COMITE VALMY

Accueil du site > - L’ENNEMI COMMUN DES PEUPLES : l’impérialisme étasunien > La justice pour la famille Biden Par James Howard Kunstler

La justice pour la famille Biden
Par James Howard Kunstler

samedi 15 mai 2021, par Comité Valmy


La justice pour la famille Biden

Si vous voulez comprendre l’incroyable échec des autorités en ces années de crise du «  quatrième tournant«  en Amérique, commencez par l’anarchie du ministère de la Justice et de son beau-fils sociopathe, le FBI, ainsi qu’une foule démoniaque d’agences de renseignements disséminées dans tout le gouvernement national : la CIA, la NSA, la DIA, le DHS, et même le modeste service postal crypto-public des États-Unis, récemment engagé pour espionner les messages des citoyens américains sur les médias sociaux.

Qui est censé mettre au pas ces voyous en roue libre ? Je vais vous le dire : les tribunaux et les juges qui y sont nommés. Le problème est particulièrement aigu dans les tribunaux fédéraux où, par exemple, le juge James Boasberg a permis au FBI de mentir à plusieurs reprises sur des demandes de mandat auprès de son tribunal FISA, et le juge Emmet G. Sullivan a laissé le général Mike Flynn sur le carreau même après que le DOJ a dû admettre des fautes lors des poursuites – et la cour d’appel de Washington n’a pas appliqué la décision réticente du DOJ d’abandonner finalement les poursuites.

La campagne de faux témoignage contre les citoyens américains a atteint son paroxysme lorsque Donald Trump s’est pavané et que « dix-sept agences de la communauté du renseignement » ont conspiré avec le New York Times et d’autres médias pour fabriquer le canular du RussiaGate. Aucun haut fonctionnaire n’a été poursuivi en justice pour la stupéfiante cavalcade de fausses accusations et d’enquêtes mensongères associées à cette entreprise de sédition, et la nation attend toujours que l’apparition connue sous le nom de conseiller spécial John Durham fasse un signe. En fait, depuis 2017, une grande partie de l’activité rapportée publiquement autour du DOJ et du FBI n’a démontré que leurs tentatives de supprimer leurs propres méfaits criminels – des dissimulations par-dessus des dissimulations.

Vient maintenant le cas curieux de Rudy Giuliani, dont l’appartement a été perquisitionné sur mandat la semaine dernière par le FBI qui cherchait ses ordinateurs et ses téléphones portables. La cause probable reste obscure – quelque chose à voir avec la violation de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers (FARA) dans la représentation de clients ukrainiens aux États-Unis ? Donc, le DOJ veut les dossiers, les e-mails et les mémorandums de Rudy à ce sujet ? Bien sûr, Rudy a agi en tant qu’avocat du Président dans l’affaire de la mise en accusation n° 1 concernant un appel téléphonique à l’Ukraine, et de quoi s’agissait-il ? Les activités d’escroquerie de Hunter Biden, les millions qu’il a reçus de Burisma Company, dont le père de Hunter devait recevoir au moins sa part habituelle de 10 % ? Et concernant cette activité, Joe Biden a menacé l’ancien président ukrainien Porochenko de retenir l’aide américaine, à moins qu’une enquête sur l’escroquerie de Hunter sur Burisma ne soit abandonnée.

Il pourrait être utile à l’actuel occupant du Bureau ovale de savoir quel type de preuves Rudy a acquis sur tout cela et plus encore au fil des ans – oui ? Mais alors, il y a beaucoup de preuves à ce sujet et bien plus encore sur l’ordinateur portable égaré de Hunter. Peut-être des centaines de millions de dollars de pots-de-vin à grande échelle, au-delà de la modeste Ukraine, jusqu’en Chine, où Hunter conserve à ce jour des liens financiers actifs et substantiels par le biais de sa société financière Skaneateles LLC. Et l’on sait maintenant que le FBI était en possession de l’ordinateur portable de Hunter depuis au moins un mois avant le début de la procédure de destitution en décembre 2019. Et personne n’en a été informé… surtout pas l’avocat du président ?

Christopher Wray et William Barr n’ont-ils pas des explications à fournir sur la façon dont un tel ensemble de preuves cruciales a été caché pendant la procédure de destitution ? Après tout, le coup de fil fatidique de M. Trump en Ukraine concernait les opérations de trafic d’influence de la famille Biden à l’étranger. Une autre année entière s’est écoulée avant que l’existence de l’ordinateur portable de Hunter ne soit même reconnue à l’automne 2020, puis le seul reportage à ce sujet du New York Post a été supprimé dans le cadre d’une campagne coordonnée entre les médias sociaux et les médias d’information – en plein milieu d’une élection nationale, avec Joe Biden candidat à la présidence. C’est drôle de voir comment cela a fonctionné.

Il convient également de noter les liens entre la commission des renseignements de la Chambre des représentants, dirigée par Adam Schiff, où les premières audiences de mise en accusation ont été organisées, en particulier le conseiller principal de la commission, Daniel Goldman, et le ministère de la Justice de William Barr. M. Goldman était un ancien procureur des États-Unis dans le district sud de New York (2007 -2017). Pensez-vous qu’il connaît des gens au sein du ministère de la Justice – à peu près tout le monde ? A-t-il été informé officiellement ou non de l’existence de l’ordinateur portable de Hunter en possession du FBI au moment des audiences ? Ou M. Wray et M. Barr l’ont-ils laissé dans l’ignorance de ce qu’il contenait ? (Personnellement, j’en doute).

Il est apparu récemment que le FBI a secrètement piraté sans mandat le compte de stockage de données iCloud de M. Giuliani à l’automne 2019, alors que la commission des renseignements de M. Schiff tenait ses audiences préliminaires à la destitution et que M. Giuliani était l’avocat du président. M. Wray, M. Barr ou d’autres ont-ils transmis à M. Goldman et à M. Schiff des informations sur le contenu des fichiers iCloud privés de l’avocat du président ? Et cette information était-elle connue de Joseph Maguire, alors directeur du renseignement national ? Ou l’inspecteur général de la communauté du renseignement, Michael Atkinson, qui a permis que les plaintes bidon du « dénonciateur » de la CIA, Eric Ciaramella, et de l’agent du Conseil de sécurité nationale, Alexander Vindman, soient transformées en un « crime » passible de destitution ? Ces questions vous semblent-elles ésotériques ? Je ne le pense pas. Seront-elles jamais jugées ? Et notre pays paiera-t-il le prix pour avoir permis que tout cela se produise ?

La couverture médiatique du raid chez Giuliani a également laissé entendre que l’avocat du président était en quelque sorte impliqué de manière néfaste dans le conseil donné à M. Trump de renvoyer l’ambassadrice des États-Unis en Ukraine, Marie Yovanovitch. En fait, les ambassadeurs à l’étranger servent au gré du chef de l’exécutif. Il peut les renvoyer pour n’importe quelle raison. Et son avocat a parfaitement le droit de lui conseiller de le faire. Les médias ne le savent-ils pas ?

Est-ce que le DOJ a l’intention de monter un acte d’accusation contre Rudy Giuliani ? Eh bien, si c’est le cas, bien sûr, cela ouvre la porte à la découverte de preuves – par exemple, qui a donné l’ordre de pirater le compte iCloud de l’avocat du Président pendant la mise en accusation de 2019 ? Quelque chose d’amusant se passe avec ça ? Il se trouve que l’avocat personnel de M. Giuliani est un certain Bob Costello, qui était à la tête de la division criminelle du district sud lorsque Rudy dirigeait le SDNY du DOJ. M. Costello pourrait connaître quelque chose des rouages de la justice principale. Il pourrait éventuellement faire émerger quelque chose d’intéressant.

Pour en revenir à mon point de départ : qui et où sont les autorités qui demanderont des comptes aux hauts fonctionnaires pour les choses qu’ils ont faites ? Vous demandez-vous pourquoi les Américains manquent de plus en plus de confiance dans leur gouvernement ? Vous demandez-vous pourquoi, par exemple, tant de gens veulent éviter les injections de « vaccins », approuvées par les responsables gouvernementaux comme étant « sûres et efficaces » ? Remarquez-vous le contraste entre ce qui est pris ultra-sérieusement dans le battage des BLM sur les tirs de la police sur des suspects résistant manifestement à l’arrestation et se battant avec eux, et la dépravation impressionnante aux plus hauts niveaux du système judiciaire américain ? Oh, au fait, le recomptage des bulletins de vote en Arizona et l’enquête médico-légale sur les machines à voter se poursuivent. Peut-être que bientôt vous commencerez à rassembler les raisons pour lesquelles votre pays est en train de craquer.

James Howard Kunstler
– Le 3 mai 2021 – Source kunstler.com

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduction : le Saker Francophone

– Source :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>