COMITE VALMY

Accueil du site > E - Elections EUROPEENNES 7 juin 2009 > VOTER LE 7 JUIN, C’EST VOTER POUR L’UNION EUROPENNE ! Par Jean (...)

VOTER LE 7 JUIN, C’EST VOTER POUR L’UNION EUROPENNE ! Par Jean Lévy

samedi 14 mars 2009, par Comité Valmy


Tous les partis, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, préparent avec fièvre, les élections européennes. Chacun d’eux dresse une liste de candidats en vue du 7 juin. Le choix s’effectue avec douleur parfois, tant les places de futurs élus sont bonnes à prendre. Ces batailles internes occupent davantage de place que le programme mis en avant par les diverses formations.

Du Parti socialiste à l’UMP, c’est à qui sera le meilleur « européen ». Certes, selon qu’on joue « majorité » ou « opposition », on se positionne en conséquence. Les mots d’ordre sont conçus en fonction de son électorat.

La droite, avec Sarkozy, feint de défendre le rôle de « la France » dans l’Union européenne, alors que le pouvoir brade tout ce qui reste de souveraineté et d’indépendance de notre pays, y compris en l’inféodant totalement aux Etats-Unis, à travers le retour complet dans l’Otan..

Les socialistes condamnent haut et fort l’ultralibéralisme de la politique menée par la Commission européenne, alors qu’au sein de l’UE, les sociaux-démocrates au pouvoir en Grande-Bretagne, au Portugal et à moitié en Allemagne, font surenchère de « libéralisme » et que le Parti socialiste européen partage avec la droite les responsabilités au sein de l’Assemblée de Strasbourg et votent, le plus souvent, ensemble.

Rien d’étonnant à cela, car en 2008, il y a tout juste un an, le PS lui-même modifiait ses statuts pour y inscrire dans le marbre, leur dévotion à l’économie de marché. Les socialistes, alors, revendiquaient la paternité de la construction européenne ! Quant à l’Otan, s’ils dénoncent aujourd’hui la réintégration de la France dans son commandement, ils oublient de rappeler que François Mitterrand, en 1966, s’était prononcé contre la décision du général de Gaulle de s’en retirer.

Comme on le voit, droite et socialistes, en quête de voix, n’osent pas, face aux électeurs, défendre publiquement leur adhésion pleine et entière à l’intégration européenne.

Mais à « gauche de la gauche », selon l’expression médiatique, comment se situent les différentes formations ?

Le PCF, qui veut sortir à tout de force de son isolement, se fait le chantre le plus zélé du « Front de gauche » avec le nouveau parti de Jean-Luc Mélenchon, le « Parti de Gauche ».

La direction communiste souhaite élargir le « Front » à la minorité du NPA de Christian Piquet, à défaut d’avoir obtenu l’adhésion d’Olivier Besancenot et de la majorité du Nouveau Parti Anticapitaliste.

Que dit le PCF au sujet de l’Union européenne ?

Il est tout feu tout flamme contre sa politique « ultralibérale », mais Marie-George Buffet au Zénith, le 8 mars, développe pour la liste dix propositions « à porter en exigeant à chaque instant la rédaction d’un nouveau traité qui ne soit pas un moyen de balayer les « non » français et néerlandais ni de faire ravaler le « non » irlandais, mais bien l’illustration d’une immense ambition démocratique et sociale pour les 27 ». de « libérer l’Europe en sortant de l’OTAN ».

En clair, la direction du Parti communiste fait sienne l’idée d’Europe intégrée. Toute la sauce sociale mise autour n’y change rien. Pourquoi pas appeler la maffia à se muer en organisation caritative, et le capitalisme à se changer en socialisme !

Le NPA n’est pas loin de partager ce fantasme, ou plutôt de répandre l’illusion d’une possible mutation « anticapitaliste » de l’Union européenne…

Lutte Ouvrière, qui s’était abstenu lors du referendum de Maastricht, en 1992, ne s’aventure pas non plus sur les chemins qui mèneraient au retrait de l’UE.

Si bien que TOUTES LES LISTES se situent dans le cadre juridique de l’Union. TOUS LES PARTIS voudraient participer à l’Assemblée de Strasbourg, instance mise en place par les traités de l’Union.

Dans ces conditions, aller voter le 7 juin, serait cautionner non seulement l’existence de l’Union européenne, reconnue et admise par l’ensemble de l’arc-en-ciel politique, mais aussi, en définitive, la politique néfaste et désastreuse menée de concert par la droite et les socialistes .

Seule l’abstention, le 7 juin, est une attitude conséquente : elle signifie la volonté de sortir de l’Union européenne afin que la France retrouve sa souveraineté et son indépendance.

C’est la condition première pour pouvoir mettre en œuvre une politique de progrès social et de liberté.

11 Messages de forum

  • A nouveau je l’affirme : "Je n’irai pas voter le 7 juin ". Je ne me prêterai pas à cette mascarade, cette foire d’empoigne aux sinécures européennes tant les places sont bonnes et la cantine réputée. Il faut que cela cesse et cela ne peut cesser qu’en sortant des rets de ce ramassis maffieux oligarchique et en préparant la haute court de justice de la république. Les auteurs de cette trahison et de ces forfaitures doivent payer.
    • Personnellement, j’irai voter, mais je vais confectionner des bulletins blancs. il suffit d’imprimer "VOTE BLANC" sur une feuille A6 (1/4 de format A4). Tant qu’à faire, j’imprimerai 4 bulletins sur une feuille et je la couperai en quatre pour laisser 3 bulletins dans l’isoloir.

      C’est ce que j’ai fait lors de la dernière élection présidentielle.

      C.O.

      • Ce qui ne votent pas au élection européenne se sont qui n’en ont rien à faire de l’avenir de l’union Européenne, donc rien à faire de la France et de son avenir dans l’UE. Les français se plaignent toujours de naître pas assez mis en valeur dans l’UE mais quanq vient des élection ou des référendums nous ne tenons pas nos engagements.
  • Les 59% d’abstentionnistes du dernier scrutin de 2004 n’ont rien entrainé de mieux et ne pas voter cette fois-ci donnera le même résultat. Il faut changer l’Europe dont on a besoin et faire une Europe à la carte. Le seul parti actuellement qui propose une autre Europe est Debout la République. J’irais donc voter pour la liste de ce parti, ce qui est plus utile que de ne pas voter et de laisser la voie libre à ceux qui ont toujours la parole.
    • Réponse à l’hypothèse DLR 16 mars 2009 18:41, par Roger Lerenne
      "L’autre Europe" ou "l’Europe à la carte" imaginaire de M. Dupont-Aignan est évidemment un attrape-gogos ! Il s’agit simplement d’agréger les mécontentements visant l’Europe pour les neutraliser et les planter sur une voie de garage. Le parti de NDA a d’ailleurs toujours été aidé ou financé par l’UMP et est un bon faire valoir du pouvoir, derrière une opposition de façade. Ces pseudo-"souverainistes" jouent symétriquement le même rôle que les gauchistes ou trotskystes de l’autre bord... Sans compter les liens privilégiés qu’entretiennent tous ces braves gens avec la "French American Foundation" et les intérêts atlantistes. Que NDA aille donc vendre sa soupe ailleurs, avec ses amis masqués de l’UMP ou du FN en mal de reconnaissance ! Nous devons défendre - pour cette fois - l’abstention. Jean Lévy a raison : voter (pour qui que ce soit) le 7 juin, ce serait voter pour la dictature européenne... Et ça, nous n’en voulons plus.
  • Tout à fait d’accord : d’une part, il faut sortir de l’Europe (précision sémantique pour les plus délicats = "sortir de l’UE"...) et, d’autre part, il faut s’abstenir le 7 juin. Les positions exprimées là dessus par le Comité Valmy, par l’UPR de François Asselineau, par le PRCF, par André Bellon ou aujourd’hui par Jean Lévy sont excellentes et vont, malgré des nuances, dans le même sens. Alors, à quand le lancement d’une campagne COMMUNE militant pour le boycott des européennes ? Mon souhait est que les composantes de l’Arc républicain (et voisins) se réunissent pour réfléchir ENSEMBLE à cela.
  • Vous oubliez de dire que le P.O.I.(parti ouvrier indépendant) ex Parti des travailleurs fait de la sortie de l’U.E. un priorité et une urgence . Pourquoi ne pas lutter ensemble dans ce but ? Je veux croire en votre détermination à tous !
  • Bonjour,

    Vous oubliez une liste. DLR. Appelez à voter DLR plutôt que d’appeler à l’absention. S’abstenir c’est faire passer les tenants du OUI à la constitution européenne alors que les listes DLR veulent faire vivre le non au TCE en 2009 sur la base d’une réorientation complète de l’UE :
    - protectionisme européen sur le plan social et économique,
    - sortie de l’OTAN sur le plan strétégique et militaire
    - suppression de la Commission de Bruxelles sur le plan des institutions.

    DLR est clairement pour rompre avec le fédéralisme supranational rampant. C’est la liste des gaullistes et des républicains.

    Salutations républicaines

  • Je ne suis pas d’accord sur cette nouvelle version de élection piège à con. Vous vous complaisez dans la marginalté et pendant ce temps les européistes ont le champs libre. Il faut comme le propose la démarche transnationale Libertas Conquérir la majorité au parlement européen sur la base d’une alternative politique dont le socle serait la rconnaisance des identités nationales et la nécessité de réguler les marchés

    Voir en ligne : http://alain.polu.over-blog.fr

  • Non voter : C’est la politique du PIRE !

    C’est un vote dont on ne voit pas la couleur. Les électeurs ne votant pas, peu nombreux, seront invisibles. Tandis que voter pour une liste pas forcément satisfaisante, mais moindre mal, est un acte visible, clair, et efficace (au moment du vote, quelques voix au Parlement européen peuvent faire la différence).

    Le non-vote est une stratégie suicidaire ! Je suis absolument, résolument, contre. Et pourtant, cette Europe-là, je n’en veux pas !

    Eva http://r-sistons.over-blog.com

    Voir en ligne : Pas de vote, stratégie suicidaire


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette