    il y a deux heures je distribuais un tract du Front de Gauche sur le marché de Velleron, Vaucluse. Demain ce sera celui de Pernes.Hier, c’était... Dans des dizaines de discussions, je n’ai trouvé aucun abstentionniste qui entendait le faire au nom de la position que vous défendez. J’ai entendu des "Tous pourris", des "Ségolène ne vous a pas assez baisés", des " Oh moi, la politique !", des " Je serai en week-end" et d’autres répônses du même acabit. La réalité c’est que vous aurez beau jeu, comme les Rouges-Vifs et d’autres révolutionnaires grands donneurs de leçons, de crier à la victoire du peuple ! Eh bien, sans doute comme la Droite a pris l’habitude de le dire "je n’ai pas compris", mais cette fois c’est de votre mot d’ordre qu’il s’agit. Trop bête sans doute, trop respectueux de celles et ceux qui se sont battus pour le droit de vote et son rétablissement, de mes oncles morts en Allemagne, du troisième déporté à Buchenwald. Le 7 juin, j’irai voter Front de Gauche et d’ici là, pendant les huit jours qui restent, je me battrai pour arracher le plus possible de voix chez ceux qui croient que l’abstention pourrait être autre chose que ce qu’elle est toujours, un prétexte, une excuse, une démission ( je mets à part les authentiques anarchistes qui ont toujours su expliquer les raisons de la leur).

    Combativement et cordialement,

    Roger Martin


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>