COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > L’union européenne va t-elle devenir l’espace vital allemand ? F de B (juillet (...)

L’union européenne va t-elle devenir l’espace vital allemand ?
F de B (juillet 2012)

lundi 2 juillet 2012, par Comité Valmy


Joachim Gauck

Le dernier sommet européen est présenté comme une victoire de l’Europe du Sud sur l’Allemagne. Cette présentation n’est qu’une farce : en réalité, François Hollande a du se contenter qu’un maigre 1% du budget soit consacré à la croissance en échange de la ratification du pacte de stabilité. Un bien maigre pourboire pour manger discrètement son chapeau.

A peine rentré en Allemagne, Mme Merkel se rendait devant le Bundestag qui approuvait par un rassemblement national, majorité de droite et opposition de gauche réunies, le résultat du sommet présenté en France comme une défaite allemande.

La suite n’a pas tardé : le président de la République fédérale refuse de ratifier les deux derniers traités, MES et pacte de stabilité, au motif qu’un recours serait introduite devant le tribunal constitutionnel de Karlsruhe, recours qui semble avoir toutes les chances d’aboutir... [1]

Si Angela Merkel semblait seule au sommet, le système allemand lui permet de se dégager après coup : aucune décision de quelque sommet européen ne peut être validée sans tous les garde-fous allemands, parlement, présidence, Cour constitutionnelle. Cette faiblesse apparente est en réalité la grande force de l’Allemagne.

Les prochaines étapes prévisibles sont, dans l’ordre :

- 1. Blocage de la ratification des deux traités par la Cour de Karlsruhe.

- 2. Modification constitutionnelle pour autoriser un référendum.

- 3. Référendum sur la participation de l’Allemagne a la fameuse union bancaire [2]qui déplacerait des éléments essentiels de la souveraineté monétaire vers l’Union, avec deux sous-entendus :

- l’un, à destination des partenaires, serait l’idée sous-jacente que le peuple allemand ayant voté, la volonté la Cour de préserver coûte que coûte les droits du peuple allemand ne pourrait plus être affirmé avec autant de force, dès lors que celui-ci aurait voté pour s’en démettre au profit d’un hypothétique "peuple européen" en devenir.

- l’autre, à décrypter dans les subtilités des textes constitutionnels, l’idée que le peuple allemand partagerait avec d’autres des éléments essentiels de souveraineté, les autres peuples ayant, eux, renoncé définitivement à leurs droits fondamentaux pour la chimère du "peuple européen", [3] tandis que les allemands les ayant soigneusement préservés par de nombreuses clauses d’opt-out... le but de la manœuvre étant de profiter de la crise pour asseoir définitivement la domination économique de l’Allemagne sur le continent.


Ce plan magnifique peut encore échouer, pour peu que les autres nations en prennent conscience et sortent enfin de leur torpeur, "cet engourdissement qui précède la mort" selon le terme de l’appel de Cochin...

Notes

[1] -Pacte budgétaire/MES : l’Allemagne reporte la ratification

Joachim Gauck - © REUTERS/ Fabrizio Bensch 17:21 01/07/2012 - MOSCOU, 1er juillet - RIA Novosti

La ratification du pacte budgétaire européen et du mécanisme européen de stabilité (MES) par l’Allemagne a été ajournée sur fond de protestations de l’opposition, rapportent les agences occidentales.

Vendredi, le parlement allemand a approuvé à une large majorité le pacte budgétaire et le MES. Cependant, l’opposition a saisi la Cour constitutionnelle du pays en exigeant de les qualifier d’illégaux. En attendant la décision de la Cour, le président allemand Joachim Gauck a officiellement ajourné la signature des documents.

Le recours a été signé par près de 12.000 personnes. D’après ses initiateurs, l’approbation du pacte viole les principes de la démocratie et son sort doit être soumis à un référendum.

La signature d’un traité de stabilité renforçant la discipline budgétaire a été proposée lors d’un sommet qui s’est déroulé en décembre 2011. L’initiative a été soutenue le 30 janvier à Bruxelles par 25 des 27 membres de l’Union européenne. Londres et Prague ont refusé d’adhérer au pacte.


[2] les grandes avancées du sommet seraient en réalité les facultés qu’il faudrait donner à l’entité privée "MES" de ponctionner - par appel de capital non libéré - les fonds des états au profit des banques privées et la reprise de l’activité de super-trader du FESF


[3] selon l’emblème de l’Union, la vierge de l’Apocalypse qui revient à la fin des Temps, enfanter dans la douleur un Homme nouveau


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>