COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > LE GRAND COMMIS , SES COMMANDITAIRES, CEUX QUI LES CAUTIONNENT Par Michel (...)

Une réflexion marxiste après le dernier bla-bla-bla médiatique de Nicolas Sarkozy

LE GRAND COMMIS , SES COMMANDITAIRES, CEUX QUI LES CAUTIONNENT Par Michel Peyret

samedi 7 février 2009, par Comité Valmy


Après la dernière prestation du « Chef de l’Etat », j’aurais intitulé le tract d’une organisation communiste : "Le grand commis" .

Le grand commis du capitalisme , le grand commis des capitalistes bien sûr !

Ce n’est pourtant pas le premier grand commis de ce genre .

ILS SONT TOUTE UNE LIGNEE

Ils sont toute une lignée à avoir animé des gouvernements de toutes tendances , de droite , de gauche , ou de cohabitation qui se sont succédés pour gérer le capitalisme .

Ils sont toute une lignée à avoir disposé de l’appareil d’Etat et des pouvoirs qu’il leur donne pour imposer , dans tous les sens du terme , c’est-à-dire à la fois par l’idéologie et par la contrainte , des politiques tendant à assurer aux sociétés capitalistes les meilleures conditions possibles pour exploiter , dominer, aliéner les différentes couches de salariés , ceux qui ne peuvent plus l’être , c’est-à-dire les chômeurs , ou tous ceux appartenant aux 8 millions de français qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté tant ils sont "pompés" sous différentes formes par les entreprises appartenant aux capitalistes ou par celles d’Etat qui n’en font pas moins pour leur être utiles sinon indispensables au même titre que les autres ...

Une longue lignée donc de ces Présidents et gouvernements dont chacun a perpétué et aggravé les conditions de vie et de travail alors que dans le même temps les progrès de la productivité auraient dû au contraire permettre que l’accroissement des richesses produites qui en résulte satisfasse mieux les besoins et aspirations à une vie meilleure de la très grande majorité des salariés et de ceux qui devraient l’être .

Une longue lignée de ces présidents et gouvernements qui , tour à tour , ont apporté leur contribution à l’apparition , à l’affirmation , puis à l’explosion de la crise de ce système de "pompage" organisé par les mêmes , les puissants maîtres des entreprises publiques ou privées , au détriment des mêmes , leurs salariés du secteur public ou du secteur privé ...

Et , manifestement , le dernier en date de cette lignée veut aller encore plus loin au service des mêmes sans davantage entendre la voix , les cris de la pauvreté et de la misère insupportables , de la paupérisation véritable de toutes les couches de salariés , sans voir les manifestations de colère et de révolte qui en résultent , la jeunesse au premier rang , alors que la crise du système s’approfondit , lourde de ses menaces dont on commence à percevoir quel peut être leur contenu destructif .

IL NE SUFFIT PLUS DE SE DIRE ANTICAPITALISTE

A l’évidence , il ne suffit plus de se dire "anticapitaliste" alors que les générations qui se succèdent et considèrent le capitalisme comme négatif ne peuvent ou ne veulent jamais y mettre un terme...consacrant en fait une intégration approfondie dans ce système qui les dévore !

En fait , il faudra bien , et le plus tôt sera le mieux , cesser de se dire "anticapitaliste" !

En fait , cela voudra dire que l’on aura pris les résolutions nécessaires pour en finir avec le capitalisme et ses crises mortifères !

En fait , cela signifiera l’engagement du processus conduisant à une autre société .

En fait , il n’y a pas de secret , il n’y a pas d’échappatoire , pour y parvenir .

LA QUESTION DES QUESTIONS

En fait , la question des questions est celle du pouvoir , celle de savoir qui détient le pouvoir effectif .

De longtemps , ceux qui ont le pouvoir , ceux qui décident ne sont pas les« grands commis »qui se succèdent , cette lignée de « grands commis » qui ont été placés à la tête de l’Etat .

De longtemps , au moins depuis Marx , on sait que ce sont ceux qui ont la propriété qui ont le pouvoir .

De longtemps , au moins depuis Marx , on sait que ceux qui ont le pouvoir se construisent un Etat pour conserver ce pouvoir , c’est-à-dire un ensemble d’institutions qui ont comme fins de l’établir juridiquement et constitutionnellement , et un ensemble de structures et de services , en bref tout un appareil d’Etat destiné à perpétuer leur domination sur l’ensemble de la société , sans lésiner sur les moyens pour ce faire .

De longtemps , au moins depuis Marx , on sait ce qu’il convient de faire pour sortir du capitalisme , de son système économique et de cet appareil d’Etat .

CE QUI N’A JAMAIS ETE FAIT

Mais aussi , de longtemps , au moins depuis Marx , on sait que cela n’a jamais encore été fait .

Jamais encore un peuple s’est donné la propriété et les pouvoirs qu’elle assure .

L’appropriation sociale reste en devenir .*

Jamais encore cet instrument de perpétuation de la domination de classe qu’est l’Etat n’a été « brisé » , pour reprendre là la formulation forte de Marx , et aller vers l’auto-administration de la société par elle-même .

Il convient d’avoir le courage de le dire aux travailleurs , aux salariés , qui représentent aujourd’hui 92% de la population active : pour en finir enfin avec le capital , ses crises , sa domination , ses exploitations et aliénations , il est impératif de se donner ces moyens de construire une vie nouvelle dans une société et une civilisation nouvelles , d’ouvrir le processus de mise en pratique de ces orientations .

IL N’Y A PAS DE SECRET

Il n’y a pas de secret , il convient de faire vivre les paroles de ce qui est le chant qui a rythmé les luttes des travailleurs depuis cette fin du 19eme siècle , l’Internationale :

« Il n’est pas de sauveur suprême ,

« Ni Dieu , ni César , ni Tribun ,

« Producteurs , sauvons-nous nous-mêmes ,

« Décrétons le salut commun ! »

Oui , faire vivre l’espérance est à cette condition .

Par bien des aspects , ce qui s’est passé ce 29 janvier est annonciateur .

Et d’abord dans les consciences : la crise du capitalisme a révélé la nature profondément nuisible et irrationnelle de ce système , pour beaucoup il s’agit là de révélations !

Et les discours et argumentations des grands commis du capital et des bonimenteurs politiques intégrés du système ont trouvé là leurs limites .

Des portes se sont ouvertes ...

le 7 février 2009

Michel Peyret

4 Messages de forum

  • aujourd’hui,selon les déclarations de l’écrivain marc FIORENTINO(un trader ne meurt jamais)le pouvoir est détenu par les supers traders pas ceux que l’on voit avec des telephones,mais ceux qui sont dans les salles de travail.pour l’auteur ancien trader lui meme,ceux qui sont dans les salles ce n’est pas pour le fric mais pour le pouvoir,je pense qu’aujourd’hui ces messieurs font la pluie et le beau temps,et que les pouvoirs aprés les avoir installés la ou ils sont s’apercoivent qu’ils sont pieds et mains liés par ceux-ci.il sera indéniable et par la force des choses de revenir aux nationalisations,l’EUROPE n’existe plus, le traité de maastrich est caduque,puisque chaque pays essaye de tirer son épingle du jeux,cela est contraire au dit traité.
    • Bien vu, bien pensé. A l’évidence l’europe fédérale supra nationale a rendu l’âme. J’en suis heureux. S’il faut reconstruire l’europe que ce soit celle des Nations, celle des peuples et pas cette inepsie au service de l’atlantisme et du capital , celle de Maastricht, Amsterdam et Lisbonne.
  • Oui, cent fois, mille fois oui là est la solution d’une évidence qui crève les yeux . Qui peut attendre une solution socialement acceptable de gouvernants qui , sans scrupule, nous ont menés à cette catastrophe . Lors de la manifestation du 29 janvier, j’ai crié "LE POUVOIR AU PEUPLE" mais personne n’a repris ce slogan . De quoi ont-ils peur ? La situation ne peut être pire .
  • salut

    Une simple réponse et un simple rappel

    L’histoire française, depuis les rois en passant par la révolution et mai 68, nous apprend malheureusement que l’histoire se répète constamment. Combien de fois le peuple s’est il révolté contre les abus des pouvoirs, leurs arrogances, leurs privilèges, la liberté … …. Et rien ne change !!! Que ceux qui parlent de liberté, de défense de liberté, de libéralisme, religieux ou politique, n’ont plus impitoyablement saisi, enchaîné, enregistré, fiché, minuté, réprimé, taxée la vie. Aucune révolution ou insurrection ne sont la solution. Les révolutions dans le monde n’ont rien changé pour preuve il y a toujours des opprimés et des oppresseurs, des spoliés et des spoliateurs. La disparition des hiérarchies des biens, de jouissances, de privilèges n’a pas eu lieu. Parce que les révolutions ont abouti à une vengeance sans fin, elles se sont appuyées sur l’envie des pauvres d’hier de devenir riches et s’organise à l’imitation de la vie des riches. Comme le disait Piotr Kropotkine qui, rentrant en Russie en juin 1917, après quarante ans d’exil, se voit offrir le ministère de l’instruction publique ; atterré, il refuse par ces mots : « La révolution, ce n’est que ça ? Remplacer un ministre par un ministre, une instruction d’état par une autre instruction d’état, imposée ! Au lieu de libérer l’imagination, les dons, le génie peut-être, de l’élève et du maître, leur joie de se lancer à la recherche de toutes les richesses possibles de la création comme de la connaissance. Vous enterrez déjà la révolution ». Notre libération de cette prison sans barreaux se trouve en nous, ne soyons pas des moutons parqués par des lois, des dogmes, des pouvoirs illusoires, des superstitions, l’état providence etc, parce que c’est nous qui leurs en donnons de l’importance, ils ne sont pas indispensables. Ne soyons pas des humains en paroles ou bonnes pensées, changeons les en actes (Comprenez par là que la notion de pouvoir est en nous tous et qu’il ne suffit pas d’éliminer des chefs pour que tout soit résolu, car si l’homme ne change pas de fond en comble on ne fait que perpétuer sous d’autres formes le système de pouvoir). La liberté est en nous, parce que nous devons croire en nous, dans une transformation humaine ou spirituelle personnelle et collective sociale. Ne perdons pas le sens de la vie en tant qu’être humains, nous avons la possibilité de construire l’espérance dans la main, la tête et le cœur qui sont notre seul devenir. Construisons un monde où il y a de la place pour tout le monde, toutes les mentalités, tous les visages, toutes les couleurs, toutes les ethnies, toutes les pensées, toutes les philosophies etc. Nous ferons surgir ainsi une nouvelle lumière ou espérance dans cette société de haine, de sang, de mensonge, de pensée unique, de préjugés …. Contre toutes ses armes, nos armes sont la vérité, la justice, l’amour qui nous guériront de cette société en crise. Par conséquent, il s’agit de redistribuer toutes les richesses, tant matérielles qu’humaines ou spirituelles nécessaires au bien-être de tous. Ainsi, nous pouvons suggérer ”sans rien imposer” d’aménager les jardins publics pour y trouver un espace maraîcher collectif (modalités d’usage à définir) ; une aire de détente et de jeux ; des arbres fruitiers, de prendre possession de la place publique (payées par nos impôts) de créer, prendre possessions de nos biens. Il y a donc deux voies possibles d’évolution de l’histoire :
    - pacifiste : par la transformation volontaire et consciente de tous les hommes (même les opulents et nantis, les oppresseurs de tous bords) vers une société juste et plus humaine ;
    - non violente : par la reprise de l’Héritage terrestre aux voleurs dans des actions qui leur sembleront violentes. Ce texte est une façon d’interpeller notre vigilance/bienveillance pour que les actions aillent dans le sens d’une désobéissance civile constructive. Résister, c’est créer l’Utopie ici et maintenant. C’est déjà créer une contre-société en nous avec les outils de l’amour et de la liberté sans préjugés pour une nouvelle civilisation. Pour plus d’informations sur notre façon de voir les choses, pour échanger (mentionnez ce texte "Insurgeance : à chacun d’agir ! " : écrivez à ventsteppes@free.fr et visitez le site http://ventsteppes.free.fr Pour toutes infos tél : 0661721692 10/2008 Ce tract et l’idée ont été créés par vent dans les steppes http://ventsteppes.free.fr (orga anarcho-agnostique qui s’inspire d’une proclamation de vie donnée à Arès qui s’appelle « La Révélation d’Arès » en librairie ou voir site : http://michelpotay.info/index.html


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette