COMITE VALMY

Accueil du site > - L’UNION de la RESISTANCE, le CNR, son programme, NOS REFERENCES. > ORIENTATION STRATEGIQUE Résistance républicaine, patriotique et sociale - (...) > Afghanistan : l’heure des marchandages Etats-Unis Russie Par Hélène (...)

La lettre de léosthène, le 11 mars 2009, n° 468/2009

Afghanistan : l’heure des marchandages Etats-Unis Russie Par Hélène Nouaille

mercredi 11 mars 2009, par Comité Valmy


“ Le président Obama a concédé hier que l’Amérique n’était pas en train de gagner la guerre en Afghanistan et a ouvert la voie à des négociations avec les éléments modérés des Taliban, comme les USA l’ont fait avec les tribus sunnites en Irak. La nouvelle stratégie, qui survient alors que M. Obama se prépare à envoyer 17000 hommes supplémentaires en Afghanistan, apparaît après 48 heures de diplomatie effrénée dans la région, impliquant de nouvelles ouvertures vis-à-vis de l’Iran, de la Russie et du monde musulman ”. Et le Times britannique de préciser, dans son édition du 9 mars (1) : “ Interrogé dans un entretien accordé au New York Times sur la victoire américaine en Afghanistan, M. Obama a répondu “non”.

En politique extérieure, derrière les discours ambivalents – je réaffirme la volonté américaine de leadership du monde, je parle d’ouverture à tout le monde – il y a les actes. Et quoiqu’en disent ses opposants, comme Robert Kagan (2) dans le Washington Post du même jour (“ les fondamentaux et objectifs de la politique américaine n’ont pas changé ”), ces actes engagent les Etats-Unis dans un cycle nouveau. Quand George Bush a voulu installer la domination américaine jusqu’aux portes de la Chine, il pensait que la “campagne irakienne” serait aisément gagnée. Il avait délogé, en quelques semaines (octobre et novembre 2001), le régime taliban au pouvoir. Il passait des accords avec les anciens pays soviétiques d’Asie centrale, de la Caspienne et du Caucase.

Et les projets de fleurir : les immenses richesses en hydrocarbures de l’Asie centrale pourraient être exploitées et transportées soit vers l’Ouest en évitant la Russie, soit, au travers de l’Afghanistan, vers le subcontinent indien puis vers le gros consommateur japonais. Dans un plan plus large encore, il prenait des positions stratégiques proches de la Chine. La puissance économique et financière des Etats-Unis était à son apogée, l’euphorie de la victoire envisagée aussi. Le prix du baril très bas (autour de 24 dollars) permettait de maintenir les Russes au bord de l’asphyxie. Chinois et Russes avaient reconnu l’utilité de la “guerre contre la terreur”, occupés de leurs Tchétchènes et Ouigours respectifs. L’Europe s’était divisée, on y ignorait les Allemands, on y punissait les Français.

Que reste-t-il de ce moment de grâce ?

La “ campagne irakienne ” mobilise encore des dizaines de milliers d’hommes dans un pays menacé par l’éclatement, dominé par son voisin iranien. En Afghanistan, les Taliban ont repris le contrôle de régions entières. Les forces de l’OTAN, entraînées d’une opération de reconstruction et de maintien de la paix dans une guerre menée contre une partie des Afghans, s’épuisent sans décision. Les pays d’Asie centrale se sont repliés sur des positions prudentes quand ils n’ont pas regagné le giron russe. Moscou s’est installé dans une partie du Caucase, déstabilisé. Le prix du baril, en hausse exponentielle (150 dollars en été 2008) a permis le rétablissement de la santé et de la puissance russe (autour de 7 % de croissance pendant cinq ans). La Chine, gonflée de dollars, tient la plus grande partie de la dette américaine. L’Europe continue de tergiverser. Et une crise sans précédent sape les fondements de la puissance économique et financière américaine – et ravage la planète.

Le cycle est donc, à l’évidence, nouveau. Les projets réels du nouveau président américain sont aussi illisibles que l’avenir du monde. Et les problèmes présents bien urgents. Parce l’Afghanistan est resté cette zone tampon compliquée enclavée entre l’Iran, l’Asie centrale (ex URSS), et le subcontinent indien (Pakistan, Inde) - jusqu’à la Chine, au nord-est – où près de 70000 hommes stationnent qu’il faut approvisionner, avec, cela va sans dire, l’autorisation des voisins proches. Or, nous dit George Friedman (Stratfor) pour le New York Times (3), “ les Taliban n’ont pas attendu longtemps pour tester Barack Obama. Mardi, des militants on bombardé la région de la Khyber Pass au Pakistan, coupant la ligne d’approvisionnement aux forces de l’OTAN dans l’Afghanistan voisin ”. Précisons que 80 % de la logistique nécessaire transite par le Pakistan.

“ L’attaque était un nouveau rappel de la vulnérabilité de la ligne d’approvisionnement au travers du Pakistan. Ce qui signifie que l’administration Obama devra envisager des routes alternatives au travers de la Russie ou d’autres parties de l’ancienne Union soviétique ”. Au même moment, le président du Kirghizistan Kurmanbek Bakiev demandait le 19 février aux Etats-Unis de quitter dans les six mois un centre logistique présenté comme vital par les Américains, la base militaire de Manas, puis décidait le 6 mars, avec l’appui du Parlement khirgize, “ d’annuler les accords sur la base aérienne de Manas avec les membres de la coalition dirigée par les Etats-Unis pour lutter contre les insurgés taliban en Afghanistan ”. (Agence chinoise Xinhuanet).

Selon la même agence, le président russe, en visite d’Etat en Espagne début mars, après avoir rappelé que le Kirghizistan était un pays souverain, indiquait pour sa part que son pays poursuivrait sa lutte contre l’extrémisme et sa coopération avec les pays occidentaux : “ Nous avons déjà présenté un certain nombre de propositions concernant le transit des approvisionnements non militaires depuis les Etats-Unis. Nous avons conclu des accords du même genre avec la France et l’Allemagne. Nous avons aussi résolu des affaires similaires avec l’Espagne. Alors, nous sommes convaincus que ce genre de travail devra continuer ” (4). Et s’étendre, cette fois, aux approvisionnements militaires, c’est de cela dont Barack Obama a besoin.

Oui, mais à quel prix ? Eh bien si la géographie ne change pas, les intérêts des Russes non plus. Cesser le harcèlement entrepris par l’administration Bush sur leurs frontières et dans leur zone d’influence est un minimum : il y a eu les révolutions diversement colorées soutenues et financées par Washington, puis l’offre faite aux pays frontaliers du Caucase d’intégrer l’OTAN (Ukraine, Géorgie), les tentatives de mainmise sur les pays d’Asie centrale, leurs richesses et les corridors de transit des hydrocarbures, ou encore les bases de missiles anti missiles en projet en Pologne (missiles) et en République tchèque (radar) sous le prétexte de lutte contre des missiles nucléaires iraniens inexistants – entre autres rebuffades à toutes les ouvertures souhaitées par Moscou.

On voit bien aujourd’hui les concessions nécessaires (et en cours) pour l’administration de Barack Obama. Rencontre d’Hillary Clinton et de Sergueï Lavrov (5), reprise des relations Russie OTAN “gelées” depuis la guerre éclair en Géorgie, recul sur l’intégration de l’Ukraine et de la Géorgie dans l’OTAN, remise aux calendes des projets anti missiles, proposition de négociation sur l’armement nucléaire – quels qu’en soient les modalités, c’est toute une attitude délibérément agressive de l’ancienne administration américaine qui est soumise à révision, réalisme oblige. Révision qui sur le fond, pose des questions à moyen et long terme. Quelle est la portée de ces arrangements, des deux côtés ?

Les Russes avaient déjà évoqué la possibilité de coopérer à l’éviction des Taliban en Afghanistan – où ils ont mené une guerre de décembre 1979 à février 1989, précisément parce qu’ils ne voulaient pas, ne veulent pas plus aujourd’hui, d’un régime islamiste extrémiste sur leur flanc sud. “ Les Russes subirent de lourdes pertes dans les premiers mois de leur intervention mais surent tirer les enseignements de leurs échecs : réorganisés en commandos de chasse, ils obtinrent de nombreux succès tactiques que les Américains ont reconnus mais dont ils n’ont pas tiré les leçons. Trop peu nombreux pour contrôler le pays (c’est aussi le cas des troupes de la coalition) les Soviétiques réussirent à tenir les grandes villes et à contrôler les principaux axes routiers (mieux que les Occidentaux actuellement) tout en formant au combat une armée nationale afghane (ce qui est à nouveau tenté aujourd’hui ” (6).

Pour autant, souhaiteraient-ils une vraie “victoire” américaine ? On peut en douter. Mais ils savent qu’une installation à demeure est impossible : “ Les Soviétiques ont vérifié ce que les Britanniques avaient compris au 19ème siècle : on ne peut pas réussir la conquête militaire de l’Afghanistan. Les Anglais perdirent les trois guerres qu’ils y menèrent et ils se souviennent du massacre des 16000 hommes de la colonne commandée par le major général Elphinstone en janvier 1842 ” (6). Ils savent aussi qu’Inde et Pakistan se disputent – et se disputeront – l’influence sur ce curieux et ingouvernable patchwork de tribus, langues et religions en lutte perpétuelle qu’est l’Afghanistan. La limite de leur coopération est donc claire : pas de Taliban – d’extrémistes radicaux - une main dans le jeu complexe d’une région stratégique, pas de domination américaine sans partage.

A Washington, on refuse toujours, officiellement (Hillary Clinton dixit), de reconnaître une zone d’influence à la Russie. Mais il faut bien sauver les meubles quand on n’est pas “ pas en train de gagner la guerre ”. Que le Pakistan voisin, seul pays musulman qui dispose de l’arme nucléaire, inextricablement lié à la guerre afghane par ses provinces frontalières qui servent de base arrière à différents groupes de combattants, s’enfonce, depuis le départ du général Musharraf, dans le chaos et l’instabilité. Mauvais calcul d’avoir voulu le départ d’un homme qui tenait l’armée pour une Benazir Bhutto réputée plus souple et rapidement assassinée (27 décembre 2007) ? Son époux et actuel président, Asif Ali Zardari, ne semble pas en mesure de rassembler le pays – à la “ profonde inquiétude ” de Barack Obama.

Alors on pare au plus pressé – on cherche des Taliban “modérés” ( ?) à qui parler, on s’approche de l’Iran (et les Russes y ont leurs entrées) qui pourrait être disposé à apporter une aide contre le trafic d’opium, peut-être. Hillary Clinton est dépêchée en Chine, au Moyen-Orient, puis en Europe sans oublier la Turquie (une diplomatie effrénée) pour expliquer, mobiliser, convaincre. Des missi dominici (Richard Holbrooke, George Mitchell) expérimentés sont partout en mission de la Méditerranée au Pakistan. Pour autant, Barack Obama a-t-il abandonné les grands desseins américains ? Le contrôle des routes des hydrocarbures, le containment de la Russie, de la Chine ? Pas dans ses discours à usage interne, et il semble que, concrètement, il tente de se laisser toutes les portes ouvertes pour qu’après la crise qui bouscule si profondément son pays, les Etats-Unis soient en position de reprendre la conduite du monde qu’il a promise aux Américains. Que les audacieux parient...

En attendant, pressé par les circonstances, il doit marchander – était-ce seulement imaginable il y a trois mois ?

Nous vivons des temps extraordinaires.

Hélène Nouaille

Cartes :

Le Caucase et l’Asie centrale : http://ww1.huntingdon.edu/jlewis/syl/IRcomp/Maps/AsiaCaucasus-CentralAsia.gif

Carte des opérations de l’OTAN en Afghanistan en mars 2008 : http://doc.operationspaix.net/serv1/Fias_2008-03_.pdf

Notes :

(1) The Times, Tim Reid in Washington et Michael Evans, Defence Editor, le 9 mars 2009, Obama says US is losing war in Afghanistan and hints at Taleban talks http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/asia/article5869476.ece

(2) The Washington Post, Robert Kagan, le 9 mars 2009, Foreign Policy Sequels

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2009/03/08/AR2009030801493.html ?wpisrc=newsletter&wpisrc=newsletter&wpisrc=newsletter

(3) The New York Times, le 3 février 2009, George Friedman, Afghan Supplies, Russian Demands

http://www.nytimes.com/2009/02/04/opinion/04georgefriedman.html

(4) Xinhuanet, le 3 mars 2009, Medvedev : Moscou irresponsable pour la fermeture de la base de Manas

http://www.french.xinhuanet.com/french/2009-03/03/content_828152.htm

(5) TSR Info.ch, le 6 mars 2009, Hillary Clinton et Sergueï Lavrov ont convenu de relancer les relations entre les USA et la Russie http://www.tsr.ch/tsr/index.html ?siteSect=200002&sid=10421027&cKey=1236373279000µ

“ La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov ont convenu vendredi à Genève de relancer les relations entre les 2 pays. "C’est un bon début", a jugé la responsable US. Les 2 chefs des diplomaties ont annoncé vouloir conclure avant la fin de l’année un accord sur le Traité de réduction des armes stratégiques (START-1). Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou partageait les priorités internationales de Washington et que les deux pays ont convenu de travailler "de manière franche et ouverte comme partenaires" sur les sujets de désaccord ”.

(6) France Catholique, lundi 9 mars 2009, Afghanistan, une guerre perdue pour la France ?

http://www.france-catholique.fr/Afghanistan-une-guerre-perdue-pour.html

Léosthène, Siret 453 066 961 00013 FRANCE APE 221E ISSN 1768-3289. Directeur de la publication : Gérald Loreau (gerald.loreau@neuf.fr) Rédactrice en chef : Hélène Nouaille (helene.nouaille@free.fr) Copyright©2009. La Lettre de Léosthène. Tous droits réservés.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>