COMITE VALMY

Accueil du site > - L’ENNEMI COMMUN DES PEUPLES : l’impérialisme étasunien > Réflexions sur les événements en Afghanistan par M.K. Bhadrakumar.

Réflexions sur les événements en Afghanistan
par M.K. Bhadrakumar.

jeudi 19 août 2021, par Comité Valmy


Réflexions sur les événements en Afghanistan

1. Effondrement de l’armée afghane

Les médias sociaux ont rapporté qu’à la résidence de Kaboul du conseiller à la Sécurité nationale afghan Hamdullah Mohib, qui a fui précipitamment au Tadjikistan samedi avec le président Ashraf Ghani, trois 4×4 Toyota Landcruiser ont été trouvés remplis de billets de dollars américains.

Mohib était le roi de l’ombre de l’Afghanistan. Il contrôlait le budget de la défense du pays. Au cours de l’année à venir, il aurait géré plus de 3 milliards de dollars, que les États-Unis ont affectés à l’aide aux forces armées afghanes. Les Taliban ont gâché sa fête.

Le mystère de la perte de la volonté de combattre des forces armées afghanes n’est en fait pas un mystère du tout. La principale raison en est le détournement du budget de la défense. Dans le système mis en place par Ghani, Mohib, son larbin de confiance, contrôlait le Ministère de la Défense – et non le ministre de la Défense – et il s’est manifestement bien débrouillé – et probablement Ghani aussi. L’avenir nous le dira.

Les combattants Taliban posent pour une photo de famille et se détendent dans le palais présidentiel, Kaboul, Afghanistan, 15 août 2021.

Les soldats recevaient rarement l’intégralité de leur solde, car les officiers empochaient l’argent, ce qui explique le taux élevé de désertion des hommes enrôlés. Les soldats vendaient souvent leurs armes fournies par les États-Unis sur le marché noir pour gagner leur vie.

En d’autres termes, l’armée a perdu la volonté de se battre pour un gouvernement décrépit qui manquait de légitimité, était inepte et indifférent aux besoins et aux doléances de la population – et pour un dirigeant qu’elle méprisait.

Le contraste avec l’armée afghane mise sur pied par les Soviétiques au début des années 1980 ne pourrait être plus net. Najibullah a tenu bon pendant trois ans après le retrait des troupes soviétiques et n’a démissionné que lorsque Moscou a cessé toute assistance – même la farine de blé pour faire du pain. L’armée était disciplinée, bien entraînée et endoctrinée politiquement, et le corps des officiers formés dans les académies militaires soviétiques imposait le respect.

La bataille de Jalalabad (1989) est son heure de gloire : le Pakistan a organisé un siège de la ville pour en faire le siège du gouvernement provisoire des moudjahidines, mais il a échoué.

Au cours des vingt dernières années, les États-Unis ont soi-disant formé l’armée afghane aux normes de l’OTAN, forte de 300 000 hommes, mais lorsque la bataille a été engagée en mai, elle a commencé à s’effriter sous la pression des Taliban.

Lorsque la corruption ronge les entrailles d’une nation, les structures de l’État se décomposent et s’effondrent. Et lorsque les dirigeants perdent le respect du peuple, la guerre est perdue.

Lors de la célèbre émission de Mehdi Hasan sur MSNBC le 16 août, l’ambassadrice afghane à Washington, Adela Raz, a déclaré que Ghani et ses acolytes ont tout simplement vidé le Trésor afghan et sont partis avec le butin. La démission du ministre afghan des Finances, Khalid Payenda, et sa fuite de Kaboul, le 11 août, tombent sous le sens ! Le pauvre homme craignait le jour du jugement. Il n’a même pas dit où il allait.

Les décideurs politiques indiens ne pouvaient pas ignorer qu’une cabale dirigeait l’Afghanistan, mais ils ont délibérément choisi de l’ignorer. C’est incompréhensible. Lundi dernier encore, l’Inde s’est démenée pour permettre au gouvernement de Ghani de se présenter au public international depuis la tribune du Conseil de Sécurité des Nations unies. Elle a ignoré une demande formelle du Pakistan de participer à la discussion du Conseil de Sécurité de l’ONU, le peuple de Ghani s’est réjoui !

Le meilleur espoir est qu’aucun groupe d’intérêt n’existait au sein de l’establishment indien, comme ce fut le cas pour les États-Unis. Le Washington Post a révélé que les commandants du Pentagone ont menti et que la « guerre éternelle » continuait. De toute évidence, un filon de corruption était en place à Kaboul.

C’est ce qui se passe lorsque les agences secrètes de l’État sont au-dessus des lois. Un lien s’est formé entre des gros bonnets de Kaboul comme Mohib de la NSA et des éléments voyous décrépits au sein de l’armée américaine, et ils ont contrecarré toutes les tentatives de mettre fin à cette guerre. Le fait déconcertant est qu’en Inde aussi, un lobby déterminé a défendu la « guerre éternelle » contre toute logique, et Mohib était aussi notre homme à Kaboul.

• source : https://www.indianpunchline.com

Le ministre des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi (deuxième à partir de la gauche) s’entretient avec une délégation composée de hauts responsables politiques afghans de l’ancienne Alliance du Nord, Islamabad, 16 août 2021.

2. Les pousses vertes de la politique réapparaissent

L’explosion de la vie est inarrêtable. Les premiers bourgeons sortent leurs racines de la terre à peine Ashraf Ghani a-t-il fui Kaboul dimanche, sans rien dire à personne, emportant un énorme butin de richesses mal acquises volées à son peuple. Et les pousses vertes de la reprise politique apparaissent.

Des soins tendus et urgents sont nécessaires. La région se mobilise. Le Pakistan a pris la tête du mouvement.

Dimanche après-midi, une galaxie de hauts responsables politiques afghans, issus pour la plupart de l’ancienne Alliance du Nord de la fin des années 1990, est arrivée à Islamabad pour discuter avec les dirigeants pakistanais de l’intégration des Taliban. La délégation comprenait trois personnalités de premier plan de la vallée du Panjshir, des dirigeants vétérans hazaras, le Jamiat-e Islami, le Parlement afghan (dont, fait intéressant, le fils aîné du dirigeant tadjik de Mazar-i-Sharif Mohammed Atta Noor).

Il ne fait aucun doute que le fait que le Pakistan accueille les principaux dirigeants de l’ancienne Alliance du Nord, qui a été le fer de lance de la résistance anti-talibane dans les années 1990, constitue une évolution spectaculaire. En d’autres termes, avec l’élimination de Ghani, « l’opposition » afghane non talibane, qu’il avait marginalisée, humiliée ou ignorée à plusieurs reprises au cours de son règne marginal et corrompu, est en pleine expansion.

À propos, le porte-parole de l’Ambassade russe à Kaboul, Nikita Ishchenko, a donné un compte rendu graphique de l’escapade honteuse de Ghani : « Quant à l’effondrement du régime (sortant), il est caractérisé de la manière la plus éloquente par la façon dont Ghani a fui l’Afghanistan. Quatre voitures étaient pleines d’argent, ils ont essayé de mettre une autre partie de l’argent dans un hélicoptère, mais tout ne rentrait pas. Et une partie de l’argent est restée sur le tarmac ».

Il s’agit également d’une démonstration étonnante du rôle crucial que seul le Pakistan peut jouer dans les circonstances actuelles pour faciliter la réconciliation nationale en Afghanistan et l’orienter vers une culture de politique inclusive. Les responsables politiques afghans apprécient les changements significatifs intervenus dans les politiques et la stratégie régionale du Pakistan, qui renforcent sa crédibilité en tant qu’artisan de la paix.

Le Pakistan a exhorté la délégation afghane à rechercher un règlement politique large et complet de la question afghane et à entamer un dialogue politique global comme mesure immédiate visant à créer un pays pacifique, uni, démocratique et stable.

Parallèlement, le Conseil national de Sécurité du Pakistan, l’organe de décision civilo-militaire suprême du pays présidé par le premier ministre Imran Khan, a réaffirmé lundi qu’un règlement politique inclusif, représentant tous les groupes ethniques afghans, était la seule voie possible.

Il est clair que l’évolution de la situation à Islamabad ne peut être considérée isolément. Au milieu de l’évacuation bâclée des diplomates américains de Kaboul, le président Biden a souligné lundi que, dans la période à venir en Afghanistan, les États-Unis espèrent « mener notre diplomatie, notre influence internationale et notre aide humanitaire » ; ils « encourageront la diplomatie régionale » ; ils influenceront la dynamique avec « nos outils économiques » ; et ils « maintiendront une concentration au laser sur nos missions de contre-terrorisme ».

C’est un discours audacieux. Biden a tenu bon sur sa décision controversée de retrait des troupes. Son rugissement grinçant s’adressait à l’auditoire national, mais ce qui ressort de son discours, c’est le retrait mélancolique des États-Unis pour se concentrer sur « les intérêts vitaux importants dans le monde que nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer ».

Certes, le lieu du rétablissement de la paix s’est considérablement déplacé vers les États régionaux. Les Taliban le sentent et s’abstiennent scrupuleusement de toute action précipitée. Pendant ce temps, le « groupe de coordination » composé de l’ancien président Hamid Karzai, d’Abdullah Abdullah et du chef moudjahidin Gulbuddin Hekmatyar fait office de pont pour combler le vide créé par la fuite de Ghani.

Inévitablement, le Pakistan occupe une place centrale, mais le rôle de l’Iran, de la Chine et de la Russie sera également important. L’effort immédiat consiste à créer un gouvernement de transition. Les Taliban semblent disposés à accepter un arrangement représentatif à large base.

L’Inde devrait abandonner sommairement son récit artificiel fondé sur la haine envers le Pakistan et reconnaître ces nouveaux élans. Libérée de l’accord faustien avec Ghani et son entourage ainsi que du joug américain, la diplomatie indienne devrait renouer avec les élites afghanes qui ont été tenues à l’écart du pouvoir.

La fermeture de la mission à Kaboul serait une erreur himalayenne en ce moment historique où les rouages de la diplomatie et de la politique vont s’accélérer en Afghanistan. La politique normale est sur le point de se développer un peu plus chaque jour, et la poussière de trente ans suspendue dans l’air va se calmer. Le repli sur soi ne fera que nuire aux intérêts de l’Inde et l’isoler dans la région.

• source : https://www.indianpunchline.com

Un haut dirigeant taliban du réseau Haqqani a rendu visite à l’ancien président afghan Hamid Karzai avec une délégation pour discuter de la formation d’un gouvernement inclusif, Kaboul, 18 août 2021.

3. Le retour de l’autochtone

Les premières actions des Taliban après leur retour spectaculaire à Kaboul après deux décennies suscitent une immense curiosité. La grande question que l’on se pose est de savoir si les Taliban ont « changé » depuis les années 1990. Les avis sont partagés. Mais, jusqu’à présent du moins, il n’y a aucun signe d’un retour à un régime autoritaire répressif.

L’étonnante conférence de presse donnée mardi à Kaboul par le porte-parole des Taliban, Zabihullah Mujahid, dégageait clairement un air de modération et de tolérance à l’égard des voix dissidentes.

Le fait que des journalistes locaux aient pu poser des questions aussi provocantes et s’en sortir a été largement remarqué. Mujahid a répondu patiemment. Les citations suivantes parlent d’elles-mêmes : •Nous ne cherchons pas à nous venger et « tout le monde est pardonné ». •Nous respecterons les droits des femmes, mais dans le respect des normes de la loi islamique. •Nous voulons que les médias privés restent indépendants, mais ils ne doivent pas aller à l’encontre des intérêts nationaux. •L’Afghanistan ne se permettra pas d’héberger des personnes visant d’autres nations. •L’Afghanistan sera un pays sans narcotiques.

En particulier, Mujahid a déclaré que les femmes seraient autorisées à travailler et à étudier et « seront très actives dans la société, mais dans le cadre de l’Islam ». De même, son assurance que « tout le monde est pardonné », en référence aux anciens soldats et aux membres du gouvernement de Ghani, a fait une impression remarquable.

« Personne ne va vous faire de mal, personne ne va frapper à vos portes », a déclaré Mujahid. Deux autres remarques spécifiques de Mujahid ont été lourdes de conséquences pour toute société ouverte : •Les Talibans ne permettront pas que le sol afghan soit utilisé contre d’autres pays. •Les médias privés et indépendants peuvent continuer à exister, mais ils doivent se conformer aux normes culturelles.

Pourquoi Mujahid a-t-il fait une chose aussi risquée ? D’abord, il est venu préparé pour dire ce qu’il a dit. D’autre part, il a certainement agi selon les instructions des dirigeants, qui lui ont demandé de faire connaître les positions susmentionnées dès le départ, avant même la formation d’un nouveau gouvernement, afin d’instaurer la confiance. D’ailleurs, la conférence de presse était également ouverte aux médias internationaux.

La conférence de presse d’hier va plonger dans le désarroi et la confusion les « pourfendeurs des Taliban » qui survivent à peine grâce aux fausses nouvelles sur les « excès » des Taliban, largement basées sur des ouï-dire et des rumeurs.

Le fait est qu’il devient difficile de s’accrocher à des notions stéréotypées comme si le temps s’était arrêté pour les Taliban depuis qu’ils ont disparu de Kaboul du jour au lendemain au cours de l’hiver 2001.

À mon sens, cependant, ce qui est vraiment frappant, c’est que les Taliban nous ont présenté suo moto certains repères fermes par rapport auxquels ils attendent de nous que nous rendions compte des actions du dirigeant taliban dans la période à venir. Il est clair que la conférence de presse a été convoquée précisément dans ce but. N’est-ce pas là un élément d’une immense pertinence ?

De même, la visite du principal chef taliban (et descendant du puissant réseau Haqqani), Anas Haqqani, plus tôt dans la journée, à la résidence de l’ancien président Hamid Karzai, doit être notée avec attention. Karzai a pris l’initiative de former un groupe de coordination composé de lui-même, d’Abdullah Abdullah et du chef des moudjahidines Gulbuddin Hekmatyar afin de dégager la voie pour la formation d’un arrangement transitoire inclusif. La mission de Haqqani s’inscrivait dans cette optique. Abdullah était également présent à la réunion. Il va de soi que Haqqani joue un rôle clé dans la formation du gouvernement.

Mardi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a jeté un peu de lumière sur l’état d’avancement de la formation du gouvernement. S’adressant aux médias lors d’une visite à Kaliningrad, Lavrov a déclaré :

« Comme tous les autres pays, nous ne sommes pas pressés de les reconnaître. Hier encore, j’ai parlé avec le ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine, Wang Yi. Nos positions se recoupent ».

« Nous voyons des signaux encourageants de la part des Taliban, qui disent vouloir avoir un gouvernement avec la participation d’autres forces politiques. Ils ont dit qu’ils sont prêts à poursuivre les processus, notamment ceux qui concernent l’éducation, l’éducation des filles et le fonctionnement de la machine étatique en général, sans fermer la porte aux fonctionnaires qui ont travaillé sous le précédent gouvernement dirigé par le président Ashraf Ghani ».

« Nous observons des processus positifs dans les rues de Kaboul, où la situation est assez calme et où les Taliban font effectivement respecter la loi et l’ordre. Mais il est trop tôt pour parler d’une quelconque démarche politique unilatérale de notre part ».

« Nous sommes favorables à l’ouverture d’un dialogue national global avec la participation de toutes les forces politiques, ethniques et religieuses afghanes. L’ancien président Hamid Karzai et le président du Haut Conseil pour la Réconciliation nationale Abdullah Abdullah se sont déjà prononcés en faveur de ce processus. Ils sont à Kaboul. Ils sont à l’origine de cette proposition. L’un des dirigeants du nord de l’Afghanistan, M. Gulbuddin Hekmatyar, a également rejoint cette initiative ».

« Littéralement ces jours-ci, d’après ce que je comprends, peut-être même au moment où nous parlons, un dialogue avec un représentant des Taliban est en cours. J’espère qu’il aboutira à un accord par lequel les Afghans formeront des organes de transition inclusifs, ce qui constituera une étape importante vers la normalisation complète de la situation dans ce pays qui souffre depuis longtemps ».

Lors d’un briefing aujourd’hui à Pékin, le porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a fait écho aux propos tenus hier par Lavrov. Zhao a déclaré : « Il sera possible de discuter de la question de savoir si la Chine établira de nouvelles relations diplomatiques avec l’Afghanistan uniquement après la formation dans ce pays d’un gouvernement tolérant et ouvert qui représenterait suffisamment les intérêts du pays ».

Il a ajouté que la position de Pékin est : La position de Pékin sur les questions afghanes « est claire et sans équivoque. Nous attendrons et reconnaîtrons le nouveau gouvernement après sa formation ».

Le modèle qui apparaît de façon spectaculaire sur l’échiquier afghan est l’étroite coordination entre Moscou et Pékin pour orienter les événements en Afghanistan vers la formation d’un gouvernement représentatif, inclusif et à large base qui inclut les Taliban. Cela doit être analysé séparément, car il s’agit d’un développement sans précédent dans la politique régionale.

Mon sentiment est que le Pakistan est à bord. Aujourd’hui, le ministre des Affaires étrangères, Qureshi, s’est à nouveau entretenu avec son homologue chinois, Wang Yi, après avoir accueilli les dirigeants de l’Alliance du Nord à Islamabad.

M.K. Bhadrakumar

*

traduit par Réseau International

source : https://www.indianpunchline.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>