COMITE VALMY

Accueil du site > - L’UNION de la RESISTANCE, le CNR, son programme, NOS REFERENCES. > Ca vote, ça s’agite et ça empapaoute dur par Dimitri (16 octobre)

Ca vote, ça s’agite et ça empapaoute dur
par Dimitri (16 octobre)

mercredi 19 octobre 2011, par Comité Valmy


M. Aubry accuse F. Hollande d’être le « candidat du système » et une « couille molle ». Le cultivé F. Hollande, par sous-chef interposé, décerne le « label Marine Le Pen » à M. Aubry.

Le Monde de référence (de la banque Lazard) explique aux nuls le sens savant du terme « système » employé souvent par le Front National.

Mme S. Royal qualifie M. Aubry de voleuse. Une menteuse et une magouilleuse dit-on dans son entourage.

L’arbitre L. Joffrin s’énerve : « Comment, si elle est battue dimanche, Martine Aubry pourra-t-elle soutenir soudain un homme qu’elle a cherché à piétiner pendant toute la fin de campagne ? Qui croira à la sincérité de son ralliement ? Si le caractère de Hollande est inexistant, mieux vaut laisser Sarkozy à l’Elysée : au moins, c’est un mec qui a des couilles … » Ils finiront par voter Sarkozy pour éviter Le Pen !

M. Montebourg : A titre exclusivement personnel, je prendrai volontiers un ministère chez Hollande. A titre collectif, mes supporteurs se contenteront de leur liberté.

Et voilà ce que je pense de François :

« Voilà dix ans qu’il dirige le PS, son passif est lourd. » « Ségolène n’a qu’un seul défaut, c’est son compagnon ». « Quel est le point faible de François Hollande ? C’est sa candidature ». « Hollande, c’est Flamby ! ». « c’est un crétin que l’on mènera » (1848). Pour le reste, le Melenchon de l’intérieur essaie de nous impressionner avec ses mots savants (« deux candidats impétrants ») appris auprès de sa comtesse. C’est un empapaouteur.

* * *

Pendant ce temps-là
- Les journalistes du “système” décrètent que les primaires du Parti Démocrate (alias PS) sont une avancée démocratique ! Et ils appellent le Parti Républicain (alias UMP) de faire autant. Le prix de Dianne est lancé. Il sera suivi par le Prix de l’Arc de Triomphe de la droite dite républicaine.

- Le club Terra nova (et autres) distribue des programmes et éléments de langage sur mesure. Tout candidat a son programme. Il suffit de l’apprendre par coeur. Des fois, c’est cocasse. Ca me rappelle Antoine Doinel devant sa glace !

Souhaitez-vous “ un Cohen qui nationalise soft ” “un Cohen qui privatise dur ”, “ un package de dette souveraine ” ? Prendrez-vous “un ensemble de convictions avec ou sans classe ouvrière ”, “ un guide de gestion des supporteurs ” ? Désirez-vous quel niveau “ de paralysie de l’administration Obama ” ? “ Avec le label Ecole Normale ou sans ? ”

Les communicants adaptent le programme aux catégories socioprofessionnelles. Pour les cadres, le projet du candidat est singularisé en termes d’offre et de demande. Pour les universitaires (qui sont les plus apolitiques) on rappelle les définitions élémentaires. Parfois le candidat confond le public et le programme. Par exemple, une candidate se referait au Programme National de la Résistance !

Dans le brouillard idéologique total du PS, des supporteurs nombreux, fatigués, pour éviter la guerre civile entre courants, clament : “ votons suivant nos idées ”. Les pauvres ! Ils ne savent pas que leurs idées sont celles de Terra nova ! (voir les arguments et les sponsors sur le site de Terra nova).

Il n’y a plus de militants au PS. Il n’y a que de supporteurs. A 20 euros. Juste pour exercer sa liberté de voter et de faire des rencontres. Les supporteurs ayant un statut social élevé sont violents sous le vernis de la sérénité (Harold Pinter a bien décrit ce milieu). Leurs stratégies de domination physique, psychologique et sexuelle les conduiront aux instances dirigeantes. Les supporteurs fonctionnaires, employés sont les plus sincères (c’est “la base matérielle qui détermine la conscience”). Ils travaillent sans aucune récompense. Ils devraient être au PC mais ils se sont réfugiés au PS par atavisme et par peur des bolcheviques et les islamistes de la “banlieue francophone”.

“ Il vaut mieux un gouvernement de gauche qui saupoudre des petites choses, respecte un peu mieux la démocratie et entend les voix radicales qu’un gouvernement UMP qui continue la casse bien accélérée depuis 4 ans”, disent-ils résignés.

Position modeste, attentiste, conservatrice. Le capitalisme comme horizon indépassable est l’axe idéologique du nouveau club (de la petite bourgeoisie éclairée). Le pragmatisme, le saupoudrage, et la compromission douce comme pratique caractérise aujourd’hui la social-démocratie.

On notera que les supporteurs ainsi que les journalistes du “système” n’appellent plus le PS par son nom mais emploient le symbole “gauche”, ruse des spécialistes du marketing. Il y a une raison à cela. Suivant le modèle américain, la “démocratie” est optimisée à deux partis-clubs. Ainsi, en France on doit arriver à terme à une “offre à gauche” et une “offre à droite”, toute autre sensibilité doit s’exprimer à l’intérieur de ces deux clubs électoraux. D’ailleurs, les termes “gauche” et “droite” doivent disparaître progressivement. A droite, la présidente du Medef a entreprit “l’élimination” du Front National et son intégration comme Tea Party au sein de “offre à droite”. Le PS risque de laisser des plumes si son arme principale “la défense de la démocratie contre le FN” est partagée par l’“offre à droite”. La différentiation de deux partis-Etats deviendra inopérante. Si le Diable meurt, Dieu n’aura pas beaucoup de sens. La disparition-intégration du Front Nationale entraînera fatalement celle du PS, le risque étant – il faut être conscient – l’arrivée du parti de Valls pour remplir le vide de l’“offre à gauche”.

* * *

La défense de l’Occident de Bardèche-BHL (deux variantes avec le même objectif) nous a coûté déjà trop cher. L’expérience progressiste de la social-démocratie en 1981 nous a amené deux ans plus tard les excellents Fabius-Rocard-Aubry-Hollande-DSK. Plus jamais ça !

Que faire ?

Tout simplement de la politique ! Oser penser. Oser penser l’égalité collectivement. Oser devenir citoyen. Revenir à l’époque où démocrate était considéré comme une insulte. Réapprendre nos valeurs universelles.

Programme ?

Le Programme National de la Résistance, écrit par le sang et les larmes, suffit par ces temps.

http://dimitri-blog.fr/


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette