COMITE VALMY

Accueil du site > - GEOPOLITIQUE > Ne pas chatouilller l’ours, conseil aux Ukrainiens Israël Adam Shamir : (...)

Ne pas chatouilller l’ours,
conseil aux Ukrainiens
Israël Adam Shamir :
Entretien avec Mike Whitney

mardi 20 avril 2021, par Comité Valmy


Ne pas chatouilller l’ours, conseil aux Ukrainiens

Israël Adam Shamir
Entretien avec Mike Whitney

Question 1- Au cours des 4 dernières années, les dirigeants démocrates ont accusé la Russie d’ingérence présumée dans les élections de 2016. Maintenant, les démocrates - qui contrôlent les trois branches du gouvernement - ont le pouvoir de réinitialiser la politique étrangère américaine et d’adopter une approche plus hostile envers Moscou. Mais le feront-ils ?

À l’heure actuelle, environ 40 000 soldats américains et de l’OTAN sont massés le long de la frontière russe pour effectuer des exercices militaires, tandis que des dizaines de chars et d’artillerie russes et environ 85 000 soldats russes se trouvent maintenant à environ 25 miles de la frontière orientale de l’Ukraine. Les deux armées sont sur le qui-vive et prêtes à répondre à toute provocation soudaine. Si l’armée ukrainienne envahit la région russophone de l’Ukraine (le Donbass), Moscou répondra probablement.

Y aura-t-il donc une conflagration en Ukraine au printemps et, dans ce cas, comment Poutine réagira-t-il ? Limitera-t-il la portée de sa campagne au Donbass ou poussera-t-il jusqu’à Kiev ?

Israël Shamir - Si l’armée russe franchit la frontière ukrainienne, elle ne s’arrêtera pas au Donbass. La guerre sera brève et l’Ukraine sera divisée en morceaux. Mais cela arrivera-t-il ?

L’animal totem de la Russie, l’ours, est un animal fort et pacifique qui ne se laisse pas facilement exciter, mais une fois provoqué, il est impossible de l’arrêter. Les souverains russes ont généralement correspondu à cette image. Ils n’étaient pas aventureux, mais pondérés et prudents. Poutine, qui est la quintessence du dirigeant russe, est peu enclin à prendre des risques. Il ne déclenchera pas une guerre dont il n’a jamais voulu, mais il agira de manière décisive s’il doit le faire. Prenons l’exemple de 2014, après le coup d’État ukrainien : le président ukrainien légitime, M. Ianoukovitch, a couru en Russie et a demandé à Poutine de l’aider à reprendre le pouvoir. À cette époque, l’armée ukrainienne était faible et la Russie aurait pu facilement reprendre le pays sans rencontrer de résistance significative. Mais, étonnamment, Poutine n’a pas donné l’ordre de prendre Kiev.

Poutine est imprévisible. Il a ordonné la prise de la Crimée malgré les conseils de ses conseillers. C’était une décision inattendue, et elle a fonctionné comme un charme. Il a également malmené la Géorgie en 2008 après l’invasion de l’Ossétie du Sud par Saakashvili. Il s’agissait là d’une autre manœuvre inattendue qui a réussi mieux que personne n’aurait pu l’imaginer. Si les Ukrainiens tentent de reprendre le Donbass, l’armée russe les battra sèchement et poursuivra sa route vers Kiev. La présence des troupes de l’OTAN ne dissuadera pas Poutine.

Quant aux démocrates américains, ils peuvent pousser Kiev à attaquer, mais ils finiront par perdre l’Ukraine dans le processus. Si le but est d’empoisonner les relations entre la Russie et l’Europe, ils peuvent essayer de le faire, mais s’ils pensent que la guerre russo-ukrainienne va s’éterniser, ils se trompent. Et s’ils pensent que Poutine ne défendra pas le Donbass, ils ont fait une grave erreur de calcul.

Le récent appel téléphonique de Biden à Poutine suggère que l’administration a décidé de ne pas lancer une guerre après tout. L’information non confirmée selon laquelle deux navires américains se seraient détournés de la mer Noire va dans le même sens. Toutefois, nous ne pouvons pas en être sûrs puisque le Kremlin a refusé d’accepter la proposition de rencontre de M. Biden. La réponse du Kremlin a été un glacial "Nous allons étudier la proposition". Les Russes pensent que la proposition de sommet pourrait être une ruse visant à gagner du temps pour renforcer leur position. Conclusion : Nous ne pouvons pas savoir avec certitude comment les choses vont se passer à l’avenir.

Question 2 - J’ai du mal à comprendre ce que l’administration Biden espère gagner en provoquant une guerre en Ukraine. S’emparer du Donbass obligerait le gouvernement à imposer une occupation militaire coûteuse et à long terme, à laquelle les russophones qui vivent dans la région opposeront une résistance féroce. En quoi cela profite-t-il à Washington ?

En fait, je ne pense pas que ce soit le cas. Je pense que le véritable objectif est de provoquer Poutine pour qu’il réagisse de manière excessive, prouvant ainsi que la Russie constitue une menace pour toute l’Europe. La seule façon pour Washington de persuader ses alliés européens de ne pas s’engager dans des transactions commerciales critiques (comme le Nordstream) avec Moscou est de prouver que la Russie est une "menace extérieure" pour leur sécurité collective.

Êtes-vous d’accord avec cela ou pensez-vous que Washington a quelque chose à gagner en lançant une guerre en Ukraine ?

Israël Shamir - Que faut-il entendre par "réaction excessive" ? Poutine ne menace pas d’atomiser Washington, de prendre le contrôle de Bruxelles ou de prendre d’assaut Varsovie. Mais il serait tout à fait raisonnable de résoudre le problème de l’Ukraine à cette occasion, de son point de vue.

Lorsque le régime de Kiev a commencé à se préparer à la guerre il y a quelques mois, ils pensaient que ce serait une répétition de 2015, où ils attaqueraient le Donbass, le Donbass subirait des pertes, puis l’armée russe interviendrait pour empêcher leur défaite. Ils voyaient cela comme une guerre limitée avec une bonne chance de récupérer le Donbass. Mais Moscou a indiqué qu’ils répondraient à toute agression non provoquée en utilisant toute leur force, écrasant ainsi l’État ukrainien. En d’autres termes, l’armée russe ne s’arrêtera pas au Donbass mais se dirigera vers les frontières occidentales de l’Ukraine jusqu’à ce que le pays entier soit libéré.

S’agirait-il d’une "réaction excessive" ?

Israël Shamir - Certainement pas. Le peuple ukrainien serait sauvé du régime nationaliste et anti-russe, et le peuple russe serait sauvé d’une base de l’OTAN sur son flanc ouest. Espérons que l’UE le comprendra. Quant aux États-Unis, les Russes ont déjà pris leur décision : les États-Unis sont un ennemi. Il y a eu un changement tectonique en Russie, et ce changement est le résultat de la lassitude de la Russie face aux assauts par procuration des États-Unis.

Les États-Unis aimeraient que le Donbass soit réintégré dans l’État ukrainien, car ils seraient alors loués en tant que "puissant défenseur d’un pays d’Europe de l’Est contre la Russie". Mais la Russie aurait alors une guerre permanente de faible intensité à sa frontière. Dans tous les cas, les relations de la Russie avec l’Europe seraient empoisonnées et l’UE finirait probablement par acheter du gaz liquéfié coûteux aux États-Unis plutôt que du gaz russe, beaucoup moins cher.

La décision de la Russie de lancer une attaque en règle contre l’Ukraine a rendu tout ce plan sans intérêt. Poutine ne permettra pas que cela se produise.

Les Ukrainiens sont des gens très souples. Actuellement, ils se soumettent au discours nationaliste anti-russe, mais si l’armée russe devait arriver, les Ukrainiens se souviendraient rapidement qu’ils ont été cofondateurs de l’URSS, qu’ils sont les frères des Russes, et ils se débarrasseraient de la domination nationaliste cauchemardesque. Les Ukrainiens sont des gens merveilleux, mais ils s’adaptent facilement aux nouveaux dirigeants, qu’il s’agisse de la Wehrmacht allemande, des propriétaires terriens polonais, des nationalistes de Petlioura ou des communistes. Ils s’adapteraient également à un partenariat avec la Russie. De même, les Russes embrasseraient chaleureusement les Ukrainiens comme ils l’ont fait en 1920 et en 1945.

Question 3- L’armée russe n’aurait guère de problème pour s’emparer de la capitale, mais tenir Kiev pourrait être une toute autre affaire. Supposons que des troupes russes soient déployées à Kiev pour maintenir la paix pendant qu’un gouvernement provisoire est établi en vue d’élections libres. Quelle serait la réponse des États-Unis ? Quelle serait la réponse de l’OTAN ? Comment cette manœuvre serait-elle décrite dans les médias occidentaux ? Serait-elle présentée comme une "libération" ou une "occupation par une puissance impériale impitoyable" ? Cela aiderait-il ou nuirait-il aux relations de Moscou avec ses partenaires dans le monde et notamment avec l’Allemagne, où le Nordstream est toujours en construction ?

Et ce scénario n’inciterait-il pas les agences de renseignement américaines à armer, former et financer des groupes disparates d’extrémistes d’extrême droite qui mèneraient une insurrection prolongée contre les troupes russes à Kiev ? En quoi cela est-il dans l’intérêt de la Russie ? Pourquoi Poutine se mettrait-il dans la même situation que les États-Unis en Afghanistan, où une milice hétéroclite et mal armée a rendu la gouvernance impossible, obligeant les États-Unis à plier bagage 20 ans plus tard. Est-ce là ce que veut Poutine ?

Israel Shamir- La comparaison avec l’Afghanistan est absurde. L’Ukraine est une partie de la Russie qui est devenue indépendante au moment où l’Union soviétique s’est effondrée. Les Ukrainiens sont en quelque sorte des Russes. Ils ont la même religion, la même langue, la même culture et la même histoire. Oui, la CIA a essayé d’armer l’insurrection ukrainienne après la Seconde Guerre mondiale, mais sans grand succès. On pourrait comparer la prise de Kiev à la prise d’Atlanta par Sherman.

L’indépendance et la séparation de l’Ukraine ne peuvent probablement pas être inversées immédiatement, mais au lieu d’un grand État difficile à manier, l’Ukraine peut être transformée en quelques unités indépendantes cohérentes. L’Ukraine occidentale rejoindra probablement la Pologne en tant qu’État indépendant ou semi-indépendant. L’Est et le Sud de l’Ukraine pourraient devenir semi-indépendants sous l’égide de la Russie, ou rejoindre la Fédération de Russie. Et l’Ukraine historique autour de Poltava pourrait essayer de suivre sa propre voie. Je pense que les Ukrainiens seraient heureux de se réunir avec leur État mère, ou du moins de devenir amis avec Moscou. Il ne sera pas nécessaire de déployer des troupes russes à Kiev ou ailleurs. Il y a suffisamment d’Ukrainiens pour gouverner et contrôler la situation et pour faire face aux nationalistes extrêmes restants.

Quelle serait la réaction des États-Unis et de l’OTAN ? Comment cette manœuvre serait-elle dépeinte dans les médias occidentaux ? Probablement comme dans le cas de leur réponse à la prise de contrôle de la Crimée. Ils seront en colère, mécontents, furieux. Le problème est qu’ils le sont déjà. Ils ont déjà imposé des sanctions à la Russie et réinstallé le rideau de fer. Ils ont déjà tout fait pour se rapprocher d’une confrontation militaire. La Russie est tellement agacée par tout cela, qu’elle ne se soucie pas outre mesure d’une autre série de sanctions.

Je suis certain que la Russie ne déclenchera pas une guerre en Ukraine, mais si Kiev le fait, l’armée russe renversera le régime, tout comme les États-Unis ont renversé les régimes en Afghanistan, en Irak et dans de nombreux autres États. Et, toute tentative pour établir des bases militaires américaines ou de l’OTAN en Ukraine sera sans aucun doute considérée comme un casus belli.

Les Russes pensent qu’une grande guerre est inévitable, il est donc probablement préférable d’avoir l’Ukraine sous le contrôle de Moscou avant que cette guerre n’éclate. Les États-Unis sont un ennemi, tel est le sentiment en Russie. Si les États-Unis veulent changer cette perception, ils doivent agir rapidement.

Question 4- Washington est-il réellement intéressé par l’Ukraine ou s’agit-il simplement d’une étape dans sa guerre contre la Russie ?

Israël Shamir- Washington voudrait initier une guerre de faible intensité entre l’Ukraine et la Russie, une guerre de longue durée qui drainerait les ressources russes et affaiblirait les troupes russes ; une guerre qui détournerait l’attention de la Russie d’autres points chauds, comme la Syrie ou la Libye. C’est ainsi que les États-Unis préparent le terrain pour une confrontation encore plus importante avec la Russie à l’avenir.

Poutine a accepté l’éclatement de l’URSS. Il n’essaie pas de reconstruire l’empire soviétique et n’est pas particulièrement intéressé par l’Ukraine. Par deux fois, il a permis aux ennemis de la Russie d’emporter l’Ukraine : en 2004 et en 2014. Il a montré qu’il préférait avoir le moins possible affaire avec l’Ukraine. Avocat de formation, Poutine a l’esprit juridique. Il pensait que les traités de Minsk étaient une solution suffisamment satisfaisante pour toutes les parties concernées. Il ne s’attendait pas à ce que Kiev ignore les traités, mais c’est ce qui s’est passé. Maintenant, il est coincé entre le marteau et l’enclume. Il ne tient pas à annexer une partie de l’Ukraine, mais il pourrait être contraint de le faire tôt ou tard.

Ces dernières semaines, les relations américano-russes se sont considérablement détériorées. La Russie est profondément offensée par les évènements récents et ne reviendra pas au "business as usual". Nous sommes entrés dans des eaux inconnues et il n’y a aucun moyen de prédire ce qui va se passer.

Question 5- Personne aux Etats-Unis ne tirerait profit d’un conflit avec la Russie ; en fait, une confrontation militaire avec Moscou représente une menace sérieuse et, peut-être, existentielle pour les Russes comme pour les Américains. Pourtant, la ruée vers la guerre se poursuit à un rythme soutenu, principalement parce que l’armée américaine - avec ses millions de soldats et son armement de haute technologie - est entre les mains d’un establishment qui en matière de politique étrangère est déterminé à contrôler les vastes ressources et le potentiel de croissance de l’Asie centrale, malgré les pertes et les destructions que cette stratégie ne manquera pas de causer.

Le plus grand obstacle à ce plan c’est la Russie, et c’est pourquoi - depuis l’effondrement de l’Union soviétique - les États-Unis et l’OTAN ont fait tous les efforts possibles pour encercler la Russie, déployer des sites de missiles à ses frontières, mener des exercices militaires hostiles sur son périmètre, armer et former des extrémistes islamiques pour combattre dans ses provinces (voir la Tchétchénie). Maintenant que Joe Biden a été élu président, je m’attends à ce que les hostilités envers la Russie s’intensifient rapidement en Ukraine et en Syrie. Joe Biden a déjà montré qu’il fera tout ce que le "Borg" de la politique étrangère lui dira de faire, ce qui signifie que la guerre avec la Russie pourrait être inévitable.

Êtes-vous d’accord ou non avec cette analyse ?

Israel Shamir- Il y a des forces qui veulent contrôler et diriger l’humanité. Ces forces utilisent les États-Unis comme leur exécuteur. La partie des élites américaines liée à Trump veut que les États-Unis soient le principal bénéficiaire de tout processus. La partie des élites américaines liée à Biden est plus orientée vers le monde. La Russie est prête à s’adapter à certaines de leurs exigences (vaccination, climat) afin d’éviter une épreuve de force finale. D’un autre côté, nous ne savons pas tout à fait ce que veulent vraiment ces élites mondiales. Et pourquoi ce sentiment d’urgence ? Pourquoi ce manque d’intérêt pour le peuple américain, les Russes ou les Européens ? Peut-être que Davos est le nouveau centre du pouvoir et qu’ils sont simplement contrariés par la désobéissance de Poutine ?

Ce que nous pouvons dire avec certitude, c’est que les impérialistes cherchent toujours l’hégémonie mondiale. La Russie indépendante représente un défi pour ce plan. Peut-être les élites occidentales pensent-elles qu’elles peuvent amener la Russie à se conformer pleinement à leurs objectifs en jouant la prudence et en menaçant seulement de faire la guerre ? Peut-être que ce que nous voyons en Ukraine est une tentative pour intimider la Russie, pour la faire obéir ? Le danger est de pousser les choses trop loin et de déclencher une guerre qu’ils ne pourront ni gérer ni contenir.

Poutine se souvient du sort de Saddam et de Kadhafi. Il ne va pas jeter l’éponge ni reculer. Il ne va pas abandonner ou céder.

À mes lecteurs américains, je dirais que les États-Unis sont très forts et que leurs habitants peuvent s’offrir une vie merveilleuse même sans hégémonie mondiale ; en fait, l’hégémonie n’est pas du tout dans leur intérêt. Ce qu’ils devraient rechercher, c’est une politique nationaliste forte qui prenne soin du peuple américain et évite les guerres étrangères inutiles.

Bio- Israel Shamir est un écrivain et un journaliste spécialiste des questions internationales, un penseur politique radical et un spécialiste de la Bible et du judaïsme. Ses commentaires sur les affaires courantes sont publiés sur The Unz Review, et sur ses propres sites www.israelshamir.net et www.israelshamir.com. Ses livres L’Autre visage d’Israël, La Bataille du Discours, Pardes, La Bataille de Russie, Au nom du Christ sont disponibles sur Amazon [et ci-dessous*]. Shamir a été un dissident en URSS puis en Israël, où il a réclamé le respect des droits des Palestiniens. Il est également un dissident mondial qui appelle au démantèlement du Nouvel Ordre Mondial et de l’Empire américain.

* voir sur le site Entre La Plume et l’Enclume

Israël Adam Shamir
le 20/04/2021

*

Joindre l’auteur : israelshamir@gmail.com

Traduction : Maria Poumier


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>