COMITE VALMY

Accueil du site > - GEOPOLITIQUE > Poutine réécrit la loi de la jungle géopolitique par Pepe Escobar.

Poutine réécrit la loi de la jungle géopolitique
par Pepe Escobar.

dimanche 25 avril 2021, par Comité Valmy


Poutine réécrit la loi de la jungle géopolitique

Le discours de Poutine devant l’Assemblée fédérale russe – un état de la nation de facto – était une prise de judo qui a laissé les faucons de la sphère atlantiste particulièrement stupéfaits.

« L’Occident » n’a même pas été mentionné nommément. Seulement indirectement, ou par le biais d’une délicieuse métaphore, « Le Livre de la jungle » de Kipling. La politique étrangère n’a été abordée qu’à la fin, presque comme une réflexion après coup.

Pendant près d’une heure et demie, Poutine s’est concentré sur les questions intérieures, détaillant une série de politiques qui consistent à ce que l’État russe aide les personnes dans le besoin – les familles à faibles revenus, les enfants, les mères célibataires, les jeunes professionnels, les personnes défavorisées – avec, par exemple, des examens médicaux gratuits et la possibilité d’un revenu universel dans un avenir proche.

Bien entendu, il fallait bien qu’il aborde également l’état actuel, très instable, des relations internationales. La manière concise dont il a choisi de le faire, en contrecarrant la russophobie qui prévaut dans la sphère atlantiste, est assez frappante.

D’abord, l’essentiel. La politique de la Russie « est d’assurer la paix et la sécurité pour le bien-être de nos citoyens et pour le développement stable de notre pays ».

Pourtant, si « quelqu’un ne veut pas […] engager le dialogue, mais choisit un ton égoïste et arrogant, la Russie trouvera toujours un moyen de défendre sa position ».

Il a pointé du doigt « la pratique des sanctions économiques illégales et politiquement motivées » pour la relier à « quelque chose de beaucoup plus dangereux », et en fait rendu invisible dans le récit occidental : « la récente tentative d’organiser un coup d’État en Biélorussie et l’assassinat du président de ce pays ». Poutine a tenu à souligner que « toutes les frontières ont été franchies ».

Le complot visant à tuer Loukachenko a été dévoilé par les services de renseignement russes et biélorusses – qui ont arrêté plusieurs acteurs soutenus, qui plus est, par les services de renseignement américains. Le Département d’État américain a, comme prévu, nié toute implication.

Poutine : « Il convient de souligner les aveux des participants à la conspiration qui ont été arrêtés, selon lesquels un blocage de Minsk était en préparation, notamment des infrastructures et des communications de la ville, ainsi que la fermeture complète du réseau électrique de la capitale biélorusse. Cela signifie, incidemment, la préparation d’une cyberattaque massive ».

Et cela conduit à une vérité très inconfortable : « Apparemment, ce n’est pas sans raison que nos collègues occidentaux ont obstinément rejeté les nombreuses propositions de la partie russe visant à établir un dialogue international dans le domaine de l’information et de la cybersécurité ».

« Asymétrique, rapide et dure »

Poutine a fait remarquer comment « attaquer la Russie » est devenu « un sport, un nouveau sport, à qui fera les déclarations les plus fortes ». Et puis il a repris Kipling : « La Russie est attaquée ici et là sans raison. Et bien sûr, toutes sortes de petits Tabaquis [chacals] mesquins tournent autour comme Tabaqui courait autour de Shere Khan [le tigre] – tout est comme dans le livre de Kipling – hurlant et prêts à servir leur souverain. Kipling était un grand écrivain ».

La métaphore – à plusieurs niveaux – est d’autant plus surprenante qu’elle fait écho au Grand Jeu géopolitique de la fin du XIXe siècle entre les empires britannique et russe, dont Kipling était l’un des protagonistes.

Une fois encore, Poutine a dû souligner que « nous ne voulons vraiment pas brûler les ponts. Mais si quelqu’un perçoit nos bonnes intentions comme de l’indifférence ou de la faiblesse et a l’intention de brûler complètement ces ponts ou même de les faire sauter, il doit savoir que la réponse de la Russie sera asymétrique, rapide et dure ».

Voici donc la nouvelle loi de la jungle géopolitique – soutenue par M. Iskander, M. Kalibr, M. Avangard, M. Peresvet, M. Khinzal, M. Sarmat, M. Zircon et d’autres messieurs très respectés, hypersoniques ou non, dont les éloges ont été faites ultérieurement. Ceux qui titillent l’Ours au point de menacer « les intérêts fondamentaux de notre sécurité regretteront ce qui a été fait, comme ils n’ont rien regretté depuis très longtemps ».

Les développements stupéfiants de ces dernières semaines – le sommet Chine-États-Unis en Alaska, le sommet Lavrov-Wang Yi à Guilin, le sommet de l’OTAN, l’accord stratégique Iran-Chine, le discours de Xi Jinping au forum de Boao – se fondent désormais dans une nouvelle réalité brutale : l’ère d’un Léviathan unilatéral imposant sa volonté de fer est révolue.

Pour les russophobes qui n’ont toujours pas compris le message, un Poutine froid, calme et posé s’est vu contraint d’ajouter : « Il est clair que nous avons suffisamment de patience, de responsabilité, de professionnalisme, de confiance en nous-mêmes, d’assurance dans la justesse de notre position et de bon sens lorsqu’il s’agit de prendre des décisions. Mais j’espère que personne ne pensera à franchir les lignes rouges de la Russie. Et elles se situent où nous le déterminons nous-mêmes dans chaque cas spécifique ».

De retour à la realpolitik, Poutine a dû une fois de plus souligner la « responsabilité spéciale » des « cinq États nucléaires » de discuter sérieusement des « questions liées à l’armement stratégique ». Reste à savoir si l’administration Biden-Harris – derrière laquelle se tient un cocktail toxique de néo-cons et d’impérialistes humanitaires – sera d’accord.

Poutine : « L’objectif de ces négociations pourrait être de créer un environnement de coexistence sans conflit fondé sur une sécurité égale, couvrant non seulement les armes stratégiques telles que les missiles balistiques intercontinentaux, les bombardiers lourds et les sous-marins, mais aussi, je tiens à le souligner, tous les systèmes offensifs et défensifs capables de résoudre des tâches stratégiques, quel que soit leur équipement ».

Alors que l’allocution de Xi au forum de Boao s’adressait principalement aux pays du Sud global, Poutine a souligné comment « nous développons les contacts avec nos partenaires les plus proches au sein de l’Organisation de Coopération de Shanghai, des BRICS, de la Communauté des États indépendants et des alliés de l’Organisation du Traité de Sécurité collective », et a vanté les « projets communs dans le cadre de l’Union économique eurasiatique », présentés comme des « outils pratiques pour résoudre les problèmes de développement national ».

En bref, une intégration de fait, selon le concept russe de « Grande Eurasie ».

« Des tensions qui frôlent les niveaux de guerre »

Comparez maintenant tout ce qui précède avec le décret de la Maison Blanche déclarant une « urgence nationale » pour « faire face à la menace russe ».

Cette déclaration est directement liée au fait que le président Biden – en fait, le combo qui lui dit ce qu’il doit faire, avec oreillette et téléprompteur – a promis au président ukrainien Zelensky que Washington « prendrait des mesures » pour soutenir la volonté de Kiev de reprendre le Donbass et la Crimée.

Ce décret pose plusieurs problèmes qui font froncer les sourcils. Il refuse, de facto, à tout ressortissant russe les pleins droits sur ses biens américains. Tout résident américain peut être accusé d’être un agent russe engagé dans l’atteinte à la sécurité des États-Unis. Un sous-sous-paragraphe (C), détaillant les « actions ou politiques qui sapent les processus ou institutions démocratiques aux États-Unis ou à l’étranger », est suffisamment vague pour être utilisé afin d’éliminer tout journalisme qui soutient les positions de la Russie dans les affaires internationales.

Les achats d’obligations russes OFZ ont été sanctionnés, ainsi que l’une des sociétés impliquées dans la production du vaccin Spoutnik V. Mais la cerise sur le gâteau de ces sanctions pourrait bien être qu’à partir de maintenant, tous les citoyens russes, y compris ceux qui ont la double nationalité, pourraient se voir interdire l’entrée sur le territoire américain, sauf via une rare autorisation spéciale en plus du visa ordinaire.

Le journal russe Vedomosti a noté que dans une telle atmosphère paranoïaque, les risques pour les grandes entreprises telles que Yandex ou Kaspersky Lab augmentent considérablement. Pourtant, ces sanctions n’ont pas été accueillies avec surprise à Moscou. Le pire reste à venir, selon des initiés du Beltway : deux trains de sanctions contre Nord Stream 2 déjà approuvés par le Département de la Justice américain.

Le point crucial est que ce décret fait de facto de toute personne faisant état des positions politiques de la Russie une menace potentielle pour la « démocratie américaine ». Comme l’a fait remarquer l’analyste politique Alastair Crooke, il s’agit d’une « procédure habituellement réservée aux citoyens d’États ennemis en temps de guerre ». Crooke ajoute : « Les faucons américains font monter les enchères de façon féroce contre Moscou. Les tensions et la rhétorique frôlent les niveaux de guerre ».

On peut se demander si le discours sur l’état de la nation de Poutine sera sérieusement examiné par le combo toxique et lunatique des néocons et des impérialistes humanitaires qui s’acharnent à harceler simultanément la Russie et la Chine.

Mais le fait est que quelque chose d’extraordinaire a déjà commencé à se produire : une « désescalade » en quelque sorte.

Avant même le discours de Poutine, Kiev, l’OTAN et le Pentagone ont apparemment compris le message implicite de la Russie qui a déplacé deux armées, des batteries d’artillerie massives et des divisions aéroportées aux frontières du Donbass et de la Crimée – sans parler des moyens navals de premier plan déplacés de la Caspienne à la mer Noire. L’OTAN ne pourrait même pas rêver d’égaler cela.

Les faits sur les différents terrains en disent long. Paris et Berlin étaient tous deux terrifiés par l’éventualité d’un affrontement direct de Kiev contre la Russie, et ont exercé un lobbying acharné contre cette éventualité, en contournant l’UE et l’OTAN.

Puis quelqu’un – peut-être Jake Sullivan – a dû murmurer dans l’oreillette de l’Idiot de Crash Test que l’on ne peut pas insulter le chef d’un État nucléaire et espérer conserver sa « crédibilité » mondiale. Après le désormais célèbre coup de fil de « Biden » à Poutine, l’invitation au sommet sur le changement climatique a donc été lancée, dans lequel toutes les grandes promesses sont largement rhétoriques, puisque le Pentagone continuera à être la plus grande entité polluante de la planète Terre.

Washington a donc peut-être trouvé un moyen de maintenir au moins une voie de dialogue ouverte avec Moscou. Dans le même temps, Moscou ne se fait aucune illusion sur la fin du drame Ukraine/Donbass/Crimée. Même si Poutine n’en a pas parlé dans son discours sur l’état de la nation. Et même si le ministre de la Défense Shoigu a ordonné une désescalade.

Le toujours inestimable Andrei Martyanov a noté avec joie le « choc culturel lorsque Bruxelles et D.C. ont commencé à soupçonner que la Russie ne « veut » pas l’Ukraine. Ce que la Russie veut, c’est que ce pays pourrisse et implose sans que les excréments de cette implosion ne touchent la Russie. Le fait que l’Occident paie pour le nettoyage de ce gros bordel fait également partie des plans russes pour un Bantoustan ukrainien ».

Le fait que Poutine n’ait même pas mentionné le Bantoustan dans son discours corrobore cette analyse. En ce qui concerne les « lignes rouges », le message implicite de Poutine reste le même : une base de l’OTAN sur le flanc ouest de la Russie ne sera tout simplement pas tolérée. Paris et Berlin le savent. L’UE est dans le déni. L’OTAN refusera toujours de l’admettre.

Nous en revenons toujours à la même question cruciale : Poutine sera-t-il capable, contre toute attente, de réaliser un coup combiné Bismarck-Sun Tzu et de construire une entente cordiale germano-russe durable (et on est loin d’une « alliance »). Nord Stream 2 est un rouage essentiel de la roue – et c’est ce qui rend fous les faucons de Washington.

Quoi qu’il arrive ensuite, à toutes fins pratiques, le Rideau de Fer 2.0 est maintenant en place, et il ne disparaîtra tout simplement pas. Il y aura d’autres sanctions. Tout a été jeté à l’Ours, sauf une guerre chaude. Il sera extrêmement divertissant de voir comment, et par quelles étapes, Washington s’engagera dans un « processus de désescalade et de diplomatie » avec la Russie.

L’hégémon peut toujours trouver le moyen de déployer une campagne de relations publiques massive et, en fin de compte, revendiquer un succès diplomatique en « dissolvant » l’impasse. C’est certainement mieux qu’une guerre chaude. Sinon, les modestes aventuriers du «  Livre de la Jungle » ont reçu le conseil suivant : essayez n’importe quoi de bizarre et soyez prêts à répondre à une attaque « asymétrique, rapide et dure ».

Pepe Escobar

source : https://thesaker.is

traduit par Réseau International


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>