COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > Journée Militante du 27 9 11 à l’Hôpital St Vincent de Paul Discours de Marise (...)

Journée Militante du 27 9 11 à l’Hôpital St Vincent de Paul
Discours de Marise Dantin, Secrétaire Générale CGT de l’hôpital Cochin

vendredi 30 septembre 2011, par Comité Valmy


Depuis l’élection de SARKOZY en 2007, la réforme de la santé s’est mise en place sans réelle opposition. Cette réforme a pour but de privatiser le service public hospitalier.

Avant 2007 le financement des hopitaux se faisait par un budget global que l’on déclinait par services selon les besoins. Désormais, avec l’application de la loi HPST portée par Mme BACHELOT, le financement se fait à l’activité dit : T2A. C’est à dire que chaque acte effectué sur un patient est codifié. Tel malade va être rentable que tel autre. Ainsi, un malade bénéficiant d’un geste technique ou d’une chirurgie impliquant une courte hospitalisation va être plus rentable qu’un malade atteint d’une maladie chronique avec des problèmes sociaux et psychologiques nécessitant une hospitalisation prolongée.

Cette réforme a pour but d’affaiblir voir supprimer le service public hospitalier : comment ?

En supprimant ou en mutualisant les services

En créant une pénurie de personnel. Certains para médicaux travaillent un jour ou une semaine dans un service et un jour ou une semaine dans un autre service.

En créant des pôles avec leur incohérence : ainsi on voit à Cochin un pole « maternité-urologie ». Les femmes qui viennent accoucher se perdent dans cette formulation.

Si l’on croit que la médecine est une marchandise, les Directeurs d’hopitaux deviennent des chefs d’entreprise.

Le résultat à court terme de cette réforme marchande est que certaines activités non rentables sont abandonnées. Certaines sont restructurées ou mutualisées. Et l’on assiste à des fermetures d’hopitaux comme Saint Vincent de Paul aujourd’hui mais aussi l’Hotel Dieu, Trousseau ,Beaujon … la liste n’est exhaustive pour demain. Le gouvernement s’attaque aussi au statut des personnels hospitaliers en supprimant les hopitaux publics en établissements à missions de services publics. Le changement de nom n’est pas anodin et a une grande conséquence, il n’y aura plus de titulaires mais seulement des contractuels ce qui facilitera les « restructurations sociales » et, la possibilité de licencier. Le coût du personnel représente 70% du budget de l’hopital, le personnel deviendra la principale variable d’ajustement. 80ù DES Français meurent à l’hopital et, rajoutons que l’hopital public est le lieu de formations de l’ensemble des soignants. Rappelons enfin, que pratiquement tous les hopitaux de l’AP ont été ouvert par des hommes humanistes soucieux du bien de la population, sans souci de rentabilité ou de bénéfice.

Comme Saint Vincent de Paul qui lui s’est seulement préoccuper du devenir de ces enfants dont personne ne voulait.

Nous ne pouvons assister en spectateurs impuissants à l’effondrement de notre système de santé, la CGT a toujours été de tous les combats et, appelle à un sursaut populaire pour que cesse cette politique libérale. Nous ne les laisserons pas sacrifier toute une génération au nom d’intérêts de certaines personnes bien placées afin qu’ils puissent investir en bourse.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>